Share |

LE POGROM DE GABES : SOIXANTE DIX ANS APRES

 

LE POGROM DE GABES : SOIXANTE DIX ANS APRES

par Avraham Bar-Shay

Le 20 Mai 1941, les arabes de Gabes; excités par la propagande du Mufti nazi Hadj Amin El Husseini et par la défaite de la France; ont assassiné 7 Juifs dans ce qu'on a appelé le Pogrom de Gabès.

Le souvenir de la trahison de nos voisins, collègues et amis Arabes doit rester gravé dans notre mémoire collective de Juifs et Tunisiens.

Personnellement ce souvenir ne m'a jamais quitté puisque mon oncle Azar et sa fille de 10 ans étaient parmi les martyres et que j'ai failli y passer moi-même avec mon père.

Malgré le désir de partager les doux moments de notre jeunesse là-bas, pouvons nous ignorer certaines rayures indéfectibles que l’Histoire a marquées sur cette belle toile, que nous essayons de peindre ? Notre existence de minorité n’a pas toujours été de tout repos !

Sans parler du passé trop lointain, je voudrais rappeler cette fois le Pogrome du 20 mai 1941, à Gabès, où sept juifs ont été massacrés sur la Place de la Synagogue et dans lequel mon père et moi avions failli y passer.

Comment se fait-il que ni les Juifs de Gabès ni les autres n’aient assez persisté à dénoncer ce crime, ni l’afficher devant le public juif et non juif ?

J’ai fouillé tous les articles sur Harissa, pas un mot à propos de cette tragédie. Dans la communauté des ressortissants Juifs de Tunisie, peu de gens en avaient entendu parler.

En conséquence, je présente ici un papier qui contiendra 3 versions du récit.

Non ce n’est pas un Rashomon! Dans ces témoignages, on pourra même voir l’expression de certains doutes sur la conduite d’un membre important de la famille.

-1- La version qui me fut maintes fois racontée par mes parents et qui fut ancrée dans ma mémoire. Il m’est impossible aujourd’hui de démêler, certaines images de la tragédie, entre leurs récits et mes souvenirs d’enfant, âgé seulement de 4 ans.

-2- Le témoignage du cousin Nissim (Saou’di), le doyen de la famille aujourd’hui, que j’ai entendu récemment. Il avait miraculeusement échappé la tuerie, il avait 12 ans à l’époque.

-3- Ma modeste traduction d’un chapitre, sur ce pogrom, tel qu’il figure dans un livre, en Hébreu, édité par l’honorable institution YAD VASHEM à Jérusalem. Ce recueil, basé sur des recherches approfondies, a été réalisé par Dr Irit Abramski.

Les 2 premiers témoignages ayant été rédigés auparavant, seront présentés ici sans retouche.

--Version basée sur les récits de mes parents.

En 1941, à Gabès, une horde d’Arabes excités envahit les rues de Djara (le faubourg central de la ville) et assassina, en un après midi, SEPT Juifs sur la place de la Synagogue.

 

Parmi ces martyres il y avait l’oncle de ma mère, Azzar Benattia et sa fille à peine âgée de 10 ans. Sa mère Gracia, qui a été laissée pour morte avec le crane fendu d’un coup de matraque, a survécu au carnage. Les assassins ont aussi saccagé leur maison (située prés de la Synagogue) et pillé tout ce qu’ils pouvaient y trouver.

Parmi les dirigeants du pogrome, il y avait les meilleurs amis de cet oncle, qui était connu en ville comme grand ami des arabes. On disait qu’il était membre du parti qui voulait lutter pour l’indépendance de la Tunisie et qu’il vivait parmi eux et avait adopté leurs coutumes. Les Juifs n’aimaient beaucoup ses propos contre les autorités du Protectorat. Dans la famille on parlait peu de cette tragédie. Certains voisins juifs disaient, qu’il était au courant des préparatifs de ce qui allait arriver et qu’il aurait du avertir les membres de sa communauté. La famille disait que les Arabes lui avaient dit que tout serait dirigé contre les Français.

Dans ce temps là les allemands occupaient la France et la police tunisienne était sous le joug de Vichy. Certains arabes pensaient que le moment était opportun et qu’ils devaient profiter de la faiblesse du colonisateur. Ma mère n’a jamais compris les raisons qui ont fait retourner cette colère contre les Juifs, ni comment cette trahison à la fraternité entre les communautés ait pu avoir lieu. Elle comprenait moins ‘l’intervention et l’efficacité’ de la police locale.

En ce temps là, comme tous les soirs, j’accompagnais mon père à la Synagogue, pour la prière de A’rbit. Il s’arrêtait en route pour prendre un verre de Lagmi (boisson alcoolique, très populaire, faite de jus fermenté tiré du tronc du dattier) dans une taverne non loin de la synagogue. C’est en ce lieu qu’il entendit les cris des Juifs qui fuyaient et cherchaient asile à chaque porte ouverte. A la taverne, nous nous sommes tous terrés et avons verrouillé les portes, jusqu'à ce que le calme fut revenu. Ainsi ce petit verre de plus nous avait sauvé la vie.

 

Plus tard mon père fut désigné par la famille pour continuer à faire marcher l’épicerie de l’oncle Azzar, l’appartement où je suis né était exactement à l’étage au-dessus.

Cela ne dura que quelques années, il alla ensuite chercher son gagne-pain à Tunis.

Il y a près de 30 ans, j’ai essayé de demander quelques détails au membre de la Knesset (du Hérouth) M. Avraham Tayar (originaire de Gabès), qui était mon voisin à Névé-Shaanan (Haïfa). Il avait évité de me répondre en me faisant comprendre que la conduite de mon oncle avait réveillé certaines critiques.

Aujourd’hui nous devons tout dire et faire savoir, malheureusement les vieux de la tribu ne sont plus avec nous.

--Version basée sur un entretien avec le cousin Nissim, témoin vivant. Il était âgé de 12 ans

L’oncle Azzar était un artisan-commerçant. Il exerçait aussi, dans son épicerie, le métier de tailleur. Il était bel homme et bien bâti. Il fréquentait les Arabes plus que les Juifs. Il avait entendu que les criminels l’avaient même convaincu de leur coudre des cagoules. Il savait qu’ils préparaient un coup, mais pas exactement contre qui. Il n’avait pas averti les membres de sa communauté, il s’était bien armé, a préparé sa famille et verrouillé sa maison et les chambres. Gracia, la mère de Azzar, qui vint le visiter ce jour fatidique, enleva ses bijoux dès qu’elle entendit des cris et courut les cacher sous sa petite fille. Nissim le neveu de Azzar était aussi à la maison.

L’oncle avait caché les enfants, dans la chambre la plus sure, sous les planches du grand lit dont l’espace servait à garder les couvertures d’hiver.

Un de ses amis qui était parmi les meneurs des émeutes, l’appela ‘gentiment, pour le protéger des assaillants’. Quand il sortit de la maison, il fut tué à coups de revolver.

Comme la porte de la chambre était dure à forcer, c’est une voisine arabe qui apporta une hache pour casser les verrous.

Quand les assassins découvrirent les enfants, ils tuèrent la fille à coup de hache, blessèrent les autres et prirent toutes les richesses de la famille. Nissim a pu s’enfuir de la chambre et rejoindre une tante en sautant par-dessus les toits. La peur était si grande qu’il y resta jusqu’au lendemain, tandis que ses parents le crurent parmi les tués.

Les noms des martyres étaient :

Moshé H’akmon et sa mère

Masou’d Raccah’ et sa mère

Le Shamash de la Synagogue de Djara, devant laquelle s’est déroulé le massacre

L’oncle Azzar Benattia et sa fille âgée de 10 ans.

Les gendarmes alertés, vinrent sans munitions et furent eux même attaqués et blessés par les assassins.

Tard dans la soirée les arabes se retirèrent, ce qui n’empêcha pas cette audacieuse police, qui était en ce temps là sous le régime de Vichy, de se calmer des coups reçus par les arabes, en saccageant la synagogue et en détruisant les objets sacrés.

