Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Présidentielle américaine 2008

Envoyé par jero 
Re: Présidentielle américaine 2008
06 novembre 2008, 13:52
Aller dans une école musulmane avant ses dix ans fait il d'un homme un musulman?

Son père l'a quitté quand il avait 3 ans.

Il a rejoint ses grands parents américains à 10 ou 11 ans

Que dire alors de mes copines juives élevées à Notre-Dame de Sion? Sont elles catholiques?



>>>>>>>>>Lors de la campagne électorale pour l'investiture de 2008, l'éditorialiste néo-conservateur Daniel Pipes affirme qu'Obama aurait été un musulman pratiquant durant sa jeunesse en Indonésie[12]. Barack Obama raconte quant à lui avoir été scolarisé deux ans dans une école publique puis deux ans dans un cours catholique. Dans le dossier d'inscription à l'école publique, il aurait choisi parmi les 5 religions proposées, celle de son beau-père musulman[13]. À l'âge de dix ans, il retourne à sa demande à Honolulu pour vivre chez ses grands-parents maternels, un couple modeste. Titulaire d'une bourse, il est scolarisé à l'école Punahou, une prestigieuse école privée d'Hawaii<<<<<<<
Wikipedia
Re: Présidentielle américaine 2008
06 novembre 2008, 14:02
guedeb a écrit:
-------------------------------------------------------
> Je tiens a signaler deux faits historiques .
> Le premier president de couleur aux etats unis .
> Et le premier musulman elu democratiquement , sans
> aucune contestation.
Girelle tu m'as convaincu , pour le deuxieme fait historique , il faudra attendre plus tard , et ailleurs.
Peut être dans quelques décennies , peut être en France . J'attends avec impatience .
Re: Présidentielle américaine 2008
06 novembre 2008, 14:52
Oh tu sais, en France...

Quand tu vois que le parti socialiste ayant la choix entre Fabius, Lang, Strauss Kahn, et Ségolène Royal, ils choisissent Royal...après avoir écarté Holland et Delanoé pour des raisons diverses!

En ce qui concerne Obama, c'est le chemin parcouru entre l'apartheid et l'élection que je salue.

Pour Israel, le premier choix que fait Obama de nommer Rahm Emanuel au poste le plus important des États Unis me semble de bonne augure...mais on verra.

En tous cas, pour avoir réussi ce coup d'éclat, cet Obama me parait très intelligent et m'amène à penser qu'il doit être un négociateur redoutable...mais là aussi on ne peut présager de rien, même si ses déclarations vis à vis et de la sécurité d'Israel et de l'unité de Jérusalem "capitale d'Israel"apparaissent nettes.

En un mot comme en cent toute victoire sur le racisme est pour moi importante parce que le racisme est la plaie du monde et que nous en avons souffert terriblement.

Le choix des américains sur le plan politique les regarde.

Mais la politique étrangère des États Unis est singulièrement importante pour nous; Toutefois les intérêts américains me paraissent étroitement liés à Israel, il suffit de regarder une carte de géographie, alors je ne vois pas ce qui pourrait changer, mise à part une considérable diminution de l'image de "grand satan" injustement faite aux États Unis et que son prédécesseur a contribué à leur faire attribuer.

Alors peut être que la vague d'amour et de joie qui va vers cet homme lui permettra d'obtenir plus de choses, et ça, je le souhaite de tout mon coeur...et plus encore.

Re: Présidentielle américaine 2008
06 novembre 2008, 22:06
girelle a écrit:
-------------------------------------------------------

> cet Obama me parait très intelligent et m'amène à
> penser qu'il doit être un négociateur
> redoutable...

Intelligent , c'est plus que sur , ses allure et apparence juvéniles , sont trompeuses ,il saura etre ferme et decisif , devant les epreuves qui l'attendent.
il a derrière lui , une carrière brillante , et a occupé des postes , ou les hommes de couleurs doivent être au moins deux fois meilleurs que leurs concurrent pour être choisis.
Re: Présidentielle américaine 2008
08 novembre 2008, 14:26
Le soutien des Juifs à l'élection historique de Barack Obama a montré que malgré les efforts soutenus et onéreux des Républicains, les Juifs sont demeurés des fidèles électeurs Démocrates, désirant voter en grand nombre pour un candidat qui devait gagner leur soutien.

