Share |

Mechmoum de Jasmin : Secrets de fabrication

 

Mechmoum de Jasmin : Secrets de fabrication

 

 

 

 

 

Secrets de fabrication

 Le mechmoum, incontournable en été pour les Tunisiens, a l’odeur délicate de sa fleur. Ce petit bouquet de jasmin est vendu dans des paniers en osier, un peu partout dans les rues et les cafés. Qui sait pourtant comment il est confectionné ? 

 

6h00 du matin, il fait encore frais à Tunis. Sami est déjà dans sa boutique de fleuriste sur l’avenue Habib Bourguiba. Comme chaque matin, sur sa moto, il fait la tournée des jardins du quartier Mohamed Ali à Radès, pour collecter le jasmin.


Henriette, passionnée de jasmin depuis 40 ans, est prête à lui confier ses fleurs. Chaque jour, malgré sa santé fragile, elle et sa fille Sihem se lèvent à 5 heures du matin. Elles cueillent à l’aube les fleurs encore closes et toutes roses de son petit éden vert. «A l’aurore, les pétales sont encore collées les unes aux autres. Quand elles sont ainsi, les fleurs ne risquent pas d’être abimées au moment de la cueillette ou de la confection des bouquets», dit-elle. Pas besoin d’escabeau ni d’échelle, les fleurs sont à portée de main. Contenu dans des sachets en plastique, le jasmin est pesé puis vendu 14 DT le kilogramme. Henriette récolte entre 250 et 400 g de jasmin par jour, à peu près ce que ramasse sa voisine, Chedlya. Elle aussi vend son jasmin depuis plusieurs décennies. «C’est très fatigant, raconte-t-elle. Mes enfants me disent d’arrêter mais je ne peux pas m’en passer. Je dois être tout le temps présente sinon mon jasmin se porte mal». Chedlya emploie du personnel pour l’aider. Le jasmin demande, en effet, beaucoup d’entretien tout au long de l’année. La cueillette se fait du mois de mai au mois de décembre. Le reste du temps on doit procéder à la taille des arbustes pour qu’ils entrent en dormance, mettre de l’engrais quelque temps après et soigner les plantes contre les parasites de façon régulière.

Le mechmoum : une tradition menacée

Dans les rues du quartier, les fidèles du jasmin ont l’habitude de se croiser à l’heure où la plupart des habitants somnolent encore chez eux. Tout comme Sami, Younès fait sa tournée matinale de jardin en jardin. Le vieil homme, un ancien de Mohamed Ali, déplore la disparition progressive du jasmin. «Tout a commencé à changer depuis les années 1960. Les constructions urbaines se sont considérablement développées laissant peu de place aux jardins fleuris». Younes livre quotidiennement 4 à 5 kg de jasmin à Béchir, un fleuriste du centre-ville de Tunis.
A 8h00, Béchir est dans son petit local, entouré d’une équipe de six personnes. Concentrés sur leur ouvrage, ils confectionnent par étapes les petits bouquets odorants. Hamza, un adolescent de 16 ans, entoure le bout de la tige d’alfa d’une première rangée de jasmin. Il maintient le tout avec de la ficelle, continue avec une deuxième rangée et ainsi de suite. Deux minutes lui suffisent pour poser les fleurs sur la tige. Après quoi, il passe le mechmoum à son voisin Makhlouf qui se charge d’orner le bouquet de fil rouge. Rouge, parce que le jasmin est un symbole de l’amour, explique Brahim, fleuriste lui aussi. Bien que le mechmoum soit recherché ici et ailleurs, la tradition est menacée à cause de la raréfaction de la matière première. D’autre part, les fleuristes se plaignent des conditions de travail difficiles. Locaux vétustes, pas d’autorisation pour les rénover, ils souhaiteraient que le ministère de l’Artisanat les soutienne davantage.

Commerce florissant, mais pas si légal

9h00, le mouvement des voitures et des passants se fait plus dense. Les premiers vendeurs de jasmins viennent acheter quelques bouquets. Salah,14 ans en choisit 25 pour 10 DT. Il travaille 4 à 5 heures par jour sur des bateaux pour pouvoir s’acheter des livres et un costume pour la rentrée scolaire. Ces enfants ont-ils une autorisation pour vendre les mechmoums? Un officier de police du commissariat de La Marsa explique que la plupart n’en ont pas, mais les autorités ferment les yeux parce que le commerce du jasmin attire les visiteurs. Au regard de la loi, vendre des produits sans autorisation est une infraction, le risque encouru est une amende et/ou la confiscation de la marchandise.


A l’ombre des tentes vertes à l’entrée de Tunis, les fleuristes continuent de confectionner les mechmoums pendant des heures. Pour les garder en bon état, les petits bouquets sont conservés au frais, dans des bacs à glaçons.


21h00, Sami sirote un café dans sa boutique. Une botte d’alfa sur la table, il passe la soirée à confectionner les tiges du mechmoum qu’il utilisera le lendemain pour ses précieux bouquets. Il semble qu’il n’y ait pas d’heure ni de prix pour travailler le jasmin. La tradition perdure grâce à la passion de ces petites mains pour cette fleur blanche à l’odeur incomparable. Mais un jour ou l’autre, il faudra trouver une solution face à la raréfaction du jasmin et de l’alfa.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Bo jour
Je suis,a la recherche pour le 23juin de bouquets de jasmin une cinquantaine environs ou puis je en acheter svp
Merci

je souhaiterais savoir s il est possible d avoir une livraison sur marseille pour fin mai d ne soixantaine de mechmoum,?

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant