Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences

Envoyé par Victor 
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
28 novembre 2007, 13:32
Bazooka, il me semble que mes courriels ne vous parviennent pas.

J'ai du nouveau sur la possibilité de se procurer en Israël le livre de Gisèle Sarfati qui vous intéresse.
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
28 novembre 2007, 13:45
Rappel

Communiqué de la SHJT

Pièces jointes:
SHJT-commemoration-021207comp.jpg
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
02 décembre 2007, 10:46
Après-midi très intéressant avec le programme de l'annonce précédente.

Claude Nataf a rappelé la période des six mois de l'occupation allemande et a détaillé la journée du 9 décembre 1942, date de la rafle des Juifs de Tunis.

Claire Rubinstein-Cohen a exposé la situation de la communauté juive de Sousse durant cette même période.

Maurice Borgel, fils de l'auteur, décédé en 1989, a présenté d'abord le livre suivant qui vient de paraître et dont la première édition date de 1944.

On peut acheter ce livre

- au Mémorial de la Shoah
- ou le commander soit en version papier soit en version PDF sur le site
[www.manuscrit.com]
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
06 décembre 2007, 07:45
Rappel

Communiqué de la SHJT
Pièces jointes:
SHJT-commemoration-091207-bis-comp.jpg
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
10 décembre 2007, 14:12
Re: ADRA DU JOUR nouveau
Auteur: lapid (IP enregistrée)
Date: 9 December 2007, 17:52

9 DECEMBRE : LA RAFLE DES JUIFS DE TUNISIE

L'histoire des Juifs de Tunisie reste aujourd'hui encore relativement mal connue du grand public. Plus encore, leur histoire pendant l'occupation nazie. Pour réparer cette quasi-ignorance, Yad Vashem, à l'initiative de l'historien Claude Sitbon, a décidé pour la première fois depuis sa création de commémorer la rafle des Juifs de Tunis (9 décembre 1942).

Extrait de L'Arche n° 585, janvier 2007 :

La Tunisie, à l'époque protectorat français, est le seul pays d'Afrique du Nord à avoir connu l'Occupation. Les lois de Vichy étaient en vigueur depuis 1940 ; mais c'est en 1942 que les troupes allemandes font leur arrivée brutale en Tunisie. Comme l'écrira Albert Memmi, l'histoire du monde rattrape violemment les Juifs de Tunisie.
La même histoire, cent fois répétée en Europe, commence : rationnements, port de l'étoile jaune dans les villes intérieures, réquisitions, spoliations, numerus clausus, amendes infligées aux communautés, le tout sous les bombardements intensifs des forces alliées. Le jour de la rafle, 2 000 hommes sont arrêtés, que les Allemands iront parfois ramasser jusque dans les synagogues.
En six mois d'occupation, de décembre 1942 à mai 1943, sur une population de 75 000 Juifs, 4 000 hommes seront envoyés aux travaux forcés dans des camps - sans compter les «Tunisiens de France » qui seront déportés à Auschwitz. Le grand organisateur, le colonel Walter Rauff, qui dirige les troupes SS, s'est déjà fait un nom. Le concepteur des chambres à gaz mobiles - où les gaz d'échappement étaient rejetés à l'intérieur du camion, provoquant ainsi la mort
par asphyxie d'une cinquantaine de personnes -, c'est lui : 100 000 victimes en Ukraine, Biélorussie, Yougoslavie.
Claude Sitbon, qui prépare la sortie d'un livre sous la direction de Yad Vashem, explique : « La présence des SS aux côtés de la Wehrmacht prouve que les Juifs de Tunisie faisaient partie de la Solution finale. La défaite des forces de l'Axe à El Alamein et l'enlisement des Allemands à Stalingrad, ce concours de circonstances historiques, expliquent que les Juifs de Tunisie n'aient pas connu le même sort que ceux de Salonique. Car, finalement, Varsovie-Salonique-Tunis sont un même destin. Il n'y a pas à faire de différence entre Sépharades et Ashkénazes : tous les Juifs sont des survivants. »
Et ils sont là, ces survivants. Debout dans la Crypte du souvenir du Mémorial de la Shoah. Un homme leur fait face, debout lui aussi au milieu de la crypte, vêtu de son « talit » devenu point de lumière au milieu de cette ombre. L'homme chante un psaume : c'est le rav Éric Bellaïche, le petit-fils du rav Haïm Bellaïche, le grand rabbin de Tunisie qui avait courageusement accompagné sa communauté pendant l'Occupation. Le petit-fils récite le « Kaddish », et la famille tunisienne, accourue depuis tous les coins d'Israël, habituellement bavarde, ironique et fantasque, se tait.
Il y a dans l'assistance des rescapés des camps de travail. Il y a des rescapés tout court. Ils sont là, avec enfants et parfois petits-enfants. Après la prière pour les morts, c'est avec émotion et gravité que tout le monde chante la « Hatikva » : prière pour les vivants.
L'initiative de Claude Sitbon a été chaleureusement accueillie par la direction de Yad Vashem. Avner Shalev, le président du comité directeur de Yad Vashem, prend la parole dans l'auditorium. Son discours sera suivi par ceux du député David Tal, dont la famille est originaire de Tunisie, et de Mordehaï Paldiel, directeur du Département des Justes des Nations. Avner Shalev : « L'arrivée des Allemands a complètement bouleversé l'équilibre social qui avait été trouvé dans la société tunisienne. L'expérience de vie commune entre Juifs et Musulmans se décompose avec l'arrivée des Allemands, ce qui nous rappelle que nous ne devons jamais dépendre de personne mais ne compter que sur nous-mêmes. C'est cette nécessité qui est aussi à l'origine de l'État d'Israël et chacun, à sa façon, doit continuer à porter ce projet nourri par notre mémoire. »
L'influence ravageuse de la propagande antisémite du Grand Mufti de Jérusalem, qui indiquait à Hitler quelles devaient être ses cibles dans le monde arabe et musulman, devait aussi produire ses effets dans la société tunisienne qui serait pourtant la première à payer le prix de son identité originale en voie de création. Mordehaï Paldiel explique que son département, en collaboration avec Claude Sitbon, est en train de travailler sur le dossier de Moncef Bey, qui avait autorité sur la Tunisie pendant la période de l'Occupation.
On sait que le roi du Maroc avait pris sous sa protection ses sujets juifs. Moncef Bey, lui, avait déclaré que tous les Tunisiens étaient ses enfants.
Mordehaï Paldiel cite d'autres témoignages sur des Tunisiens non-juifs - arabes, italiens, maltais - qui, au prix de leur sécurité et parfois de leur vie, ont aidé des Juifs. Ainsi, le témoignage reçu il y a à peine deux semaines d'Annie Bokris, décédée depuis, qui nommait la famille arabe chez qui les siens avaient trouvé refuge. Margalit Uzzan, dont le mari était un cousin d'Annie Bokris, explique à ses voisins dans l'assistance : quand la maison familiale fut réquisitionnée par les Allemands, et que tout le monde se retrouva à la rue, un paysan mit sa grange à leur disposition. Plusieurs familles juives vinrent s'y cacher.
Claude Sitbon le dira en conclusion : « On croit que tout est dit et que tout est trouvé », mais son expérience lui a prouvé qu'en matière historique, la complétude n'est jamais un fait. Plus de soixante ans après les événements, il reste beaucoup d'histoires à raconter, de noms à collecter, de mémoires à restaurer.
Parfois un souvenir, un objet, un document, qui peuvent paraître insignifiants pour leur dépositaire, revêtent une importance capitale pour la mémoire collective qui doit se conserver pour pouvoir se transmettre. C'est pourquoi Yad Vashem demande aux Juifs tunisiens de l'aider à compléter cette partie de notre histoire qui n'appartient à personne mais dont tout le monde est dépositaire. Tel est aussi le sens de la commémoration de la Libération des Juifs de Tunis, qui aura lieu désormais tous les 7 mai à Yad Vashem.
Rendez-vous est pris : la mémoire des Juifs de Tunisie est une responsabilité pour tous les Juifs.


