Share |

La poétesse égyptienne Fatima Naoot : L’Egypte a été conquise par les Arabes

La poétesse égyptienne Fatima Naout : L’Egypte a été conquise par les Arabes, la langue copte a été remplacée de force

Ci-dessous des extraits d´une interview de la poétesse égyptienne Fatima Naout, diffusée sur la chaîne Rotana Egypt :

Fatima Naout : Quand j´ai appris la véritable histoire de l´Egypte - non la fausse histoire qu´on vous apprend à l´école - j´ai commencé à écrire « Egypte », à la place de « République arabe d´Egypte ». Ils vous disent que c´est contre l´islam. De quelle manière ? Lorsque la Perse fut conquise par les musulmans, elle est restée « la Perse ». Ils ont gardé leur langue et leur identité. Les Arabes ne les ont pas changés. Est-ce que cela fait d’eux des infidèles ? Des pays comme l´Indonésie, la Malaisie, la Turquie - tous les pays qui sont devenus musulmans - ont gardé leur identité [ethnique].

Journaliste : Je suis d´accord avec cette logique, mais les termes que vous utilisez sont offensants.

Fatima Naoot : Quels termes ? Dire que [l’arabe] n´est pas notre langue ?

Journaliste : Qui a introduit la langue arabe en Egypte ?

Fatima Naoot : Les Arabes.

Journaliste : Qu’est-ce qui a amené ces Arabes ici ?

Fatima Naoot : La conquête islamique.

Journaliste : Donc ce que vous dites, en fait, c´est que la langue arabe, importée en Egypte par la conquête islamique, est la langue des envahisseurs et des occupants.

Fatima Naoot : Absolument.

Journaliste : Donc, la conquête islamique...

Fatima Naoot : C´était une invasion, pas une conquête.

[...]

Savez-vous comment notre langue a été changée ? Nous parlions la langue copte.

Journaliste : Je ne dis pas que la langue n´a pas changé...

Fatima Naoot : Elle a été remplacée de force !

[...]

Journaliste : Voudriez-vous que le mot « arabe » soit supprimé de l´expression « République arabe d´Egypte » ?

Fatima Naoot : Oui. Plus encore, tout au long de sa scolarité, mon fils Mazen écrivait « la République égyptienne. » Il m´a dit qu´il serait recalé en géographie à cause de cela, et je lui ai répondu : Peut-être seras-tu recalé en géographie, mais tu réussiras en histoire. »

 

Pour voir le clip sur MEMRI TV, cliquer ici

Contenu Correspondant