Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute

Envoyé par mena 
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
16 janvier 2009, 10:51
Au moins un tiers des fonds du Hamas proviendrait de la France ?
15/01/09


Des associations sont soupçonnées d'apporter un soutien financier aux islamistes de Gaza, informe l’Express du jeudi 15 janvier 2009.

Chèques, promesses de dons, virements postaux... Le déclenchement de l'opération israélienne dans la bande de Gaza a eu, en France, un effet immédiat: le Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP) a vu sa collecte de fonds prospérer plus vite qu'à l'ordinaire.
Depuis au moins trois ans, l'association loi 1901, dont le siège est à Paris, réunit chaque année environ 5 millions d'euros. L'argent est ensuite transféré en Egypte, où une autre association s'occupe de l'affecter à des projets humanitaires à Gaza, ainsi que dans les camps palestiniens au Liban.

Selon Israël et les Etats-Unis, le CBSP serait en réalité un financier occulte du Hamas. George W. Bush lui-même a cité comme telle l'association installée en France dans un discours officiel en 2003. De ce côté-ci de l'Atlantique, le CBSP a aussi fait l'objet de soupçons. Mais ils n'ont jamais pu être confirmés. Fondé en 1990 à Nancy par deux étudiants palestiniens, le comité dispose de bureaux à Lille, à Lyon et à Marseille. En 2001, le Crédit lyonnais, qui était alors sa banque, avait signalé à deux reprises au service antiblanchiment du ministère de l'Economie et des Finances, des mouvements de fonds suspects.

L'intérêt porté par les services de renseignement français aux associations caritatives musulmanes d'aide aux Palestiniens s'est renforcé.

Selon Antoine Sfeir, directeur des Cahiers de l'Orient, « au lendemain de la guerre du Golfe, en 1993 et 1994, près de 30 % des fonds collectés par le Hamas provenaient déjà de France ».

Pièces jointes:
CBBBBBPPPPPSPggg.jpg
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
16 janvier 2009, 13:22
regarde, ces arabes n'aiment pas les jus de toutes sortes.je suis pliee.

Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 01:30
Je me demande comment une femme se trouvant a des milliers de kms des faits peut affirmer une telle chose.

Dit GAD



C'est justement parck elle est si loin et vivant dans un pays "libre" qu'elle voit plus clair, et qu'elle est informée de ce qui se passe réellement !
il serait bon que GAG visionne un peu ces vidéos d'horreurs ....de ces blessés palestinens qui denoncent le hamas et demandent à être soignés en Israel.......... il comprendra qu'une grande partie des palestiniens vivent sous la terreur du Hamas ! il faut savoir que le hamas tire à blanc sur ceux qui ne coopérent pas !!!!!bien sur au nom de D......
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 02:09
Un cessez-le-feu unilatéral israélien se profile à Gaza

NOUVELOBS.COM | 17.01.2009 | 10:39

Le cabinet de sécurité israélien se réunit aujourd'hui et devrait voter en faveur d'un cessez-le-feu unilatéral. Les forces israéliennes resteront positionnées dans le territoire palestinien pour une durée indéterminée, a indiqué le responsable israélien.

Sur le terrain, une école gérée par les Nations unies a été bombardée ce matin à Gaza, faisant deux victimes.

Un cessez-le-feu unilatéral israélien se profile dans la bande de Gaza, samedi 17 janvier, après des assurances égyptiennes et américaines faites à l'Etat hébreu sur un arrêt de la contrebande d'armes vers le territoire palestinien.

"Le cabinet de sécurité (israélien) doit voter en faveur d'un cessez-le-feu unilatéral demain (samedi soir) à la suite de la signature d'un accord à Washington et des progrès significatifs réalisés au Caire", a déclaré vendredi à l'AFP un responsable gouvernemental israélien, sous couvert de l'anonymat.

L'annonce de la réunion, samedi, du cabinet de sécurité israélien est intervenue après d'intenses efforts diplomatiques au Caire, où Israël a dépêché son principal négociateur deux fois en 48 heures, et à Washington, où l'administration américaine a promis de redoubler d'efforts pour aider à faire cesser la contrebande d'armes vers Gaza.

Voir le site : [tempsreel.nouvelobs.com]
Pièces jointes:
tzipi.jpg
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 14:46
Les douteux "amis" du peuple palestinien
par Bernard-Henri Lévy

Publié le 15/01/2009

Passons sur les "Mort aux juifs" lisibles sur certaines des banderoles des manifestations de Bruxelles, Paris ou Madrid.

Passons sur ce syndicat italien, le Flaica-Uniti-Cub, qui, selon La Repubblica du 9 janvier, et en "signe de protestation" contre l'opération israélienne à Gaza, appelle-événement sans précédent, en Europe, depuis trois quarts de siècle à "ne plus rien acheter dans les commerces appartenant à des membres de la communauté juive".

Je n'aurai pas la cruauté non plus d'insister sur l'axe pour le moins nauséabond qui se constitue quand Mme Buffet, M. Besancenot et d'autres se voient rejoints, en tête de cortège, par le faurissonien Dieudonné ou quand le compère de celui-ci, Jean-Marie Le Pen, vient unir sa voix à la leur pour comparer la bande de Gaza à un "camp de concentration".
Le hasard fait que c'est de Ramallah, capitale de l'Autorité palestinienne, puis de Sderot, la ville israélienne qui vit, à la frontière de Gaza, sous le feu des roquettes Qassam, que je découvre les images de ces manifestations de soutien à la "cause palestinienne". Et, voyant donc cela, observant ces foules d'Européens hurlant, vociférant, déchaînés et les observant tandis que, dans les deux cas, je me trouve en compagnie de gens dont le souci reste, malgré les bombes, malgré les souffrances et les morts, de ne surtout pas perdre le fil du vivre-ensemble et du dialogue, je veux ajouter quelques remarques à la série de celles que j'avançais la semaine dernière et qui m'ont valu, de la part des internautes du Point, un si abondant courrier ( lire la précédente chronique de Bernard-Henri Lévy ).


1. Quel soulagement de voir des Palestiniens réels au lieu de ces Palestiniens imaginaires qui pensent faire acte de résistance en s'attaquant, en France, à des synagogues ! Les premiers, je le répète, s'obligent à la modération et, avec un admirable sang-froid, tentent de préserver les chances des cohabitations de demain ; les seconds sont enragés, plus radicaux que les plus radicaux et prêts à en découdre, sur le pavé des villes d'Europe, jusqu'à la dernière goutte du sang du dernier Palestinien. Les premiers font la part des choses ; ils savent que nul, dans cette affaire, n'est ni tout blanc ni tout noir ; ils savent que le Hamas, en particulier, porte une responsabilité écrasante dans le désastre où s'est vu précipité son peuple ; les seconds, comme si la confusion n'était pas déjà suffisante, gobent avec délectation les bobards les plus énormes de la propagande anti-israélienne ; ils font des théoriciens et praticiens de l'attentat-suicide et du bouclier humain des nouveaux Che Guevara dont ils arborent insignes et emblèmes ; au lieu de calmer le jeu, ils jouent la politique du pire et jettent le feu dans les esprits.

2. Quelle régression, quel degré zéro de la pensée et de l'action, chez ces gens qui, à distance, ignorants des données du drame, appellent à la haine quand il faudrait peser, au contraire, dans le sens de la réconciliation et de la paix ! Elle suppose, cette paix, deux États acceptant de vivre côte à côte et de procéder au partage de la terre. Elle suppose, des deux côtés, un renoncement à l'extrémisme, au jusqu'au-boutisme, aux idées toutes faites et même aux rêves. Elle implique, par exemple, un Israël se retirant de Cisjordanie comme il s'est retiré du Liban puis de Gaza, mais elle implique un camp palestinien qui ne tire pas profit de ces retraits pour, chaque fois, transformer le territoire évacué en base de lancement de roquettes et de missiles tirés sur les seuls civils. Elle passe par un cessez-le-feu ; elle passe par l'arrêt de combats qui sont en train de faire un nombre de victimes, en particulier parmi les enfants, évidemment insoutenable ; mais elle passe aussi par l'élimination politique d'un Hamas qui se fiche comme d'une guigne et des victimes et de la paix et qui, faute d'avoir pu imposer la charia à son peuple, l'entraîne sur la voie du "martyre" et de l'enfer.