Les premiers sondages à la sortie des urnes ont montré que 78% des membres de la communauté juive ont voté pour Obama, davantage que pour Kerry en 2004 et presque autant que pour Dole en 2000. Aucun autre groupe démographique, excepté le groupe afro-américain, n'a accordé un soutien aussi écrasant au premier président noir.


Strong Outreach Contributed to Obama’s Surge Among Jews
Despite Republican Efforts, Still a Reliable Democratic Constituency

By Jane Eisner and Brett Lieberman
Thu. Nov 06, 2008

[www.forward.com]

The Jewish support for Barack Obama’s historic election showed that despite lengthy and expensive efforts by Republicans, Jews remained a solid Democratic constituency, willing to vote in record numbers for a candidate who had to earn their backing.

Initial exit polls indicated that around 78% of Jews voted for Obama for president, higher than the proportion of the Jewish vote won in 2004 by the Democratic nominee, Senator John Kerry, and close to the share captured by Senator Al Gore in 2000. No other demographic group — except African Americans — gave the first black president such overwhelming support.

“The ever-promised movement of Jews away from the Democratic party didn’t materialize,” Democratic pollster Mark Mellman concluded.

This level of acclamation was not a given. Obama’s support in the Jewish community last spring and summer hovered at around 60%, in the face of Democratic rival Senator Hillary Rodham Clinton’s popularity in the community and serious questions about Obama’s foreign policy views and personal associations.

Observers say the shift in Jewish attitudes could be credited to a number of factors, including concern about the economy and deep discomfort with Alaska Governor Sarah Palin as the Republican vice presidential nominee. But it also was measurably helped by a concerted effort by grass-roots organizations, national Democratic groups and the Obama campaign’s effort to court a small constituency that has long played an outsized role in American politics.

“The Democratic operation in the Jewish community was more extensive than I’ve seen in 35 years,” said Ira Forman, executive director of the National Jewish Democratic Council.

The NJDC’s efforts — which included 350,000 pieces of mail to Jewish homes — were aided by such independent groups as JewsVote.org, the Great Schlep and the relatively new lobbying group J Street. But those efforts were up against a vastly better-funded attempt by the Republican Jewish Coalition to cast doubt upon Obama’s attitudes toward Israel and the Arab world, and upon his relations to controversial figures at home and abroad.

The RJC spent about $2 million in a national campaign of advertisements on television and in Jewish publications in print and online, accompanied by mailings and speaking tours. Matt Brooks, the RJC’s executive director, defended the expenditures by saying, “We stood tall in the face of a major tsunami.”

Brooks argued that Obama made major gains among Hispanics, Asians, Catholics and other ethnic and religious voters, compared with how Kerry performed four years ago — gains that exceeded those he made among Jewish voters. “What the numbers continue to show is that Barack Obama continues to underperform among Jewish voters relative to the general electorate,” Brooks said.

And while the RJC ads drew sustained criticism, Brooks said that the organization was successful in driving the agenda of the national Jewish conversation.

To this, Forman replied, “If this is the results we get when they drive the agenda, I hope they drive the agenda in all future years, as well.”

The other reason cited for Jewish voters’ return to the Democratic fold was the conduct of the presidential campaigns. Senator John McCain’s campaign waited until deep into the autumn to assign a high-level staffer as a liaison to the Jewish community, relying instead on such popular surrogates as Senator Joe Lieberman to make the case for the Republican nominee.

By contrast, the Obama campaign had a full-time coordinator for the Jewish vote for the past year, aided by staffers and volunteers on the ground in such key states as Pennsylvania and Florida, and later in Virginia and Ohio. Dan Shapiro, an outside adviser on Middle East affairs, joined the campaign in August as a senior policy adviser in charge of all these outreach efforts.

In the end, though, it may be impossible to ignore the pull of identity politics. The Jewish alliance with the Democratic Party, largely begun in the New Deal days of Franklin Delano Roosevelt’s presidency, defies the conventional wisdom that voters with greater wealth and status tend to side with Republicans. Instead, opinion polls suggest that Jews still identify with Democratic attitudes toward tax policy, health care reform, abortion and church-state issues. “As we became more moneyed, this old commitment stayed,” Democratic consultant Steve Rabinowitz noted.

Interviews with young Jews partying on election night indicated that for some, the Obama candidacy also offered a chance to rekindle the black-Jewish alliance of the civil rights movement. “I think the appeal of Obama to Jewish voters is the hope that he can mend the rift between the black community and the Jewish community that’s been going on for more than 40 years,” said David Sax, 29, of Brooklyn, as he celebrated at Mansion, a club on West 28th Street in Manhattan.

“It’s the first time that Jews have seen a black leader the way they saw Martin Luther King,” Sax added.

In Chicago on election night, amid the multitudes gathered in Grant Park to witness Obama’s acceptance speech, were a number of Jewish leaders who had backed the young senator from Illinois before he became a worldwide, household name, including Alan Solow, Penny Pritzker and others. Among them was Rabbi Sam Gordon of Sukkat Shalom, a progressive synagogue in Wilmette, Ill., who was a co-founder of Rabbis for Obama.

After the speech, Gordon stood with others involved in the campaign and wondered if there was a Jewish blessing for a new president. Mazel tovs were exchanged, but somehow that did not fully capture the historic moment. Without any formality, Gordon and several others then spontaneously said Shehechiyanu, thanking God for letting them see this day.

With reporting by Lana Gersten in New York and Nathan Guttman in Chicago.
Re: Présidentielle américaine 2008
12 novembre 2008, 02:15
Une video de 2005 avec Barak Obama, Hillary Clinton et Rahm Emanuel, nommé chef de cabinet du nouveau président des Etats-Unis.

Last update - 03:24 12/11/2008

Footage emerges of Obama poking fun at 'foul-mouthed' Rahm Emanuel

By Haaretz Staff and Channel 10

Jews and Israelis lauded U.S. president-elect Barack Obama's pick of Rahm Emanuel for chief of staff last week.

Emanuel, known for a tough but savvy approach to politics, has enjoyed close relationships with both Obama and several other Democratic powerhouses, including the Clintons.

-SPAN recently rebroadcast a 2005 celebrity roast of Emanuel, in which both Hillary Clinton and Obama take on their fiery old friend.

The roast was held at a fundraiser hosted by Citizens United for Research in Epilepsy. On the agenda was Emanuel's unusual name, and even more so, his famous temper.

Pour voir la vidéo : [www.haaretz.com]
Re: Présidentielle américaine 2008
15 novembre 2008, 15:31
Vendredi 14 novembre 2008

13:21 USA : le choix de Rahm Emanuel refroidit les pays arabes. Alors qu'ils tablaient sur un changement de politique au Moyen-Orient et avaient massivement acclamé l'élection de Barack Obama, pour ''des millions d'Arabes (...), cette nomination a fait l'effet d'une douche froide après une fête éphémère'', écrivait mercredi le quotidien saoudien Arab News. (Guysen.International.News)
Rahm Emmanuel est le fils d'un couple d'Israéliens ayant émigré aux USA, il a été désigné secrétaire général de la Maison Blanche. Le journal marocain Al Massa, va plus loin estimant qu'''Israël a le bras long au sein de l'administration d'Obama''.

[www.guysen.com]
Re: Présidentielle américaine 2008
15 novembre 2008, 20:44
Jouez violons, résonnez crécelles (info # 011111/8) [Analyse]

Par Guy Millière © Metula News Agency

Le monde entier ou presque est en extase : les Etats-Unis ont un nouveau président. Tout va changer, dit-on. La paix et l’amour vont régner sur la terre.

Comme Barack Obama l’a dit, à une époque où il n’était que candidat, bientôt, grâce à lui, le niveau des océans va commencer à baisser. Que peut-on imaginer encore ? Il semblerait que rien d’aussi extraordinaire ne se soit produit depuis que Moïse a reçu les Tables de la Loi ou depuis la naissance de Jésus. On pourrait croire que le pays dont la capitale est Washington ployait, depuis des décennies, sous la charge d’un ignoble racisme et qu’il vient de s’approcher de la rédemption.

Encore, je vous fais l’économie de commenter les reportages foisonnants parlant de la pauvreté en Amérique, d’une économie ruinée, que le nouveau Messie devrait relever après le passage de l’abominable homme du Texas.

Puis-je me permettre de le suggérer, moi qui me suis montré d’emblée sceptique vis-à-vis de ce qui ressemble à la dernière mode ou au dernier engouement post-religieux, tout cela est profondément ridicule et relativement inquiétant.

Ridicule, d’abord, parce que voir des adultes se comporter comme des adolescentes en pamoison devant un chanteur à la mode ne peut se trouver qualifié d’un autre adjectif : voici quatre mois, Obama était en campagne et il était enrhumé. Il s’est mouché au milieu d’un discours. La foule l’a acclamé comme s’il venait d’accomplir un exploit surhumain. La scène a longtemps figuré sur Youtube. Je me suis demandé si, en sortant de scène, l’Elu a jeté son mouchoir et si un fan l’a ramassé et l’a, depuis, conservé comme relique.

C’est inquiétant, ensuite, parce que la démocratie et le suffrage universel ne devraient pas entraîner des foules vers ce qui ressemble à un élan de déraison, voire de délire. L’irrationalité, l’histoire l’a montré, n’est pas bonne conseillère et peut mener au pire.

De surcroît, il se dit à peu près n’importe quoi au sujet d’Obama, et, dans une époque où tant de dangers menacent, le n’importe quoi peut conduire n’importe où.

Ce qui doit être dit est que, si Barack Obama est le premier noir à accéder à la Maison Blanche, il n’est pas le premier noir aux Etats-Unis à avoir accédé à des fonctions très importantes : Colin Powell était général en chef des armées américaines voici plus de quinze ans, et il est ensuite devenu ministre des Affaires Etrangères, poste occupé aujourd’hui encore par une femme de couleur, Condoleezza Rice.

Si Colin Powell s’était présenté à la présidence, en 1996, il aurait eu de très grandes chances d’être élu : comme il était Républicain, cela n’aurait, bien sûr, pas suscité le même effet d’enthousiasme messianique.

L’un des hommes les plus remarquables aux Etats-Unis aujourd’hui s’appelle Clarence Thomas : il est l’un des neuf juges membres de la Cour Suprême. Il est noir lui aussi, et il siège, depuis 1991, en cette éminente institution, qu’on peut considérer comme la clé de voûte du pays.

Ce qui caractérise Barack Obama est qu’il est noir et de gauche. Et je pense que la deuxième qualité compte au moins autant que la première aux yeux de ses adorateurs.

Ce qui doit être ajouté est que, non seulement Obama est de gauche, mais que, de sa jeunesse à son élection au Sénat en 2004, il était même à la gauche de la gauche, et portait avec lui toute une cohorte de gens très douteux, dont curieusement plus personne ne parle, si tant est que nous ayons été nombreux à en parler.

Entre 2004 et son entrée dans la campagne présidentielle, voici deux ans, Obama s’est recentré en devenant simplement une incarnation de la gauche du parti démocrate et en commençant ses incantations sur le changement et l’espoir, l’espoir du changement, et le changement dans l’espoir.

Au cours des trois derniers mois, il s’est recentré davantage encore. On peut espérer qu’il va gouverner au centre et qu’il a utilisé tous ceux qu’il a fréquentés, pour lui servir de marchepieds. On pourra, dans ce cas, beaucoup lui pardonner et voir en lui un opportuniste qui, au bout de son opportunisme, se donne soudain les dimensions d’un homme d’Etat.

On peut aussi rester sceptique, et penser qu’on ne peut pas avoir eu aussi longtemps de très mauvaises fréquentations et de très malsaines lectures sans qu’il n’en reste des traces qui ressortiront tôt ou tard.

Je fais, bien sûr, partie de ces sceptiques rémanents. D’autant plus que, - aspect totalement occulté en France - la campagne d’Obama est très loin d’avoir été irréprochable, si l’on songe aux activités d’inscriptions frauduleuses sur les listes électorales de groupes tels qu’ACORN (Association of Community Organizations for Reform Now).

