Tunisie : recul des libertés d'expression

Tunisie : recul des libertés d'expression

 

Lors d'une conférence de presse vendredi, Hichem Snoussi, membre de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica), affirme avoir été informée d'"ingérences" du gouvernement par l'ancien PDG de la télévision publique, Elyes Gharbi, limogé en juin.

Le président de la Haica, Nouri Lajmi, déplore la couverture selon lui démesurée accordée par la télévision publique à certains évènements du parti au pouvoir. Allusion faite à une récente visite du chef de l'Etat à Sousse (centre-est).

Il arrive de plus en plus souvent que la télévision "donne la parole à des gens d'un seul parti et ce, alors que nous sommes aux portes d'élections municipales prévues en mars, a lancé le président de la Haute autorité audiovisuelle.

Pour lui ce sont des signes dangereux qui prédisent un recul de la liberté d'expression.

Il a donc demandé au gouvernement de mettre en place un véritable programme de réformes, basé sur les principes de la liberté d'expression et de l'indépendance des médias publics.

Des accusations rejetées par le gouvernement.

Comments

Member for

47 années 7 mois
Permalien

Lancer des appels d’offres pour aider les petits journalistes qui ne mentent pas et qui tiennent leurs promesses à initier des journaux et des chaines privées.
Comme tous criminels s’oblige à mentir, tous menteurs finis par devenir criminel.
Les grands journalistes menteurs ou consommateurs de drogues devrait être sanctionné.
On a trop de journalistes qui croix que la liberté d’expression est une excuse pour devenir plus puissant.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour verifier que vous etes une personne et non une machine et ce, pour empecher tout envoi de spam
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Français