3. Je suis à Ramallah, donc. À Sderot et à Ramallah. Et voyant, de Sderot et Ramallah, cette mobilisation contre un "holocauste" qui a fait, à l'heure où j'écris, 888 morts, je pose une question simple. Où étaient-ils, ces manifestants, quand il s'agissait de sauver, non les 888, mais les 300.000 morts des massacres programmés du Darfour ? Pourquoi ne sont-ils jamais descendus dans la rue quand Poutine rasait Groznyï et qu'il transformait des dizaines de milliers de Tchétchènes en fagots humains et en gibier ? Pourquoi se sont-ils tus quand, un peu plus tôt encore, pendant d'interminables années et cette fois, au coeur de l'Europe, on extermina 200.000 Bosniaques, dont le seul crime était d'être nés musulmans ? Il y a des gens, apparemment, pour qui il n'y a de bon musulman qu'en guerre contre Israël. Mieux : voici de nouveaux adeptes du vieux "deux poids, deux mesures" qui ne se soucient de la souffrance d'un musulman que lorsqu'ils se croient autorisés à l'imputer aux juifs. L'auteur de ces lignes a été au premier rang de la mobilisation en faveur des Darfouris, des Tchétchènes, des Bosniaques. Il plaide, depuis quarante ans, pour un État palestinien viable, aux côtés de l'État d'Israël. On lui permettra, à ce double titre, de trouver ce type d'attitude à la fois répugnant et frivole.

[www.lepoint.fr]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 18:16
Un nouvel ordre moyen-oriental (info # 011701/9) [Analyse]

Par Stéphane Juffa © Metula News Agency

Ce samedi matin, la fin de l’offensive israélienne à Gaza se profile de plus en plus nettement. On attend pour ce soir une réunion du Cabinet politico-sécuritaire à Jérusalem, au cours de laquelle Israël décrétera probablement un cessez-le-feu unilatéral. Une mesure coordonnée avec l’Egypte, les Etats-Unis, l’Autonomie Palestinienne et à la connaissance de l’Union Européenne.

Pendant ce temps, sur le terrain, les opérations de Tsahal se poursuivent. Cette nuit, l’aviation a rempli de nouvelles missions, notamment contre les tunnels de contrebande, des stocks de roquettes, des positions de lancement de Grad, ainsi que des planques de la direction politique et armée du Hamas.

Ilan Tsadik m’informe que Tsahal s’est retirée, vendredi, des quartiers de Tel Al-Hawa et Sabra. Elle se trouve désormais à nouveau à environ trois kilomètres du centre de Gaza-city.

Ceci dit, l’armée lance des raids ciblés contre des objectifs situés dans tous les quartiers de la ville. Elle se retire ensuite sur le périmètre d’encerclement de la cité, qu’elle contrôle entièrement.

La tactique qu’adopte Tsahal consiste à demeurer incessamment en mouvement, afin de ne pas exposer ses soldats à d’éventuelles actions de guérilla et aux snipers islamistes.

En face, la Résistance Islamique est vaincue. Sami El Soudi me communique que le commando de l’élite de l’élite des intégristes, que ces derniers appelaient Les Iraniens a cessé d’exister. Le nom de cette unité venait de ce que tous ses membres avaient été entraînés en Iran. Elle comptait une centaines de combattants.

Jabaari les a lancés dans la bagarre jeudi, en dernier recours, pour tenter d’enrayer l’avance des Hébreux lors de leur offensive par le Sud-ouest. La quasi-totalité de ces miliciens a trouvé la mort dans ces combats. Quelques uns sont blessés et une poignée d’entre eux ont été faits prisonniers.

En dépit de leur sacrifice, les Iraniens n’ont pas été capables d’infliger la moindre perte parmi les militaires de l’Etat hébreu.

