Share |

Origines bibliques et talmudiques de Hanouka – par Félix Perez

Origines bibliques et talmudiques de Hanouka

 

Félix Perez

 

Le miracle de la fiole ayant duré 8 jours, n’est pas explicitement mentionné dans la Bible mais seulement brièvement dans le Talmud Chabat. Cependant, les origines et pratiques de la fête de 8 jours sont longuement mentionnées par le livre biblique apocryphe* des Maccabées, dans le même contexte que le Talmud mais complétées par de nombreuses connexions historiques et bibliques. Ce livre mentionne également le décret instituant cette fête à jamais et les raisons bibliques de sa durée de 8 jours. Il rapporte le contexte historique lié à cette mystérieuse fiole d’huile dont la durée d’allumage représente le miracle de la fête.

*NB : un tel livre apocryphe garde dans le judaïsme orthodoxe toute sa valeur historique mais n’a pas le caractère prohétique lui permettant d’entrer dans le Canon biblique

 

A. Maccabées 1 date de-130 (4, 41-58)   

Il mentionne la dédicace du Temple le 25 Kislev et la fête de 8 jours avec joies actions de grâce et louanges, l’allumage des lampes du Temple et décrète explicitement cette fête « d’année en année » :

« Alors Judas commanda des hommes pour combattre … Ils rebâtirent ce qui était au dedans du Temple, et le sanctifièrent…  Ils allumèrent les lampes qui étaient sur le chandelier et qui éclairaient le Temple. … Le25ème jour du 9ème mois de Kislev, la 148è année, et ils firent la dédicace de l'autel pendant 8 jours, et offrirent des holocaustes avec joie, et un sacrifice d'action de grâce et de louange. … Alors Judas, avec toute l'assemblée d'Israël, ordonna que ce jour serait célébré d'année en année, pendant 8 jours, à partir du 25ème jour de Kislev, avec joie et allégresse » 

 

B. Maccabées 2 date de -100

B1 : Maccabées 2 (10, 1-9)  

La durée d’une fête de 8 jours est expliquée comme un rattrapage des 8 jours bibliques de Soukot que n’avaient pas pu célébrer les Maccabées car ils étaient en guerre. Le texte mentionne que le feu de l’allumage était « tiré des étincelles de pierres à feu » car il fallait trouver une source non impure d’allumage de feu et on peut alors y voir une allusion à l’origine miraculeuse du feu de Hanouka.

« Cependant Machabée et ceux qui étaient avec lui … érigèrent un autre autel; et, ayant tiré des étincelles de pierres à feu, ils offrirent des sacrifices et ils mirent l'encens, les lampes et les pains de proposition. … La purification du Temple eut lieu le 25 de Kislev. Ils célébrèrent cette fête avec joie pendant 8 jours, comme celle des Tabernacles, se souvenant que, peu de temps auparavant, ils avaient passé la fête solennelle des Tabernacles sur les montagnes et dans les cavernes, à la manière des bêtes sauvages. »

B2 : Maccabées 2  (1, 18)

Cette fête de 8 jours appelée explicitement « Fête du feu » fournit une source de cette appellation dans le canon biblique, fût-il apocryphe ! Les 8 jours y sont ici connectés aux 8 jours de la dédicace du Temple de Salomon (2 Chroniques 7). Le texte mentionne une analogie parfaite avec la fiole d’huile miraculeuse cachée et retrouvée liée à Hanouka.Une source  de ce miracle sensé être cité par le seul Talmud existe donc aussi dans la Bible apocryphe… :

Maccabées 1,18 : « Car lorsque nos pères furent emmenés en Perse, ceux d'entre les prêtres qui craignaient Dieu prirent le feu qui était sur l'autel, le cachèrent secrètement dans une vallée, et ils l'y préservèrent, de sorte que ce lieu est demeuré inconnu à tous. Or après beaucoup d'années, Néhémie envoya les petits-fils de ces prêtres qui l’avaient caché pour le chercher; ils ne le trouvèrent pas, mais une eau épaisse. Il s'en alluma un grand feu, de sorte que tous furent dans l'admiration. »

 

C. Flavius Josèphe (années 90 environ)

Josèphe a pour source principale le premier livre des Macchabées.

Il appelle Hanouka la « Fête des Lumières » ! Il mentionne la dédicace du Temple le 25 Kislev, la fête de 8 jours avec joies, hymnes et psaumes, l’allumage du chandelier ainsi qu’ une loi explicite « pour que leurs descendants célébrassent cette fête chaque année pendant 8 jours ».

 

D. Sources Talmudiques

a) Talmud Ta‘anit- (années environ avant 70)

« Ces jours il est interdit de célébrer des deuils : … … huit jours depuis le 25ème jour du mois de Kislev durant lesquels fut inauguré (dédiée) la purification du Temple »

b) Talmud, Chabat 21b (années environ 200)

Le Talmud s’interrogeant sur la raison pour laquelle nos maîtres ont institué Hanouka, répond : « nos maîtres enseignent que le 25 Kislev commencent les 8 jours durant lesquels on ne prononce pas d’oraison funèbre et on ne jeûne pas car les Grecs d’Antiochus IV entrèrent dans le Temple et y rendirent impure l’huile.

Ensuite la dynastie Asmonéenne de Mattathias fils de Yohanane le grand prêtre Asmonéen prit le dessus et les vainquirent en –167. On se mit à la recherche d’huile pour allumer le candélabre dans le Temple et on ne trouva qu’une seule et unique fiole portant le cachet du grand prêtre. Cette dernière contenait une quantité suffisante pour l’allumage d’une seule journée. Le miracle eut lieu et on l’utilisa 8 jours. L’année suivante, on décréta que ses jours seraient dorénavant jours de fêtes de louanges »

 

E. Les 8 jours de  Hanouka déduits des 8 jours de Soukot

donc de la Bible selon le Talmud

Talmud Chabat 25 :

Beth Chamai disent on allume le premier jour 8 bougies et le deuxième 7 et le dernier jour une seule bougie.Beth Hillel disent, au contraire on allume le premier jour une bougie et le deuxième jour deux bougies etc. Le Talmud conclut quel’allumage selon Beth Chamai est cohérent avec les célébrations de Soukot (NDLR :à Hanouka du temps des Maccabées) : à Soukot le nombre d’animaux sacrifiés est décroissant d’une unité chaque jour!Alors queBeth Hillel privilégie l’obligation de montée en Sainteté au Temple  !

Autre explication :

Beth Chamai pensent que plus on s’éloigne de l’origine du miracle plus la lumière du miracle est petite. Donc il faut allumer la Hanoukiah en allant dans un ordre décroissant.Beth Hillel,pensent que pour l’observateur humain du miracle, à chaque instant il y a un nouvel émerveillement et que l’émerveillement ne se trouve pas à l’origine mais se situe dans sa continuation et sa reproductivité.

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant