Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute

Envoyé par mena 
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
10 janvier 2009, 15:20
Des critiques se font entendre contre les Islamistes accusés de mettre en danger inutilement la population.

Esperons que ceux qui s'expriment a visage decouvert n'auront pas a le payer cherement. Voici la video de la television Suisse.

Cliquer sur le lien :

[www.tsr.ch]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
10 janvier 2009, 15:47
filmee par un arabe palestinien. chapeau.


Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
10 janvier 2009, 21:53
Pierre Jourde est romancier ("Paradis noir" sortira chez Gallimard en
février), essayiste ("Littérature monstre" vient de paraître) critique
littéraire ("La littérature sans estomac") et professeur à l'université de
Grenoble III, du moins tant que quelque chose comme l'université existe
encore, ça ne devrait pas durer.

Les Palestiniens sont victimes d'une injustice inacceptable. Soit. Depuis
soixante ans, sans relâche, les médias du monde entier se focalisent sur ce
conflit. On se dit tout de même que la rentabilité injustice/information est
très faible, si l'on ne considère que le rapport entre le nombre de morts et
la quantité de papiers et d'images déversés sur le monde en général, et les
masses arabes en particulier. Même rentabilité faible si l'on prend en
compte la quantité de personnes concernées, importante certes, mais moins
qu'en d'autres lieux de la planète. Quant aux atrocités commises, n'en
parlons pas, une plaisanterie.
Au nombre de morts, de réfugiés, d'horreurs, il y a beaucoup mieux, un peu
partout. Remarquons, à titre d'apéritif, qu'avec la meilleure volonté du
monde, Tsahal aura du mal à exterminer autant de Palestiniens que l'ont
fait, sans états d'âmes, les régimes arabes de la région, notamment la
Syrie, le Liban et la Jordanie, qui n'en veulent pas, eux non plus, des
Palestiniens, et qui ont peu de scrupules humanitaires lorsqu'il s'agit de
s'en débarrasser. Mais Israël est un coupable idéal, non seulement dans nos
banlieues, mais en Europe en général. Nous le chargeons de toute notre
mauvaise conscience d'anciens colonisateurs. Une poignée de Juifs qui
transforme un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d'un océan
de dictatures arabes sanglantes, de misère, d'islamisme et de corruption,
voilà un scandale. Il faut donc bien que cela soit intrinsèquement coupable,
sinon où serait la justice ? L'injustice est avant tout
israélienne. Ce n'est même pas un fait, c'est une métaphysique.
Cent chrétiens lynchés au Pakistan valent moins, médiatiquement parlant,
qu'un mort palestinien. Pourquoi l'injustice commise envers les Palestiniens
reçoit-elle vingt fois plus d'écho que celle faite aux Tibétains, aux
Tamouls, aux chrétiens du Soudan, aux Indiens du Guatemala, aux Touaregs du
Niger, aux Noirs de Mauritanie ? Y a-t-il plus de gens concernés, plus de
sang versé, une culture plus menacée dans son existence ? En fait, ce serait
plutôt l'inverse. Que la Papouasie soit envahie par des colons musulmans qui
massacrent les Papous et trouvent, en plus, inacceptable de voir les
rescapés manger du cochon, voilà qui ne risque pas de remporter un franc
succès à Mantes la Jolie. Que des sales Nègres, considérés et nommés comme
tels, soient exterminés par des milices arabes au Darfour, les femmes
enceintes éventrées, les bébés massacrés, voilà qui ne soulève pas la colère
des jeunes des cités. Et c'est dommage : si l'on
accorde des circonstances atténuantes à un jeune Français d'origine
maghrébine qui s'en prend à un Juif à cause de la Palestine, alors il serait
tout aussi logique de trouver excellent que tous les Maliens, Sénégalais ou
Ivoiriens d'origine s'en prennent aux Algériens et aux Tunisiens. Voilà qui
mettrait vraiment de l'ambiance dans nos banlieues. Le racisme franchement
assumé des Saoudiens ou des Emiratis envers les Noirs, les Indiens ou les
Philippins, traités comme des esclaves, ne soulève pas la vindicte de la
tribu Ka, ni des Noirs de France. La responsabilité directe des Africains
dans la traite des Noirs n'induit pas des pogroms de guinéens par les
Antillais. Pourquoi seulement Israël ? A moins que la haine d'Israël ne soit
que le paravent du bon vieil antisémitisme ; mais non, cela n'est pas
possible, bien entendu.
Israël, 20.000 km2, 7 millions d'habitants, dont 5 millions de Juifs, est
responsable du malheur des Arabes, de tous les Arabes, qu'ils soient
égyptiens, saoudiens ou français. Israël est l'Injustice même. En le rayant
de la face du globe, en massacrant les Juifs, on effacerait l'injustice.
C'est bon, de se sentir animé par une juste colère. C'est bon, d'éprouver la
joie de frapper et de persécuter pour une juste cause. Voilà pourquoi il ne
faut pas dire aux "jeunes des cités" que les deux millions d'Arabes
israéliens ont le droit de vote, élisent leurs députés librement. Ne leur
dites pas qu'Israël soutient financièrement la Palestine. Ne leur dites pas
que des milliers de Palestiniens vont se faire soigner dans les hôpitaux
israéliens. Ne leur dites pas que l'université hébraïque de Jérusalem est
pleine de jeunesmusulmanes voilées. Ne leur demandez pas où sont passés les
milliers de Juifs d'Alexandrie. Il en reste trente
aujourd'hui. Ne leur demandez ce qu'il est advenu de tous les Juifs des
pays arabes. Ne leur demandez pas s'ils ont le droit au retour, eux aussi.
Ne leur demandez pas quelle est la société la plus "métissée", Israël ou la
Syrie. Ne leur dites pas que, s'il y a de nombreux pro-palestiniens en
Israël, on attend toujours de voir les pro-israéliens dans les pays arabes.
Ne leur dites pas que le négationnisme ou l'admiration pour Hitler ne sont
pas rares dans les pays arabes ; que, lorsqu'il s'est agi d'illustrer les
différentes cultures par leurs grands textes, la bibliothèque d'Alexandrie a
choisi d'exposer, pour le judaïsme, le Protocole des Sages de Sion ; que ce
faux antisémite est largement diffusé dans les pays arabes. Ne leur dites
pas que, du point de vue des libertés, de la démocratie et des droits de
l'homme, non seulement il vaut mille fois mieux être arabe en Israël que
juif dans un pays arabe, mais sans doute même vaut-il
mieux être arabe en Israël qu'arabe dans un pays arabe. Ne leur dites pas
qu'Alain Soral, du Front national, qu'ils détestent tant, est allé
manifester son soutien au Hezbollah, qu'ils admirent si fort.
Si on leur enlève la méchanceté d'Israël, que deviendront ceux d'entre eux
qui s'en prennent aux feujs, sinon des brutes incultes, bêtement,
traditionnellement antisémites ? Il ne faut pas désespérer Montfermeil.
Mais après tout, on peut tout de même essayer de leur dire tout cela sans
trop de risque. Ils traiteront l'informateur de menteur, d'agent du Mossad,
de représentant du lobby sioniste ou de raciste. Ils auront raison. Pourquoi
se défaire de la commode figure du Croquemitaine responsable de toute la
misère du monde ? Elle évite de s'interroger sur ses propres insuffisances.
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 01:58


N'oublions pas que dans leur paradis secret, il n'y a pas que des vierges,,,
Il y a aussi des éphèbes, comme cela tous le monde est servi.



Chronique du Jardin Secret : Ceci explique peut-être cela.

Cette ruse était employée par le dénommé Vieil Homme de la Montagne, maître d’une secte extrémiste à l’origine de plusieurs assassinats des chefs musulmans.

Quand il voulait recruter quelqu’un pour envoyer un ennemi Ad Pater, il lui faisait boire du vin mélangé, de jusquiame, de hashish…. Dés que l’homme, de préférence costaud et simple d’esprit, tombait ivre-mort, il le faisait transporter dans un jardin particulier, qu’il avait fait préparer pour cela, dans lequel se trouvait tous les délices du paradis.