Dans la situation qui prévaut désormais, Tsahal dispose d’une très large liberté de manœuvre et est capable d’atteindre n’importe que objectif dans Gaza ville et au nord de la Bande à moindre risque.

Les pertes dans les rangs intégristes sont considérables, sans commune mesure avec les bilans propagandistes et victimistes que le Hamas daigne publier. D’après l’évaluation d’El Soudi et de Tsadik, le nombre des morts au sein de la milice s’élèverait à environ 1 600, et celui des blessés, à plus de 4 300.

On déplorerait en outre le décès de 550 civils, alors qu’un millier de non-combattants seraient hospitalisés.

Ce samedi matin, l’Organisation de la Résistance Islamique, et ses alliés de la Djihad Islamique Palestinienne, ne sont plus en état d’opposer de résistance cohérente à Tsahal.

C’est précisément cet état de fait qui a amené Jérusalem, le Caire et Ramallah à adopter une attitude stratégique coordonnée, éliminant le Hamas du processus de négociation en train de se concrétiser.

La scission entre la direction du Hamas à Gaza, prête à accepter un cessez-le-feu aux conditions égyptiennes, et celle exprimée par la direction politique à Damas, campant sur des requêtes sans rapport avec la situation sur le terrain, a conduit le Caire à la conclusion que des négociations impliquant le Hamas n’avaient aucune chance d’aboutir.

Ce point de vue se reflète au sein du monde arabo-musulman, où il génère un véritable schisme. Un fossé qui s’est encore matérialisé à la conférence de Doha au Qatar, qui s’est déroulée hier, où Khaled Mashal, Mahmoud Ahmadinejad et le dictateur syrien Béchar Al Assad ont tenu la vedette.

Ils ont proféré des propos djihadiste jusqu’auboutistes, le président iranien n’hésitant pas à affirmer que l’offensive israélienne avait été commanditée par Barak Obama en vue de son investiture.

Mashal, pour sa part, y a annoncé que les conditions d’arrêt des hostilités proposées par le Caire étaient inacceptables par son organisation.

Le sommet de Doha était boycotté par l’Egypte, l’Arabie Saoudite, l’Autorité Palestinienne ainsi que d’autres Etats arabo-musulmans. Mahmoud Abbas s’est élevé contre la place qui était faite à Mashal de représentant de la Palestine.

Même le président libanais, pourtant limité dans sa marge de manœuvre par la pression du Hezbollah dans son pays, s’est fermement élevé contre les arguments irresponsables qui ont fait florès à Doha.

Ces mouvances, en symbiose avec la situation militaire à Gaza, amèneront Israël à décréter, plus que probablement, ce soir, en conseil des ministres, un cessez-le-feu unilatéral.

Cette décision, convenue avec le Caire, fait donc l’impasse sur toutes les demandes présentées par le Hamas. Elle prive les intégristes d’une reconnaissance internationale, que leur aurait procurée la posture de parti prenant dans l’accord de cessation des hostilités.

L’accord se tisse ainsi comme si le Hamas n’existait pas. Israël va cesser ses opérations mais ne va pas retirer ses troupes de la Bande. Ce, au moins jusqu’à ce que soient mises en place les dispositions visant à empêcher le réarmement de Gaza par voie de contrebande.

Parallèlement au cessez-le-feu unilatéral, une opération humanitaire internationale massive se profile afin de porter secours à la population palestinienne de Gaza et aux blessés. Les hôpitaux du Sud d’Israël sont en plein préparatifs pour accueillir des milliers de personnes nécessitant des soins.

Dans le cas où le Hamas continuerait à lancer des roquettes sur le territoire israélien, Tsahal pourra reprendre à tout moment son offensive et aura le loisir de décider d’anéantir les vestiges du Califat.

La ministre des Affaires Etrangères israélienne a résumé ce postulat en faisant, depuis les Etats-Unis, la déclaration suivante : "Si le Hamas tire, nous devrons riposter et s'il tire après un certain délai, nous devrons organiser une autre campagne. J'ai dit que la fin ne devait pas dépendre d'un accord avec le Hamas, mais plutôt d'un arrangement contre le Hamas".

