Share |

Noam Ohana

octobre 30, 2015

Il y a vingt ans, on pouvait grandir à l’école de la République avec une forte identité juive au milieu de camarades musulmans, tout en assumant ce lien particulier avec l’Etat d’Israël. On pouvait même être en total désaccord sur le conflit israélo-palestinien sans que cela ne remette en cause une amitié et encore moins son intégrité physique. 

Qu’est-ce qu’un «bon» juif ?

 

Contenu Correspondant