De nombreuses servantes vierges, et de petits esclaves y circulaient, d’une beauté remarquable, des instruments de musiques résonnaient, les plus harmonieux de ceux qui existaient dans le monde d’alors ( Il y a 10 siècles). On y mangeait les mets, et les plats les plus délicieux, qu’on pût inventer.

Lorsque l’homme se réveillait de son ivresse, il se voyait dans ce lieu. Il s’étonnait et demandait :

Où suis-je ? Et les servantes de lui répondre :
Tu es au Paradis. C’est ton Maître qui t’a envoyé vers nous. Nous sommes les houris aux grands yeux, et eux ce sont les éphèbes.

Puis elles le servaient de la manière la plus exquise qui soit, selon qu’il préféra les houris ou bien les éphèbes.

Le bien-heureux restait ainsi dans cet endroit une semaine complète, buvait, jouissait de la vie et prenait tout son plaisir. Ensuite les servantes lui faisaient à nouveau boire de la fameuse décoction qui rendait ivre-mort le malheureux. On le faisait transporter vers son lieu d’origine, où il se réveillait.

Le vieil homme de la montagne, le faisait alors venir vers lui et lui disait :

Que désires-tu le plus en ce bas monde ?
Maître vénéré, fais moi retourner au Paradis !
Pars tuer Un Tel, et si tu es mis à mort à la suite de cela, tu t’en iras à l’endroit que tu as vu. Si tu en sors indemne, je t’enverrais moi-même en ce lieu.

Afin que le crime fût le plus parfait possible, le maître disait à l’assassin ( Hashâchine ), :

Ceux qui ont commandité tes actes sont Un Tel et Un Tel, et d’énumérer les membres de l’entourage de la victime.

Ceci afin que sous la torture, l’ assassin les dénonces tous et qu’à leur tour, ils soient envoyés Ad Pater, le crime était alors parfait !

Selon l’Histoire, le vieil homme de la montagne, avait également conclu un pacte avec les chevaliers de la dernière croisade, afin combattre les Mongols qui menaçaient de détruire la Perse et la Syrie. Géopolitique oblige !


Pièces jointes:
masyaf_castle1.jpg
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 09:31
Huit ans et six mille roquettes
par Alain Legaret


Ces 8 dernières années, 6000 roquettes ont été lancées par les Palestiniens de Gaza sur les populations juives du sud d’Israël.

8 ans, c’est long. C’est presque disproportionné.

6000 roquettes, ça fait beaucoup. C’est certainement disproportionné.
Même si elles sont « artisanales ». Même si une fois en l’air, c’est comme si une main venait les détourner de leur trajectoire pour les diriger vers des espaces inhabités.

Pendant ces 8 ans et ces 6000 roquettes, Israël n’a pas répliqué. Pire, elle a même évacué Gaza complètement en 2005. Depuis 3 ans, il n’y a plus un seul Juif à Gaza !!
Gaza est purifiée !! Achtung !!
De quoi faire rougir de jalousie les Waffen SS !! C’est sur qu’eux ne bénéficiaient pas du support de l’ONU, du Vatican, de la Croix Rouge, de l’Unicef, de l’UNWRA, de centaines d’associations et des millions de dollars venus d’Amérique, d’Europe, des pays Arabes et des organisations internationales!!

Depuis des décennies, tout ce que ce monde compte de diplomates nous assène que la paix mondiale, que le paradis sur terre, que le Nirvana nous seront enfin accessibles lorsque « Israël aura évacué les territoires palestiniens occupés » (sic).
Tous ces supermen de la diplomatie se trompent.
La preuve qu’ils se trompent, c’est que depuis 3 ans que Gaza est purifiée des Juifs, les Palestiniens s’en servent non pas pour créer un état, mais comme base de lancement de missiles sur Israël.

Pendant ces 8 ans de bombardements palestiniens et ces 6000 roquettes, le monde se taisait.
Il a eu tout le temps d’intervenir pour faire cesser ces attaques et pourtant, il dormait.
Seul le bruit des chars israéliens l’a réveillé.

Après donc 8 ans de retenue et plus de 6000 roquettes, et face au silence de la communauté internationale, Israël a entrepris de protéger ses populations en lançant une offensive destinée à faire cesser les attaques palestiniennes. Avait-elle d’autres choix ?

Aujourd’hui, l’offensive de Tsahal fait la une de tous les médias.
Voici quelques titres cueillis au hasard :
« Israël une nouvelle fois accusé de bavures contre des civils » annonce LCI.
Bien sur que c’est la faute d’Israël. Quel journaliste aurait l’idée saugrenue d’oser reprocher aux Palestiniens l’utilisation régulière de boucliers humains ?

« Manifestations planétaires contre les frappes à Gaza » titre France-Info.
Allez, avec un peu d’effort, je suis sur qu’ils vont aussi réussir à dénicher quelques petits hommes verts portant des pancartes indiquant « Israël est coupable ».

Quel réveil soudain !!

Et pourtant, combien de fois pendant 8 ans, les 6000 roquettes palestiniennes lancées sur la population juive ont fait la une des medias ?
6000 fois ? 5000 fois ? 4000 fois ? 3000 ? 2000 ? 1000 ? 500 fois, non ?
100 fois ? Même pas ! 50 ? 20 ? 10 ? 5 ? Une fois ?
Non.

Lire la suite sur :



[alainlegaret.blogspot.com]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 09:37
LE HAMAS ATTAQUE SES FRERES PALESTINIENS


Voilà avec qui le monde veut négocier !!!!

Les hommes du Hamas tirent volontairement sur leurs propres frères palestiniens et les handicapent à vie parce qu'ils refusent de se battre dans leurs rangs.

Et c'est avec ces gens là que l'opinion internationale " prend des gants " ?!!!!


CLIQUEZ [www.dailymotion.com]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 09:50
This video on the current Gaza crisis can be shared through e-mail, instant messaging, positing it on blogs or other media sharing websites.

Cliquer sur :


[www.memritv.org]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 12:49
Le Blog de Mohamed Sifaoui, Journaliste, Ecrivain et Réalisateur.

Dimanche 11 janvier 2009

Aux promeneurs du samedi et à leurs copains d’une certaine gauche.


J'observe les esprits s'enflammer de plus en plus durant cette guerre qui oppose Israël aux fanatiques du Hamas. Je comprends que l'émotion l'emporte sur la raison. Je le comprends d'autant plus lorsque je vois le traitement médiatique que réservent les chaînes arabes, et notamment Al-Jazira, à ce conflit. Mais cette situation, qui devient de plus en plus inquiétante, me pousse à poser un certain nombre de questions à ceux qui laissent libre court à leurs émotions dégoulinantes ou encore pire à la haine qu'ils n'arrivent plus à dissimuler. Où étaient tous ces musulmans qui ont tant de compassion pour les enfants de Gaza et pour les terroristes qui les ont conduits vers la guerre, ou étaient-ils, dis-je, quand Grozny était littéralement rasée par l'armée russe, cependant que les femmes tchétchènes étaient violées à ciel ouvert par les soldats de Poutine et lorsque les morts se comptaient quotidiennement par centaines ? Mais où étaient-ils bon sang de Bon Dieu ? Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient ces femmes voilées et les autres qui arborent fièrement aujourd'hui le keffieh palestinien ?