A partir de ce soir, pour peu que le Cabinet approuve les dispositions qui lui seront présentées par Messieurs Barak et Olmert, l’essentiel de l’effort à venir se concentrera sur la façon de priver les fondamentalistes de Gaza d’utiliser la frontière égyptienne de Gaza pour se réarmer.

A ce sujet, nos sources nous indiquent qu’un accord prépondérant se trouve en phase de finalisation entre l’Egypte, Israël, les Etats-Unis et un certain nombre de pays européens.

Au fur et à mesure que s’écoulent les heures de ce samedi, l’éventualité de la signature d’un traité – qui pourrait intervenir dès demain dimanche à Sharm-El Cheikh – se fait plus probable. On parle d’une cérémonie officielle, qui réunirait Hosni Moubarak, Ehoud Olmert et le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas. Une cérémonie qui serait parrainée par la présence du Secrétaire Général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon.

Le cœur du traité envisagé aborderait la coordination en vue de prévenir la réouverture des tunnels de contrebande à Rafah.

Mais l’accord en gestation comprendrait également des volets politiques, consacrant le retour de l’influence de l’Autorité Palestinienne à Gaza. Ainsi, toutes les dispositions relatives au contrôle des points de passage, à l’identité de ceux qui en seront responsables, côté palestinien, sera la chasse gardée de l’AP. De même que les décisions palestiniennes relatives au secours médical et humanitaire.

L’objectif des protagonistes de cette nouvelles dynamique consistera à présenter Mahmoud Abbas comme le protecteur des Palestiniens, et Mashal et Hanya, comme leurs bourreaux.

Si tout se concrétise, la débâcle du Hamas pourrait aussi ouvrir une fenêtre de choix à la conclusion d’un accord de paix définitif entre l’Autorité et l’Etat d’Israël, avec la bénédiction des Etats arabes dits modérés et de la communauté internationale.

Il ne fait pas l’ombre d’un doute, vu sous un angle stratégique, que la dynamique qui se met en place vise à faire reculer ce que George W. Bush a baptisé l’Axe du Mal, et en particulier l’Iran.

Avec l’écroulement de l’intégrisme violent à Gaza, l’attention du monde libre se fixera exclusivement sur la bombe iranienne. A cet égard, le président Sarkozy a tenu hier les propos les plus clairs proférés à ce jour par un dirigeant occidental non-israélien contre l’accession par Téhéran à l’arme atomique. Des propos contenant explicitement la menace d’une "confrontation" avec l’Occident.

Que ceux qui croient à la fortuité des occurrences en matière de coordination stratégique continuent de croire. Les autres se tiendront les pouces pour le succès des initiatives débutant ce samedi soir. Des initiatives audacieuses nécessitant la mobilisation de toutes les bonnes volontés.
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 19:23
Pourquoi y a-t-il moins d'Israéliens tués ?, par Joël Mergui
LE MONDE


Incessants, les tirs de rockets et de mortiers lancés dans le sud d'Israël depuis des mois ont mis en lumière une "spécificité architecturale" propre à ce pays : les abris de sécurité. En effet, chaque appartement, chaque immeuble, chaque école, chaque administration est équipé de tels abris.

Outre les abris collectifs signalés dans les quartiers de toutes les villes d'Israël, les maisons et appartements individuels sont dotés d'une petite pièce blindée, appelé le miklat. Ils permettent de trouver refuge en cas d'alerte, à condition toutefois de s'y rendre dans les quinze secondes imparties.

Déjà utilisés en 1991 contre les Scud de Saddam Hussein et, en 2006, dans le Nord contre les Katioucha du Hezbollah libanais, ils ont prouvé à maintes reprises leur utilité vitale. Ils expliquent partiellement le faible, mais toujours trop grand, nombre de victimes tuées par les quelque 3 500 missiles tombés sur Israël au cours des trois années passées, selon le très officiel Centre palestinien d'information. Soit une moyenne de 3,5 alertes par jour !

A notre connaissance, aucun des Etats arabes limitrophes d'Israël n'a jamais jugé utile de créer de tels abris, certainement confiants dans l'éthique de ce pays qui n'a jamais cherché délibérément à viser des populations civiles.

En réalité, du côté palestinien, on a pu constater la multiplication d'un autre type d'abris : les abris pour les armes. Ce sont des centaines de tunnels qui servent au transfert d'armes depuis la frontière égyptienne et traversent Gaza City.

Il n'est pas rare que ces tunnels soient creusés à partir de maisons d'habitation et passent sous des écoles ou des hôpitaux, car les Palestiniens ne connaissent que trop bien cette faiblesse des Israéliens, qui consiste à privilégier la valeur de la vie humaine à l'efficacité militaire.


VOCABULAIRE GUERRIER


Le Hamas, en utilisant sans scrupules les enfants et les civils comme boucliers humains, indique qu'il se considère comme exempté de tout souci humanitaire au nom de son droit à appliquer à la lettre les différents articles de sa Charte, laquelle n'a qu'un objectif unique : la destruction d'Israël.

Lorsqu'en France ou ailleurs, les manifestants se disant propalestiniens exhibent les drapeaux de l'organisation terroriste Hezbollah et du Hamas, crient "Israël assassin !", peut-être faudrait-il leur rappeler que le fait de se dissimuler au milieu de la population civile est par définition une tactique de lâches et d'assassins ?

Cette situation insuffisamment dénoncée permet à certains de clamer que les Israéliens font un "massacre". Mais quel pays a mis autant de moyens pour prévenir les civils avant une attaque ? Des milliers de tracts sont systématiquement largués par les avions israéliens pour prévenir la population civile de l'imminence d'une attaque ciblée. La réciproque est-elle vraie ?

D'un côté, on vise des combattants terroristes en évitant autant que faire se peut de toucher des victimes civiles. De l'autre, on vise délibérément des innocents en espérant causer le maximum de pertes humaines à son adversaire.

L'argent qui a servi à construire les tunnels et à acheter les armes aurait été mieux utilisé à améliorer les approvisionnements en nourriture et les infrastructures pour le fonctionnement des services publics. Mais si un tel souci d'intérêt général était celui du Hamas, cela fait longtemps que la paix serait revenue au Proche-Orient.

Souhaitons pour l'année 2009 que le Hamas découvre enfin que la vie humaine est un bien infiniment précieux qui doit être protégé : un préalable incontournable pour des hommes qui veulent la paix. Mais il est vrai que ce terme n'a jamais fait partie du vocabulaire guerrier et haineux du Hamas.



Joël Mergui, président du Consistoire central de France
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
17 janvier 2009, 22:57
jero a écrit:
-------------------------------------------------------

>
> Souhaitons pour l'année 2009 que le Hamas découvre
> enfin que la vie humaine est un bien infiniment
> précieux qui doit être protégé : un préalable
> incontournable pour des hommes qui veulent la
> paix. Mais il est vrai que ce terme n'a jamais
> fait partie du vocabulaire guerrier et haineux du
> Hamas.
>
>
>
> Joël Mergui, président du Consistoire central de
> France

Israël a déclaré unilatéralement un cessez le feu ,à partir d'aujourd'hui 2h 00.
C'était a prévoir ,que l'on se fatigue bien avant eux ,de voir ,l'inévitable désastre causé par un combat contre des lâches , qui se cachent , parmi les citoyens , et stockent à leur proximité , des quantités considérables d'explosifs.
Oui nous nous sommes fatigués , de voir leurs civils , et surtout leurs enfants payer le prix , de leurs aveugles décisions.
Pour nous ce sont des pertes de vies inutiles , et pour eux ,un inestimable capital , qu'ils auraient bien voulu voire grandir , pour le gérer , de façon plus efficace partout dans le monde ,pour agrandir la haine contre les juifs .
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
18 janvier 2009, 01:41
France Info a recueilli le témoignage d’Anina, une palestinienne réfugiée en France. Elle est ingénieure et jusqu’à l’an dernier elle vivait dans la bande de Gaza. Elle blâme Israël pour ce désastre humain. Mais selon elle, le véritable coupable reste le Hamas (1'55")

Pour écouter l'entretien
[www.france-info.com]
Re: Le Hamas a décidé, ce mercredi de Noël, de sa chute
18 janvier 2009, 07:15


Analyse de Chawki Freiha - Beyrouth

Le vent tourne mal pour le Hamas ? Son representant au Liban appelle les arabes israeliens au secours
Le Hamas est trahi par ses maitres et allies.