Nissim avait entendu, plus tard, des rumeurs disant que l’un des chefs des émeutes voulait venger l’honneur de sa famille. Il soupçonnait son ami Juif, l’oncle Azzar, d’avoir courtisé une de leurs femmes.

Le lendemain les parents des assassins étaient venus consoler la famille et firent toutes les bonnes promesses afin que la famille ne dénonce pas les criminels et que ‘tout doit rester entre Cousins’.

Malgré cela il y eut une poursuite et une avocate juive de Paris, était venue représenter les victimes. Le père de Nissim couvrit les charges. Mais une erreur d’identification de l’assassin, dans le témoignage de la femme de Azzar, avait causé l’acquittement de certains leaders.

Après l’évènement, de jeunes Juifs vinrent de Palestine pour consolider la communauté et ses mouvements de jeunesse comme le Bétar, et entraîner les jeunes à se défendre et être prêts contre toute attaque.

Version publiée, en Hébreu, par ‘Yad-Vashem’ en 1997, dans un livre :

‘CARNET DES COMMUNAUTES, Encyclopédie des populations Juives depuis leur fondation jusqu’après la Shoa , LIBYE, TUNISIE.’, rédigé par Irit Abramski.

" La tension entre arabes et juifs s’était accentuée lors des ‘évènements’ en Palestine et lorsque les vagues de nationalisme arabe s’étaient amplifiées. Un bureau du parti du Destour a été ouvert en 1929 à Gabès et son journal a demandé le boycottage des commerçants juifs de la ville. Il y avait des juifs qui avaient sympathisé avec ce parti, entre autre pour garder de bonnes relations avec leurs voisins.

La situation s’est aggravée (relations judéo-arabes) avec la 2e guerre et le gouvernement de Vichy. D'une part à cause de l’affaiblissement du pouvoir français dans la région, d'autre part à cause de la situation économique qui s’était détériorée au sud du pays. Le fait que les nazis eussent vaincu les Français, incita les militants à se révolter contre le gouverneur militaire. Les chefs du néo destour organisèrent des groupes d'activistes. La propagande du Mufti de Jérusalem, Hadj Amin el Husseini avait contaminé les masses qui employèrent même des slogans nazis.

Le pogrom du 20 mai 1941 fut un événement grave et sans égal dans les communautés juives de Tunisie, à cette époque. Un groupe de plusieurs dizaines d'hommes armés de couteaux et de bâtons est sorti massacrer des juifs du quartier de Djara.

Ils ont attaqué tout juif qu’ils trouvaient dans la rue, saccagé les maisons et pillé les magasins. Ils avaient épargné la synagogue.

Au total, 7 juifs assassinés et 20 blessés. Un policier français a aussi été tué.

Les noms des martyres:

Massoud Raccah et sa mère Assoulam,

Azzar Benattia et sa fille Bahrya

Mévourakh Hagège

Moshé Hacmoun et sa mère Mantina

Le fait que le pogrome s'est déroulé à l’heure du crépuscule, avait restreint le nombre des victimes. Au souk les magasins étaient déjà fermés et la synagogue était presque vide entre les prières de Minha et Arbit.

Des personnalités arabes de Djara et du Menzel, un autre quartier, avaient aidé des juifs et alerté la police française. Ce fait a empêché les émeutiers de se déployer sur d'autres secteurs.

La police française n’était arrivée qu’après quelques heures, ce qui a amené certains chercheurs de conclure que les autorités françaises de Gabès étaient intéressées à la création d'un climat antisémite. En plus, elles ont essayé de réduire le caractère anti-français des émeutes, mais elles en ont profité pour se débarrasser des éléments nationalistes extrémistes du néo-destour. Elles ont arrêté et condamné à mort 5 membres des émeutiers, et avaient interdit formellement aux juifs de célébrer, en public, l’enterrement de leurs martyres.