Ou étaient ces casseurs, ces jeunes fougueux et déchaînés, ces vielles dames qui s'exhibent aujourd'hui la larme à l'œil quand il fallait dénoncer les crimes, que dis-je, le génocide perpétré par le régime fasciste du soudanais Hassan Omar Al-Bashir contre des populations Darfouris, démunies, désarmées et sans défense. Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient-ils ? Personne ne leur a dit qu'un crime contre l'humanité se commettait, sous le ciel fanatisé du Soudan ? Où étaient ces jeunes et ces moins jeunes, tous ces promeneurs du samedi, lorsqu'avec SOS Racisme et Urgence Darfour et quelques autres associations, nous avions marché pour condamner le crime de l'État soudanais. Nous nous étions alors retrouvés à proximité de l'Ambassade du Soudan et nous étions tout au plus deux cents personnes. Les Tariq Ramadan, ses adeptes et leurs camarades avaient certainement des courses à faire ce jour-là. Je préfère croire cela, que de penser un instant que tous ces marcheurs du samedi ont plus de compassion pour l'enfant de Gaza que pour l'enfant du Darfour. Peut-être que le musulman qui obéit aux ordres et à l'idéologie du Hamas et défendable alors que le musulman tchétchène habitant Grozny, ne comprenant probablement rien à la chose politique, doit être liquidé dans l'indifférence collective par les hommes de Poutine.

Mais encore, ou étaient tous ces marcheurs du samedi lorsque les Algériens se faisaient découper en petits morceaux par les monstres du GIA et égorgés tels des moutons par les disciples d'Ali Benhadj ? Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient-ils ? Je me rappelle que certains accusaient alors les victimes algériennes d'être à la solde du régime en place donc légitimement « découpable » en morceaux. D'autres se disaient encore que peut-être le GIA n'était finalement que le fruit d'un complot, d'une manipulation, que l'islamisme ne tuait point, nulle part. D'ailleurs, beaucoup continuent de penser que l'islamisme est une doctrine sympathique qui ne ferait pas de mal à une mouche. Que tout ce terrorisme islamiste qui veut imposer son diktat est une création des « Juifs, des Américains et de beaucoup d'autres salauds ». Je crois même que c'est ce que pensent des politiques comme les très laïcs Besancenot, Buffet et Mélenchon. Sinon que font-ils en marchant aux côtés d'islamistes, de communautaristes, de tribalistes, d'antisémites et de pleurnichards professionnels. Parce que ce qui m'étonne aussi - et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je qualifie certains marcheurs du samedi de « pleurnichards professionnels » - ce qui m'étonne dis-je comment peut-on s'émouvoir lorsqu'est tué un enfant ayant telle religion et ne pas ressentir d'émotion lorsque un autre enfant ayant telle autre religion subi le même sort ? Pourquoi tous ces musulmans qui marchent aujourd'hui les yeux exorbités, la bave sur le menton, tous crocs dehors, n'ont-ils jamais voulu marcher au lendemain d'un attentat terroriste ? Pourquoi n'ont-ils pas marché lorsque des islamistes tuaient d'autres musulmans ? Pourquoi n'ont-ils pas marché après le 11 septembre, Madrid ou Londres ? Mais où étaient-ils lorsque les talibans exécutaient des femmes dans des stades ? Pourquoi, à chaque fois, que je les entends, c'est pour écouter leurs lamentations disant qu'ils appartiennent à une « religion opprimée » ? Pourquoi ne dénoncent-ils jamais, avec de telles marches, ceux qui oppriment au nom de cette même religion ? Pourquoi sont-ils plus virulents, plus haineux et, parfois, plus violents que les Palestiniens et les Jordaniens que je connais ? Pourquoi il y a si peu de dignité dans l'expression de leur émotion sincère ou supposée ? Mais que cache donc cette compassion sélective ? Que cache-t-elle ? Mettons les pieds dans le plat. Le conflit israélo-palestinien serait-il finalement un abcès de fixation qui est entretenu, et notamment par les pays musulmans, pour attiser toutes les haines ? Serait-ce l'appartenance religieuse de l'autre belligérant, Israël en l'occurrence, qui pose problème ? Serait-ce par antisémitisme ? Où serait-ce tout simplement un samedi après midi de défoulement utilisé tel un exutoire pour exprimer une malvie, des frustrations, pour s'élever contre une absence de libido ou que sais-je encore ?

Je vais révéler le fond de ma pensée. Je pense que plusieurs marcheurs du samedi défilent davantage contre Israël que pour la Palestine. Beaucoup d'entre eux ne marchent pas parce qu'ils adoreraient les Palestiniens, mais parce qu'ils ont une détestation idéologique pour tout ce qui est juif et pour tout ce qui a trait à Israël. Et je pense même - passez-moi l'expression - que la plupart n'ont rien à foutre des Palestiniens. Parce qu'en définitive si ces marcheurs du samedi étaient si humanistes que cela, je pense que je les aurais croisés dans des manifestations en faveur du Darfour ou des Tchétchènes, et dans celles organisées en signe de solidarité avec les victimes algériennes de l'islamisme et dans toutes les marches dénonçant le terrorisme des fascistes intégristes. Ils se seraient peut-être élevés contre la violence exercée par le Hamas, non pas contre les Israéliens, mais contre leurs propres frères du Fatah.

Rassurez-vous, je ne suis pas ravi de voir des civils mourir à Gaza. Cela me désole profondément, mais je ne veux pas que soit occultée la responsabilité du Hamas qui a créé les conditions de la guerre puisque tout en sachant qu'il ne ferait pas le poids militairement, il a provoqué cette guerre au mépris des vies humaines dont il avait la responsabilité tout ceci au nom de cette idéologie qui magnifie la mort et le martyre. Arrêtez alors de nous raconter une histoire à l'envers et révéler le fond de votre pensée que nous voyons d'ailleurs parfaitement dans les slogans que vous portez...À tous les promeneurs du samedi, bon dimanche.

[www.mohamed-sifaoui.com]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 19:49
Helas le Hamas n'est pas en mesure de decider, les autres decident pour lui; Voici ma reponse dans le blog:

Cher Mohamed Sifaoui
Je vous félicite pour votre article : "Aux promeneurs du samedi et a leurs copains d'une certaine gauche." Hélas la gauche l'emporte aujourd'hui et sa vérité est façonnée selon ses objectifs. On ne veut plus voir qui est le coupable mais on décide aujourd'hui selon les critères de la gauche. En finale Israël sera condamné avec une victoire militaire et un échec politique. Comme le proverbe arabe le dit:Echkoun tharqess Ya mart Laama ( Pour qui tu te maquilles femme d'aveugle).
Reste a savoir si Israel flechira comme il l'avait fait au Liban ou il mentiedrait sa posision de ne pas se laisser intimider par qui que ce soit. Le monde respecte la determination d'un peuple.
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
11 janvier 2009, 21:58
Libérer les Palestiniens( de l'emprise) du Hamas, par Bernard-Henri Levy


N'étant pas un expert militaire, je m'abstiendrai de juger si les bombardements israéliens sur Gaza auraient pu être mieux ciblés, moins intenses.
N'ayant, depuis des décennies, jamais pu me résoudre à distinguer entre bons et mauvais morts ou, comme disait Camus, entre « victimes suspectes » et « bourreaux privilégiés », je suis évidemment bouleversé, moi aussi, par les images d'enfants palestiniens tués.
Cela étant dit, et compte tenu du vent de folie qui semble, une fois de plus, comme toujours quand il s'agit d'Israël, s'emparer de certains médias, je voudrais rappeler quelques faits.

1. Aucun gouvernement au monde, aucun autre pays que cet Israël vilipendé, traîné dans la boue, diabolisé, ne tolérerait de voir des milliers d'obus tomber, pendant des années, sur ses villes : le plus remarquable dans l'affaire, le vrai sujet d'étonnement, ce n'est pas la « brutalité » d'Israël – c'est, à la lettre, sa longue retenue.

2. Le fait que les Qassam du Hamas et, maintenant, ses missiles Grad aient fait si peu de morts ne prouve pas qu'ils soient artisanaux, inoffensifs, etc., mais que les Israéliens se protègent, qu'ils vivent terrés dans les caves de leurs immeubles, aux abris : une existence de cauchemar, en sursis, au son des sirènes et des explosions – je suis allé à Sdérot, je sais.

3. Le fait que les obus israéliens fassent, à l'inverse, tant de victimes ne signifie pas, comme le braillaient les manifestants de ce week-end, qu'Israël se livre à un « massacre » délibéré, mais que les dirigeants de Gaza ont choisi l'attitude inverse et exposent leurs populations : vieille tactique du « bouclier humain » qui fait que le Hamas, comme le Hezbollah il y a deux ans, installe ses centres de commandement, ses stocks d'armes, ses bunkers, dans les sous-sols d'immeubles, d'hôpitaux, d'écoles, de mosquées – efficace mais répugnant.

4. Entre l'attitude des uns et celle des autres il y a, quoi qu'il en soit, une différence capitale et que n'ont pas le droit d'ignorer ceux qui veulent se faire une idée juste, et de la tragédie, et des moyens d'y mettre fin : les Palestiniens tirent sur des villes, autrement dit sur des civils (ce qui, en droit international, s'appelle un « crime de guerre ») ; les Israéliens ciblent des objectifs militaires et font, sans les viser, de terribles dégâts civils (ce qui, dans la langue de la guerre, porte un nom – « dommage collatéral » – qui, même s'il est hideux, renvoie à une vraie dissymétrie stratégique et morale).

5. Puisqu'il faut mettre les points sur les i, on rappellera encore un fait dont la presse française s'est étrangement peu fait l'écho et dont je ne connais pourtant aucun précédent, dans aucune autre guerre, de la part d'aucune autre armée : les unités de Tsahal ont, pendant l'offensive aérienne, systématiquement téléphoné (la presse anglo-saxonne parle de 100 000 appels) aux Gazaouis vivant aux abords d'une cible militaire pour les inviter à évacuer les lieux ; que cela ne change rien au désespoir des familles, aux vies brisées, au carnage, c'est évident ; mais que les choses se passent ainsi n'est pas, pour autant, un détail totalement privé de sens.

6. Et quant au fameux blocus intégral, enfin, imposé à un peuple affamé, manquant de tout et précipité dans une crise humanitaire sans précédent (sic), ce n'est, là non plus, factuellement pas exact : les convois humanitaires n'ont jamais cessé de passer, jusqu'au début de l'offensive terrestre, au point de passage Kerem Shalom ; pour la seule journée du 2 janvier, ce sont 90 camions de vivres et de médicaments qui ont pu, selon le New York Times, entrer dans le territoire ; et je n'évoque que pour mémoire (car cela va sans dire – encore que, à lire et écouter certains, cela aille peut-être mieux en le disant…) le fait que les hôpitaux israéliens continuent, à l'heure où j'écris, de recevoir et de soigner, tous les jours, des blessés palestiniens.
Très vite, espérons-le, les combats cesseront. Et très vite, espérons-le aussi, les commentateurs reprendront leurs esprits. Ils découvriront, ce jour-là, qu'Israël a commis bien des erreurs au fil des années (occasions manquées, long déni de la revendication nationale palestinienne, unilatéralisme), mais que les pires ennemis des Palestiniens sont ces dirigeants extrémistes qui n'ont jamais voulu de la paix, jamais voulu d'un Etat et n'ont jamais conçu d'autre état pour leur peuple que celui d'instrument et d'otage (sinistre image de Khaled Mechaal qui, le samedi 27 décembre, alors que se précisait l'imminence de la riposte israélienne tant désirée, ne savait qu'exhorter sa « nation » à « offrir le sang d'autres martyrs » – et ce depuis son confortable exil, sa planque, de Damas…).
Aujourd'hui, de deux choses l'une. Ou bien les Frères musulmans de Gaza rétablissent la trêve qu'ils ont rompue et, dans la foulée, déclarent caduque une charte fondée sur le pur refus de l'« entité sioniste » : ils rejoindront ce vaste parti du compromis qui ne cesse, Dieu soit loué, de progresser dans la région – et la paix se fera. Ou bien ils s'obstinent à ne voir dans la souffrance des leurs qu'un bon carburant pour leurs passions recuites, leur haine folle, nihiliste, sans mots – et c'est non seulement Israël, mais les Palestiniens, qu'il faudra libérer de la sombre emprise du Hamas.

Le Point
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2021 - HARISSA.COM All Rights Reserved