Share |

Un juif universaliste contemporain de Freud : le Dr. ZAMENHOF (1859-1917), inventeur de l’esperanto

Un juif universaliste contemporain de Freud : le Dr. ZAMENHOF (1859-1917), inventeur de l’esperanto et célébré par l’UNESCO (1959).

 

Un juif universaliste contemporain de Freud : le Dr. ZAMENHOF (1859-1917), inventeur de l’esperanto

 

 

                                               
Par Alain Lellouch , mentor de la loge Ben Gourion , extrait d'une planche présentée lors d'une tenue à la mairie du XVIème arrondissement de Paris 

 «  Vous ne serez étrangers en aucun lieu ; partout des frères, des amis.. .partout étrangers et partout chez eux » . 

Cette devise  des franc-maçons,  sera l’idéal d’un autre  juif universaliste :  Zamenhof  (1859-1917), inventeur de l’espéranto

En Lithuanie, dans la 2ème moitié du XIXè siècle, ce  médecin ophtalmologiste polonais forge une lingwe universala (1878), deux ans avant l’invention du Volapük

Cette langue, Zamenhof la  veut  anationale .  

Le Docteur esperanto (espérant) , ce sera  son  pseudonyme  pour  échapper à la censure tsariste. 

Formé  a posteriori de racines surtout  indo-européénnes préexistantes, l’esperanto  représente pour Zamenhof bien plus qu’une langue : c’est   la première étape d’un projet   plus vaste, une idée interne  qui veut utopiquement (l’utopie,  ce lieu de nulle part) abolir les préjugés humains. 

Zamenhof  les  pense liés à la diversité des ethnies , nationalités et  religions : cette disparition accomplie,  pourrait alors s’instaurer un état de  fraternité humaine  universelle

En 1959, quand il naît  à Bialistok  (Voïvodie),   la Pologne n’existe pas,  coincée  entre  la Prusse , l’Autriche-Hongrie et la Russie. 

Dans une lettre   de 1895, Zamenhof   écrit :  Ce lieu de ma naissance  et de mes jeunes années imprima leur première direction à toutes mes idées futures. A Bialystok, la population se compose de quatre éléments différents : Russes, Polonais, Allemands et Juifs ; chacun parle sa langue à part et entretient des rapports hostiles avec les autres. Dans une ville de ce  genre, une nature sensible souffre du poids du malheur causé par diversité des langues et se persuade … que cette diversité est …  la principale 
________________________ 

(*) mentor de la loge Ben Gourion, extrait d’une planche présentée lors de la tenue  tenue du 19 03 2002, mairie du XVIè arrondissement de Paris,. lellouchalain@orange.fr 

source de dissension au la sein de la famille humaine, ainsi divisée en clans ennemis. Il insiste sur  son éducation  : On m’éleva en idéaliste ; on m’enseigna que tous les hommes sont frères ; et cependant ,  dans la rue, dans les maisons, à chaque pas, tout me donnait le sentiment que l’humanité n’existe pas : il n’existait que des Russes, des Polonais,  des Allemands et des Juifs .. 

Cette pensée tortura mon esprit d’enfant …  je me répétais sans cesse que lorsque je serai grand, rien ne m’empêcherait d ‘éliminer ce mal. 

Dans une  autre lettre (1905), Zamenhof explique  : Si je n’étais pas  un  juif du ghetto, l’idée d’unir l’humanité ne m’aurait jamais effleuré l’esprit , ou bien ne m’aurait pas obsédé … personne ne peut ressentir autant qu’un  juif du ghetto le malheur de la division humaine. Personne ne peut ressentir la nécessité d’une langue .. neutre et anationale .. qu’un juif … obligé de prier Dieu dans une langue morte depuis qu’il reçoit une éducation et une instruction dans la langue du peuple qui le rejette, qui a des compagnons de souffrance sur toute la terre avec lesquels il ne peut se comprendre .. Ma judaïcité est   a été la cause principale pour laquelle dès la plus tendre enfance, je me suis voué à une idée … (le) rêve d’unir l’humanité.  

La lingwe universala, une fois inventée, ce furent  les publications (linguistiques et médicales) en esperanto puis la tradition des grands congrès espérantistes internationaux. 

Elle est  inaugurée en France, à Boulogne sur Mer (668 représentants, 20 pays), en 1905. 

Mais comme l’a écrit l’espérantiste Janton :   les organisateurs français craignaient que,  dans la France rationaliste et bigote de 1905, encore remuée par l’affaire Dreyfus , le ton  de prophète (juif) (de Zamenhof) n’excitât l’hostilité ou le ridicule 

Quand Zamenhof proclame : Chrétiens, juifs ou musulmans, nous sommes tous les fils de Dieu, on   censure son intervention. 

Mais il refuse  de retirer sa prière  : … En ce moment , .. Je n’appartiens à aucune nation, je suis simplement un homme (ce sera plus tard sa doctrine de l’homoranisme avec de fréquentes références  référence au sage juif  Hillel )  … En ce moment , devant les yeux de mon âme, il n’y a rien d’autre que cette haute Force morale que chaque être humain ressent dans son cœur. C’est à elle que j’adresse ma prière. 

Mais la prière choque  et la Déclaration  sur l’essence de l’espérantisme conclue par une ferme mise en garde laïque. Il faut  absolument dissocier l’espéranto   de  toute idéologie(juive)  telle qu’elle pouvait être véhiculée par son inventeur. 

La guerre de 1914-1918, avec ses massacres, met à mal les idéaux de Zamenhof . En 1917, quand Zamenhof meurt, le conflit   n’est pas encore achevé mais cette même année voit  survenir la révolution  d’octobre bolchevique de Lénine et de Trotsky et proclamée  laDéclaration Balfour du 2 novembre 1917, prônant la création d’un foyer national juif  enPalestine. 

Il est  donc important de bien  resituer l’espérantisme dans les mouvements de pensée et les doctrine politiques du  XXè : nationalismes, sionisme,  national-socialisme,internationalisme prolétarien,  pacifisme  et même    droits de l’homme

Rappelons aussi  le tragique  destin post- mortem  de Zamenhof .  

Son  fils Adam est fusillé par les nazis en 1940. Ses deux filles  Sofia et Lydia sont exterminées   à Treblinka. Les locuteurs espérantistes sont persécutés par les nazis et les livres brulés. En URSS et dans les « démocraties populaires », la langue est suspecte.  

Mais elle  renaît au Japon , en Chine et en Amérique du sud pour faire pendant à l’anglais ainsi que sur internet. 

En  1959, l’UNESCO  commémore  « une personnalité importante universellement reconnue dans les domaines de l’éducation , de la science et de la culture ». 

Le destin de Lydia Zamenhoff  est encore plus curieux : juriste, elle se convertit au syncrétisme baha’histe, d’inspiration musulmane. 

Cette religion sans clergé qui prône l’esperanto et l’égalité hommes-femmes persécutée sur sa terre d’origine l’Iran chiite viendra se réfugier à Haïfa, en Israël… 

Mystérieux détour et étonnant  paradoxe de l’histoire. 

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant