Share |

Pour son centenaire, le kibboutz se réinvente

 

Pour son centenaire, le kibboutz se réinvente

Les kibboutz, ces fermes communautaires qui ont pendant longtemps été le symbole le plus connu d'Israël et l'incarnation de l'esprit pionnier du sionisme des origines, fêtent leur 100e anniversaire dans une situation difficile: idéologie socialiste en lambeaux, population réduite et vieillissante... A la recherche d'un nouveau souffle, les adeptes des kibboutz s'engagent plus résolument que jamais dans un mode de fonctionnement capitaliste. Lire la suite l'article

 

Les kibboutz (au pluriel 'kibboutzim', en hébreu) sont devenus des propriétés privées et se sont mis à faire des affaires, attirant aussi des citadins qui cherchent à construire des maisons dans des lieux où jadis, le blé poussait et les vaches venaient paître. Avec ce renouveau, les adhésions remontent, avec de nouveaux arrivants, mais aussi d'anciens membres qui avaient fui les exigences de la vie communautaire, mais commencent à revenir.

Le kibboutz Houlda, dans le centre d'Israël, constitue un exemple révélateur.

Ce kibboutz historique, d'où partirent les convois tentant de briser le siège de Jérusalem par les armées arabes pendant les combats de 1948 ayant suivi la naissance de l'Etat d'Israël, a vu le nombre de ses habitants tomber à environ 110 personnes, alors qu'ils étaient environ deux fois plus au début des années 1980. C'est à cette époque que le mouvement kibboutznik a commencé à être plombé par la crise économique et le désir, pour certains de ses membres, d'aller vivre ailleurs, espérant trouver plus de liberté à l'extérieur.

Comme dans beaucoup d'autres kibboutz, Houlda a fermé son réfectoire collectif. Un des principes-phares à l'origine du mouvement, l'égalité, n'est plus d'actualité: les membres d'Houlda ne reçoivent plus tous la même somme d'argent, mais ils sont rémunérés en fonction du type de travail, les cadres étant mieux payés que les travailleurs de base.

Et le kibboutz, où résidait à une époque l'écrivain Amos Oz, se finance essentiellement grâce aux salaires de ses membres travaillant à l'extérieur, grâce à l'agriculture, et également en louant terres et logements à des personnes de l'extérieur.

A Houlda, comme dans près d'une trentaine d'autres kibboutz, un nouveau quartier est en construction pour des non-membres qui veulent profiter des avantages de la vie à la campagne, sans avoir à partager les valeurs fondatrices du kibboutz.

Les 110 nouvelles maisons, qui sont toujours en construction, ont déjà été vendues, explique le chef du projet, Itzik Gedalia. Ces maisons seront environ deux fois plus grandes en moyenne que les logements des membres du kibboutz, et plus grandes également que la plupart des appartements israéliens.

Les résidents en seront propriétaires, contrairement aux kibboutznik, qui ont pendant longtemps rejeté le principe de la propriété privée.

"Quand personne ne voulait nous voir, cela (la construction de nouveaux logements pour des personnes venues de l'extérieur, NDLR) nous semblait la seule manière de garder Houlda en vie", note Amotz Peleg, né dans ce kibboutz il y a 67 ans. "On ne peut pas maintenir une communauté en vie avec 100 membres et quelques locataires. On ne peut pas financer un dispensaire médical, des écoles maternelles, une épicerie."

L'Etat possède les terres sur lesquelles sont installés les kibboutzim, ces derniers ne tirent aucun revenu des ventes de maisons. Mais Houlda espère que l'arrivée de nouvelles familles aidera à garder ces services communautaires, les non-membres payant pour les utiliser.

Selon des responsables du mouvement, la population totale dans les kibboutz atteint aujourd'hui environ 127.000 personnes, contre 115.300 il y a cinq ans, soit à peu près 1,6% de la population de l'Etat hébreu. Environ 4.000 de ces habitants ne sont pas membres du mouvement. A son époque la plus faste, environ 3,5% des Israéliens étaient des kibboutzniks.

Le premier d'entre eux, Degania, naquit en octobre 1910, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade, incarnation de l'utopie collectiviste et de l'esprit des premiers temps d'Israël, bâtis sur les frontières, et vivier de nombre des premiers dirigeants politiques, militaires ou économiques du pays.

On compte aujourd'hui environ 270 kibboutz en Israël, qui pèsent toujours au plan économique: leurs entreprises et leurs exploitations comptent pour 9% de la production industrielle de l'Etat hébreu, d'une valeur de huit milliards de dollars (5,8 milliards d'euros), et pour 40% de la production agricole, d'une valeur de plus d'1,7 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros). AP

Contenu Correspondant