Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

L ENFANT ET LE VIEILLARD VOLET 3°

Envoyé par breitou 
L ENFANT ET LE VIEILLARD VOLET 3°
26 octobre 2020, 11:10
L’Enfant et le vieillard. Volet 3°

Le jeune Rachid est en 4ieme année secondaire au lycée CAILLOUX de la Marsa, l’enfant est intelligent, curieux et surtout élevé dans la Hnéne, ses parents ne lui ont jamais inculqués la détestation de l’autre et la haine, il ne connaît pas mais il lui manque ceux que nos anciens, connaissaient des Youdis, des juifs, leurs voisins.
En me croisant, un nouveau sentiment né en lui, il trouve en moi ce qu’il ignorait réellement.

Alors que nous avions l’habitude de nous rencontrer après ses cours de lycée, sur les marches du Takket’s, il ne me trouve pas. Il décide de faire rues, impasses et ruelles à ma recherche, questionnant les passants, qui lui répondaient invariablement, ‘...on ne connaît pas ce monsieur dont tu nous parles…!’ Puis, il a l’idée de rentrer à la plage et là, il voit le vieillard assis à mème le sable, le vent fouettant son visage….’….BABA ALBERRRRRT...BABA ALBERRRRRT… ! Il court vers moi tout haletant, jette son cartable sur les grains et m’enlace, ‘...J’ai pensé que tu ne voulais plus me voir… !’ ‘...Non, pas du tout, je savais que tu me cherchais, regarde là bas vers l’horizon, que vois tu… ? ‘….Rien, un bateau qui ne bouge pas depuis des semaines. La montagne, le BOU KORNINE…. ! ‘...Ici ..RACHID, nous avons appris à tisser des liens indéfectibles entre goulettois, il n y avait ni arabe, ni italiens, ni maltais, il y avait nous, nous et FEU FOLLET, nous et le DR BERREBI….Nous et Mouldi..HAMDA….RIZZO….Tu vois cette plage, elle appartenait à tous, elle a fait de nous des gens de la mer, au début, il y a très longtemps, tu aurais entendu les sirènes des chalutiers qui passaient devant le phare du BLOC, tu vois là bas, les grosses pierres qui se meurent, LES BLOCS c’était le lieu des rdv des jeunes amoureux, qui se cachaient de leurs parents car il était honteux qu’un jeune homme et jeune fille marchent dans la rue la main dans la main, tu aurais vu aux aurores, le grand défilé de ces chaluts italiens naviguer vers le large, dépasser le cap du CAP BON, et le soir venu, elles étaient toutes illuminées comme des perles d’or. Sur les quais, les épouses et vielles mamans, toutes en noir, attendre leurs enfants, maris tous avec un chapelet dans la main ….Tu aurais entendu leur parlé le sicilien, le maltais, l’arabe, je te ferait visiter la PICCOLA CHICHILIA, les quais qui ne sont plus, du moins tu imagineras ce nous étions les uns pour les autres...Il me prend la main, et nous marchions tout le long de la gréve, les vagues nous saluaient, et les mouettes volaient au dessus de nos têtes

‘...Mais où sont t’ils passés Aâm Albert… ? ‘...A LA TRAPPE fiston, car le destin en a voulu ainsi, comme il a voulu que le 15 Aout jour de l’Assomption ne soit plus qu’un jour trépassé….Tu verras, les anciennes maisons des juifs, de qqs voisins arabes qui dans le temps vivaient dans la miséré, derrière les stations de train, comme des lépreux, dans des gourbis entourés de mares d’eau sale, le domaine des moustiques, des rats et des insectes… !’ ‘...Aâm Albert, tous ses gens là ceux d’aujourd’hui sont t’ils goulettois… ? ‘….Tu sais fiston, la Goulette, n’est plus celle d’avant, d’autres personnes sont venues, elle est devenue une ville sans âme, sans juifs, et qd un juif part, chaque ville perd un peu plus de son âme… ! Tes parents ont du te le dire… ! Eux qui ont vécu longtemps ici, et qui se rappellent, mais ils n’ont sûrement pas le temps de tout te raconter, ils gardent en mémoire ce vécu mais hélas il n’y aura pas de relève pour te raconter la vraie histoire de notre ville, il ne reste qu’un seul endroit L OSE et qqs familles juives encore, des vieux qui attendent de partir… ! Tu va grandir et tu partiras un jour faire de grandes études en FRANCE, tu seras qq’un mais avant il faut que tu saches d’où tu viens, qui tu es, et pourquoi pas celui qui porteras haut notre drapeau, celui des trois religions…. !’ Il lève les yeux vers moi ‘...JE TE PROMETS Aâm Albert, que je serai plus tard, avec l’aide d’Allah, le porte parole de tous ces gens qui ne sont plus là… !’ ‘...Ne me promets rien, laisse le MEKTOUB faire ta vie et surtout parle avec ton coeur, aujourd’hui et demain… !’
Maintenant, rentre chez toi… !’ Alors que nous sortions de la plage, une vieille dame courbée, peinait à tenir son lourd couffin… !’ ‘...Rachid, tu vois cette dame, elle se nomme OMMI LEILA ANANE, elle a 91 ans, va prendre son couffin, et accompagne là chez elle, autrefois nous avions le respect des vieux, et vieIlles… !’
Il part vers elle prend son couffin et la raccompagne jusqu ‘au seuil de l’ancienne maison des HYRI… Il revient mais ne me trouve pas, il a compris que je me suis envolé pour un temps


ALBERT SIMEONI...L’enfant de la Goulette.
LE PARLE DE CHATEAUBRIAND.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2021 - HARISSA.COM All Rights Reserved