Jusqu'a ce matin, les responsables du Hamas affichaient un optimisme demesure quant aux capacites de leur mouvement a faire face a l'armee israelienne. Mais depuis ce midi, les choses semblent s'effondrer a Gaza.

Les factions palestiniennes radicales, islamistes, nationalistes ou terroristes, continuent de lancer les missiles sur les localites du sud d'Israel, mais sans grande efficacite et sans aucune reelle influence sur les operations lancees dans la soiree de samedi. Pourtant, depuis le debut de l'operation terrestre, les dirigeants du Hamas sont apparus confiants, affirmant leur determinationa combattre jusqu'au dernier souffle. Khaled Mechaal etait meme souriant a Damas, en rassurant les Palestiniens sur les capacites de la « Resistance » a defaire l'armee israelienne. D'autres responsables du Hamas ont meme prevu de transformer Gaza en cimetière israelien.

Mais, ce midi, nous avons assiste un changement de ton. Oussama Hamdane, representant du Hamas au Liban, ou l'equivalent du representant du Hamas aupres le Hezbollah, semble defait. Les traits tires, il semble avoir ete decu, comme l'ensemble de son mouvement, par la tournure des choses sur le terrain. Le Hamas vient en effet de comprendre avoir ete lache par ses soutiens theoriques. Ni l'Iran, ni la Syrie, ni le Hezbollah n'ont, jusqu'a l'heure, bouge le moindre doigt pour soulager Gaza. Les islamistes palestiniens venaient de comprendre avoir ete l'objet de chantage et de marchandage et qu'ils ont fini par etre une simple monnaie de change.

Mais poursuivant la parade triomphaliste, Oussama Hamdane a appele les arabes israéliens, ou les Palestiniens de l'intérieur de la ligne verte (des territoires de 1948) à se mobiliser pour soulager Gaza. Pour Hamdane, les arabes israéliens ont le droit et le devoir de secourir les palestiniens de Gaza en attaquant leur propre pays.

Cette réaction de Hamdane atteste que « le syseème du Hamas est sur le point de s'effondrer ». L'ancien directeur des Renseignements irakiens et ancien conseiller du president irakien Talbani, le general a la retraite Wafik Sameraï, interroge par « Elaph.com » sur la situation a Gaza, confirme que « le Hamas vient d'etre trahi par l'Iran et le Hezbollah qui n'osent pas tirer le moindre missile pour soulager Hamas. Certes, ajoute-t-il, le Hamas ne pourra pas faire face a la machine de guerre israelienne, mais il peut commettre certains actes pour retarder quelque peu la progression israélienne. Mais rien n'arrêtera Israel avant d'atteindre ses objectifs ».

Ahmed Al-Jarallah, directeur et editorial du quotidien koweetien « Al Seyassah », confirme ce dimanche que « les dirigeants du Hamas ont conduit leur peuple innocent de Gaza vers l'abattoir, tout en etant eux-memes a l'abri, soit dans leurs trous de Gaza, soit dans leur refuge a Damas. Exactement comme le Hezbollah avait conduit le SudLiban a la destruction en 2006. Hassan Nasrallah avait envouté ses partisans avec ses missiles capables d'atteindre Haïfa et au-dela. Israel a detruit le SudLiban avant que Nasrallah ne puisse sortir ses missiles de leurs caches. Le Hamas et le Hezbollah ne peuvent plus continuer a berner leurs ouailles. Les gens sont plus intelligents que ces illumines barbus ne le pensent. A defaut de les juger par les hommes, l'histoire les condamnera pour les crimes qu'ils ont commis contre leur propre peuple ».

Chawki Freiha


Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2021 - HARISSA.COM All Rights Reserved