Il est important de signaler que parmi les criminels il y avait des arabes que les juifs considéraient comme bons voisins, comme clients ou compagnons de commerce »

Ce texte est basé, entre autres, sur des témoignages donnés par des ressortissants de Gabès tels qu’ils ont été enregistrés dans les Archives de Yad Vashem, dont voici les détails :

# 033C/1370, par Elyahou Mimoun

# 033C/1371, par Avraham Tayar

# 033C/1372, par Avner Dgany (Bocobza)

# 0.33/4841, par Houatou Demry

# 0.33/4842, par Rah’amim H’oury

# 0.33/4843, par Rephaél Tsabban

Et sur d’autres livres et archives, en hébreu, anglais et français, dont on peut trouver la liste à la fin du chapitre sur Gabès.

Ces criminels avaient tué des Juifs, bien avant l’établissement de l’Etat d’Israël, à l’époque du mufti pro-nazi de Jérusalem, Sheikh Amine El-Husseini. Nous parlons de l’époque où Bin Laden n’était peut être pas encore né.

Pour moi, ce pogrome est une grande tache dans l’aquarelle de mon pays natal et une fissure dans la sympathie que je lui porte. Cette tuerie doit être inscrite en lettres noires dans l’histoire des relations Judéo-Arabe de ce pays. Nous ne devons jamais l’oublier quand nous décrivons les beaux souvenirs que vous et moi aimons tracer en lettres d’or.

C’est une mission très importante de notre site Harissa, et de son valeureux Webmaster, d’être toujours le porte drapeau de notre Histoire. Ce drapeau y est affiché bien haut et dans toutes ses couleurs, claires et obscures. C’est ainsi que nous triompherons du négationnisme, public ou privé, qui essaie d’effacer les traces de notre passé dans ce beau pays, qui fut le notre depuis des siècles.

Je pense que les autorités tunisiennes feraient un geste noble et qui serait très apprécié par nous tous, s’ils publiaient le dossier complet de cette tragédie.

 

Avraham Bar-Shay (Benattia)

absf@netvision.net.il

 

Paragraphe ajouté en Mai 2013

Un de premiers textes que j'avais publié sur Harissa, dès que j'avais découvert ce site, exposait l'histoire d'un événement Historique de notre Communauté, mais très peu connu en dehors du mémorial régional, "le Pogrom de Gabes."

http://www.harissa.com/D_Souvenirs/Lepogromgabes1941parAvraham.htm

J'avais reçu des lettres de plusieurs lecteurs, Juifs et Arabes, qui s'étaient étonnés que le sujet avait été très peu documenté, avant cela.

Pour les 70 ans de cette Catastrophe et parce la seconde fille de l'une des victimes, Azar Benattia (l'oncle de ma mère); celle qui, bébé, avait survécu au massacre, venait juste de décéder à l'âge de 70 ans,, j'avais décidé de reprendre cet article et d'y ajouter quelques paragraphes.

Aujourd'hui, puisque notre Webmaster l'a republié, à l'occasion de la 72e   année de la Mémoire de cette tragédie (mai 1941), je voudrai rappeler une grande manifestation de notre communauté dans laquelle ce Pogrom a été largement  évoqué.

Il y a quelques mois, un grand Gala fut organisé, à Beer Sheva; en l'honneur des Juifs de Gabes en Israël. Cette soirée fut un grand succès et le Pogrom de Gabès y occupa une place importante.

On  présenta, sur scène, la Plaque de Commémoration des Martyres du Pogrom, plaque que j'ai eu l'honneur de dessiner.

J'y avais aussi donné une conférence sur "La vie de la Femme Gabèsienne".

Pour tout lire sur cette  soirée ainsi que les diapos de la conférence,  cliquer sur ce lien.

http://www.harissa.com/news/article/gala-en-lhonneur-du-judaisme-gabesien-comme-si-vous-y-%C3%A9tiez-par-avraham-bar-shay-ben-attia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Monsieur,
Je suis né dans le même qurtier que vous a gabès juste a côté de la synagogue, étant petit je me rappelle encore de quelque juifs qui ont habiter par la, Bramilou, Sfani Rakkah, Stoura, méslah et le célébre Ghozlane je ne sais pas si il vit encore, ma mère m'a raconter ce jour du massacre elle se rappèlle bien de la période et de c'est qu'en suit.
ma fois certes ces des bléssures qui reste mais c'est toujours un plaisir de retrouver un voisin quelques soit sa religion

Contenu Correspondant