D’autant plus, aussi, que les médias américains se sont transformés, au cours des six derniers mois, en un ensemble d’organes de propagande au service d’Obama, à un degré tel qu’on a pu se demander parfois si les Etats-Unis n’étaient pas en train de glisser vers une pensée unique dotée d’un parti unique.

Ce qui doit être ajouté est, d’une part, que les Etats-Unis ne sont pas du tout au bord de l’effondrement économique, et, d’autre part, qu’Obama ne va pas gouverner seul, mais avec un Congrès dirigé par des gens qui se situent eux-mêmes à la gauche du parti démocrate, Nancy Pelosi et Harry Reid.

Le discours sur le mauvais état économique des Etats-Unis me semble pouvoir servir de prétexte pour administrer à l’économie américaine des remèdes dont elle n’a pas besoin et qui ressembleraient à ceux qui font que le malade meurt guéri. J’ai autant confiance en les docteurs Pelosi, Reid et Obama pour soigner l’économie américaine que j’aurais confiance en un docteur Dracula pour soigner mes enfants.

Le programme d’Obama comporte toutes les solutions qui ont échoué en Europe et ont plongé le continent européen dans l’asthénie et le vieillissement prématuré qui les marque présentement. S’il l’applique, les résultats sont très prévisibles. Si - ce qu’on peut souhaiter -, il ne l’applique pas, le pire sera évité. Je pense que, pour le moment, rien n’est sûr. Et j’ajouterai que le pire cadeau qu’Obama pourrait faire à ses électeurs et au reste du monde serait de tenir ses promesses.

On peut noter, pour finir, que la faiblesse affichée d’Obama en politique étrangère produit déjà ses premiers effets. La Russie pousse ses avantages et vient d’installer des batteries de missiles dans l’enclave de Kaliningrad.

Le lendemain de la victoire de l’Elu, le Hamas faisait pleuvoir une pluie de roquettes sur le Sud d’Israël. La Syrie masse des troupes sur ses frontières. Divers dirigeants islamistes, dont ceux de l’Iran, parlent d’une ère nouvelle et positive. N’ayant pas la même définition qu’eux de ce qui est positif, je n’y vois strictement aucun signe encourageant, bien au contraire.

Tandis que Chavez applaudit l’élection d’Obama de la main gauche, il signe de la main droite des accords nucléaires avec la Russie. Je ne veux pas être pessimiste. Je pense néanmoins qu’il faut être vigilant, très vigilant.

L’extase a ses avantages pour ceux qui s’y adonnent. C’est au moment où on redescend sur terre qu’on voit que le recours à certaines substances peut avoir de sérieux effets secondaires.

Pour ce qui me concerne, j’attends. Je jugerai sur pièces. Je préfère être très pessimiste et heureusement surpris, que béatement optimiste et tragiquement déçu. Je serais plutôt enclin à penser que ceux qui ont critiqué Bush et l’ont insulté vont se souvenir, bien plus vite qu’ils n’y songent aujourd’hui, que le temps où les Etats-Unis avaient un président venu du Texas n’avait, tout bien considéré, pas que des mauvais côtés.
Re: Présidentielle américaine 2008
16 novembre 2008, 01:02
OK, on a bien compris que Millière éprouve un besoin irréprécible d'avoir raison, contre la majorité écrasante du peuple des USA, qui a élu le nouveau président, et en particulier contre les 78% de l'électorat Juif qui a voté en faveur d'Obama, serait-il donc bien mieux informé que nous, pour décider de ce qui est bon pour nous, et contre notre volonté, nous l'imposer à tout prix ???

En attendant, Millière doit faire face à la dure réalité, celle d'aller vendre ses "salades" ailleurs.

Pièces jointes:
salades.jpg
Re: Présidentielle américaine 2008
16 novembre 2008, 02:10
La douda ,
Tu t'es trompe d'adresse, car Milliere n'est pas americain, ce n'est pas lui qui va manger les salades,car ce qu'il ecrit est la realite, attendons un peu pour voir comment Obama va resoudre les problemes graves des USA.
Il est arrive a une periode tres dificile.Si cela va mal pour lui, cela ira mal pour beaucoup de gens. Comme disait mon beauf, lorsque les gros maigrirons, les maigres seront deja mort.Malheureusement.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2021 - HARISSA.COM All Rights Reserved