Source :

[NDLR : ce texte a déjà paru dans [www.harissa.com] ]
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
12 décembre 2007, 13:54
Le président et les membres de la loge TSEDEK sont heureux de vous convier à leur prochaine tenue ouverte qui se tiendra le lundi 17 Dec 2007 à 20h30. Auditorium de l’alliance israélite universelle 45 rue la bruyère Paris 9è.

Nous recevrons monsieur André NAHUM médecin, écrivain, et chroniqueur à radio judaïque FM,

pour son ouvrage : « juifs de France : la tentation assimilation »

à la suite de sa conférence monsieur NAHUM ,dédicacera son ouvrage.

Vous êtes attendus à 20h pour le pot de l’amitié.
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
16 décembre 2007, 00:44
Même si vous ne comprenez pas l'anglais ou l'hébreu les images sur ce qui se passe à Sderot parlent d'elles même.






La Loge Hatikva continue sa collecte pour la rénovation des abris de Sderot Chaque euro collecté sera remis intégralement à Sderot et utilisé pour une rénovation par le canal d'une association locale qui a établi un dossier exposant les nécessités les plus urgentes

Ce dossier peut vous être transmis par internet sur simple demande.

Le B'nai B'rith francophone de Jérusalem assure la liaison entre nous

et l'organisation qui se chargera de la rénovation.

Si vous, vos amis souhaitez contribuer à cette action caritative,
merci d'envoyer vos chèques, si minimes soient ils, à l'ordre de Loge Hatikva - Sderot
et envoyés à
G. Marx
106 avenue Félix Faure
75015 Paris

Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
23 janvier 2008, 14:13
Communiqué par la SHJT
Pièces jointes:
SHJT-accueil-Juifs-tunisiens-290108-bis-comp.jpg
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
23 janvier 2008, 14:33
Publications de la SHJT
Pièces jointes:
SHJT-publications-0108-bis-comp.jpg
Re: Juifs de Tunisie-actualité-publications-réunions-conférences
31 janvier 2008, 04:42
Bonjour , je suis Chokri Braham Tunisien , de Sousse , pére de deux garçons , diplômé de la fac des sciences de Monasir , mon mail : brahamchokri@hotmail.com , je cherches des amis juifs de la Tunisie .
Sincéres salutations
Chokri Braham
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2020 - HARISSA.COM All Rights Reserved