Share |

Pourquoi la Turquie a-t-elle mal tourné ?

Obama et Erdoğan ne sont plus vraiment les meilleurs amis.

Pourquoi la Turquie a-t-elle mal tourné ?

par Daniel Pipes

 

 

Il y a douze ans à peine, la République turque était perçue à juste titre comme un allié exemplaire au sein de l'OTAN, un modèle d'État musulman pro-occidental et un pont entre l'Europe et le Moyen-Orient. L'alliance militaire avec le Pentagone sous-tendait toute une série de relations économiques et culturelles avec les Américains. Pour nous qui travaillons sur le Moyen-Orient, le temps passé à Istanbul, à Ankara et dans d'autres villes turques, était comme une oasis de fraîcheur au milieu d'une région en ébullition.

Mais voilà qu'au lendemain de ces fameuses élections de 2002, le pays a complètement changé de cap. Dans un processus d'abord lent qui s'est ensuite accéléré dès le milieu de 2011, le gouvernement s'est mis à violer ses propres lois, est devenu autocratique et s'est allié aux ennemis des États-Unis. Même les plus réticents à reconnaître ce changement ont bien été obligés de l'admettre. Si en 2012 Barack Obama classait le dirigeant politique turc dominateur, Recep Tayyip Erdoğan, parmi ses cinq meilleurs amis étrangers, il a montré une attitude toute différente, il y a quelques semaines, en désignant un simple chargé d'affaires pour le représenter à la cérémonie d'investiture d'Erdoğan devenu président – une gifle publique.

À quoi ce changement est-il dû ? Pourquoi la Turquie a-t-elle mal tourné ?

Antécédents historiques

Pour comprendre cette situation actuelle inattendue, il faut se reporter à l'époque de l'Empire ottoman. Fondé en 1299, celui-ci établit son contrôle sur une partie substantielle du continent européen (principalement la région des Balkans qui reçut son nom d'après le mot turc signifiant montagne), ce qui fit de lui la seule entité politique musulmane capable de rivaliser avec l'Europe au moment où les chrétiens occidentaux devenaient peu à peu le peuple le plus prospère et le plus puissant de la planète. Alors qu'au fil des siècles, l'Empire ottoman s'affaiblissait face aux autres puissances européennes, son sort devint une préoccupation majeure de la diplomatie européenne (la « Question d'Orient ») et on se mit à le considérer comme une proie (« l'homme malade de l'Europe »).

Du point de vue ottoman, la question insoluble qui se posait constamment était de savoir ce qui était bon à prendre de l'Europe et ce qui ne l'était pas. En général, les Ottomans trouvèrent que les innovations militaires et médicales étaient les plus acceptables. Dans d'autres domaines, ils se montrèrent plus hésitants. Ainsi c'est en 1493 que les juifs de l'Empire publièrent leur premier livre au moyen de l'imprimerie à caractères mobiles ; les musulmans, eux, attendirent des siècles, plus précisément 1729, avant de les imiter. En d'autres termes, l'adoption des méthodes européennes fut un processus lent, difficile et chaotique.

C'est dans ce contexte que survint la défaite ottomane lors de la Première Guerre mondiale, suivie de la prise du pouvoir par Mustafa Kemal. L'éminent général d'armée victorieux mit fin à l'Empire en proclamant la République de Turquie, de loin plus réduite et limitée principalement aux populations turcophones. Durant les quinze premières années de cette république (1923-1938), le pays fut dominé par Mustafa Kemal qui se fit appeler Atatürk. Champion de l'occidentalisation et contempteur de l'islam, il imposa une série de changements radicaux qui caractérisent aujourd'hui encore la Turquie et qui font d'elle un pays très différent du reste du Moyen-Orient, notamment par sa laïcité, ses lois calquées sur des codes européens ainsi que l'usage de l'alphabet latin et des noms de famille.

À certains égards, Atatürk était en avance sur ses compatriotes notamment lorsqu'il proposa d'installer des bancs dans les mosquées et de faire l'appel à la prière non plus en arabe mais en turc. Presque immédiatement après sa mort en 1938, on commença à détricoter sa politique de laïcisation. Cependant l'armée turque, dans son double rôle de pouvoir politique ultime et de dépositaire de l'héritage d'Atatürk, posa des limites à ces changements. Les premières tentatives sérieuses commencèrent avec l'instauration de la démocratie dans les années 50. D'autres tentatives suivirent mais sans succès.

Toutefois, l'armée n'étant pas une force propice à la créativité ni au progrès intellectuel, les maximes d'Atatürk, répétées sans cesse durant des décennies, devinrent des formules creuses et éculées. Alors que les désaccords se multipliaient, les partis qui conservaient sa vision des années 1920, stagnèrent et dégénérèrent en organisations corrompues et avides de pouvoir. Dans les années 1990, les gouvernements qui se succédèrent rapidement s'aliénèrent une partie importante de la population.

Essor de l'AKP

Profitant de la situation, Erdoğan fonda en 2001 avec Abdullah Gül, homme politique islamiste lui aussi, le Parti de la Justice et du Développement (AKP). Promettant une bonne gouvernance et une croissance économique fondées sur des valeurs traditionnelles, le parti connut un succès impressionnant lors de sa première campagne électorale en novembre 2002, remportant un peu plus du tiers des suffrages. Mais en raison du refus des pachas des partis de la veille garde de coopérer entre eux, le Parti Républicain du Peuple (CHP) fut le seul à recueillir plus de 10 pourcents des voix, seuil à atteindre pour être représenté au parlement.

Près de la moitié des votes étant passés ainsi à la trappe, l'AKP avec ses 34 pourcents des suffrages remporta 66 pourcents des sièges au parlement, transformant une majorité absolue confortable en victoire écrasante. Lors des élections suivantes, en 2007 et en 2011, les partis d'opposition veillèrent à ne pas disperser leurs votes, si bien que l'AKP connut un sort paradoxal : tout en augmentant le pourcentage des suffrages en sa faveur (46 puis 50 pourcents) il perdit des sièges au parlement (62 puis 59 pourcents).

Erdoğan s'efforça tout d'abord de se contrôler : il se concentra sur la croissance économique et régla les questions problématiques de l'agenda politique turc telles que le problème chypriote, l'adhésion à l'Union européenne et le refus très ancien de reconnaître que les Kurdes ne sont pas turcs. Par la suite, il engrangea les succès : dans un pays affichant des taux de croissance économique comparables à ceux de la Chine, il s'imposa comme un médiateur sur la scène politique du Moyen-Orient (par exemple entre Jérusalem et Damas) et comme l'islamiste favori de l'Occident. Ce faisant, il sembla résoudre l'antagonisme vieux de plusieurs siècles entre Islam et Occident, dont il fit une synthèse apparemment réussie.

Toutefois l'objectif à long terme de l'AKP fut la mise au pas de l'armée : condition nécessaire pour la réalisation de son objectif ultime à savoir le renversement de la révolution d'Atatürk et le retour de la Turquie à un régime intérieur et à un statut international de type ottoman. Cet objectif fut atteint avec une surprenante facilité. Pour des raisons qui demeurent obscures, les dirigeants des forces armées supportèrent sans broncher les accusations de complots, les arrestations d'officiers et finalement l'éviction de l'état-major. Ce drame prévisible ne donna lieu à pratiquement aucune protestation.

Une fois obtenue la capitulation de l'armée, Erdoğan s'attaqua à ses rivaux intérieurs, particulièrement son allié de longue date, l'islamiste Fethullah Gülen, chef d'un mouvement national de masse disposant de réseaux dans les institutions publiques clés. L'extravagance populiste d'Erdoğan fut bien accueillie par son électorat – les Turcs se sentant oppressés par l'ataturquisme. Galvanisé par ce succès, il apparut dans toute sa splendeur mégalomaniaque en juin 2013 lors des manifestations du parc Gezi à Istanbul : se déchaînant contre ses concitoyens qu'il accablait d'injures, il traîna en justice un groupe de fans de football pour tentative de renversement de son gouvernement.

En décembre 2013, la révélation de preuves de corruption manifeste au sein de l'AKP conduisit non pas à une reculade mais bien à l'arrestation des officiers de police à l'origine de la révélation. Ce comportement agressif s'étendit aux opposants des médias, du parlement et même de la magistrature. En diabolisant ses détracteurs, Erdoğan réjouit sa base électorale et remporta l'une après l'autre chaque élection, accroissant ainsi son pouvoir personnel, à l'image du président vénézuélien Hugo Chávez.

Politique étrangère

Les relations internationales connurent la même évolution : au départ, quelques objectifs modestes devenant au fil du temps de plus en plus ambitieux et hostiles. La politique de « zéro problème avec les voisins » définie par son conseiller principal en politique étrangère, Ahmet Davutoğlu, commença à porter ses fruits : vacances avec le tyran de Damas, aide aux mollahs de Téhéran cherchant à éviter des sanctions, relations réciproquement avantageuses quoique tièdes avec l'État juif. Même les ennemis de toujours comme la Grèce ou l'Arménie profitèrent de son offensive de charme. Les grandes puissances privilégiant les bonnes relations, le projet néo-ottoman de l'AKP consistant à rétablir la primauté du pays dans ses anciennes colonies semblait à portée de main.

C'est alors qu'Erdoğan montra sur la scène étrangère l'arrogance extrême dont il avait fait preuve dans son pays et usa des pires critiques. Si la moitié de l'électorat turc applaudit ses excès de langage, peu d'étrangers en firent autant. Au début de 2011, alors que les soulèvements dans les pays arabes bouleversaient le Moyen-Orient, Erdoğan et Davutoğlu ne trouvèrent rien de mieux que de s'éclipser au point qu'Ankara vit ses relations se dégrader, voire s'envenimer, avec nombre de ses voisins.

La rupture avec le président syrien Bachar al-Assad, qui demeure peut-être l'un de ses plus grands échecs, eut de nombreuses conséquences négatives : arrivée en Turquie de millions de réfugiés arabophones indésirables, situation de guerre par procuration avec l'Iran, obstruction des routes commerciales turques vers une grande partie du Moyen-Orient et création de forces djihadistes à l'origine de l'État islamique et de son califat autoproclamé. Le soutien turc aux sunnites d'Irak précipita l'effondrement des relations avec Bagdad. Une hostilité envers Israël digne de l'époque nazie mit fin à l'alliance la plus forte qu'avait Ankara dans la région. Le soutien ardent qu'Erdoğan apporta au régime des Frères Musulmans en Égypte, qui dura un an en 2012-2013, se transforma par la suite en hostilité ouverte envers le nouveau pouvoir. Les menaces dirigées contre la République de Chypre à la suite des découvertes de gisements de gaz, aigrirent encore plus des relations déjà conflictuelles alors que les entrepreneurs turcs perdaient plus de 19 milliards de dollars dans l'anarchie libyenne.

Sur le plan international, les relations avec Washington connurent de nouvelles difficultés quand Ankara fit mine d'acheter un système de missiles chinois. Les appels lancés aux millions de Turcs vivant en Allemagne pour ne pas s'assimiler au pays d'accueil créèrent des tensions avec Berlin, tout comme le rôle potentiel d'Ankara dans l'assassinat de trois Kurdes à Paris.

Tous ces affronts laissèrent Ankara pratiquement sans amis, les bonnes relations étant maintenues avec un seul pays, le Qatar (peuplé de 225.000 habitants), avec le Gouvernement régional du Kurdistan dans le nord de l'Irak, et avec les Frères Musulmans dont le Hamas et les branches syriennes de la confrérie. Bizarrement, malgré cet échec cuisant, Erdoğan continua à soutenir la politique de « zéro problème ».

Perspectives

Durant l'année qui vient, Erdoğan, fort d'un nombre impressionnant de victoires électorales et d'un pouvoir étendu, sera néanmoins confronté à trois défis : électoral, psychologique et économique. Son accession à la présidence, le 28 août, nécessite une modification de la constitution qui lui permettrait de devenir le chef de ce pouvoir exécutif fort qu'il désire tant. Ce changement nécessitera à son tour une bonne prestation de l'AKP lors des élections législatives de 2015 ; faute de quoi, il faudra, pour réaliser ses ambitions, faire des concessions substantielles aux Kurdes de Turquie afin de gagner leur soutien. Maintenant que le parti se trouve dans les mains inexpérimentées de Davutoğlu, passé récemment du poste de ministre des Affaires étrangères à celui de Premier ministre, on peut douter de sa capacité à remporter les sièges nécessaires.

Ensuite, le sort d'Erdoğan dépend de l'attitude de Davutoğlu jusqu'ici son fidèle consigliere. Si Davutoğlu se mettait à nourrir des ambitions personnelles, ce qui est tout à fait envisageable, Erdoğan se trouvera cantonné à un rôle surtout protocolaire.

Enfin, l'économie instable de la Turquie dépend de capitaux étrangers fébriles en quête de taux de rendement plus élevés, de flux financiers douteux en provenance des pays du Golfe et dont l'origine et le parcours posent question, ainsi que de toute une série de projets d'infrastructures destinés à pérenniser la croissance. Ici, le comportement très erratique d'Erdoğan (fulminant tantôt contre ce qu'il appelle le « lobby des intérêts », tantôt contre les agences de notations comme Moody's et Fitch, voire même contre le New York Times) décourage de nouveaux investissements alors qu'un surendettement énorme menace de plonger le pays dans la banqueroute.

C'est pourquoi si la suite ininterrompue de succès électoraux pourrait laisser croire qu'Erdoğan continuera à dominer la vie politique turque, il existe néanmoins des éléments de taille qui pourraient y mettre fin et la symbiose entre l'expérience de l'Occident et la fidélité aux valeurs islamiques pourrait bien voler en éclats.

Politique américaine

Dotée d'une population jeune de 75 millions d'habitants, d'une position centrale, du contrôle d'une voie navigable essentielle, et de huit voisins dont la plupart posent problème, la Turquie constitue un allié de premier choix. En outre, le pays jouit d'une position prééminente au Moyen-Orient parmi les populations turcophones établies de la Bosnie au Xinjiang et parmi les musulmans du monde entier. L'alliance turco-américaine qui a débuté lors de la Guerre de Corée a été très profitable à Washington qui, on peut le comprendre, n'est pas disposé à perdre cet allié.

Ceci dit, une alliance ne peut être le fait d'une seule partie. Les gestes posés par Ankara –relations amicales avec l'Iran, soutien au Hamas et à l'État islamique qui mine l'autorité de Bagdad, virulence à l'égard d'Israël et menaces contre Chypre – rend sa qualité de membre de l'OTAN à tout le moins contestable et, au pire, hypocrite.

Washington doit faire remarquer que les techniques d'intimidation qui font gagner des élections en Turquie ne marchent pas ailleurs dans le monde. Le Wall Street Journal a judicieusement proposé de déplacer la base militaire américaine de Turquie au Kurdistan irakien. Il faut en tous les cas désavouer le pouvoir de plus en plus dictatorial exercé par Erdoğan tout comme il faudrait désavouer Ankara pour son occupation continuelle de Chypre, son soutien aux terroristes et ses déclarations antisémites. Au-delà de ces démarches, le temps est venu pour le gouvernement américain de dire clairement que si des changements majeurs n'interviennent pas rapidement, il insistera pour suspendre voire exclure la Turquie de l'OTAN.

Si Erdoğan continue à se comporter en voyou, alors son ancien allié devrait le traiter comme tel.

http://fr.danielpipes.org/15032/turquie-mal-tourne

Version originale anglaise: How Turkey Went Bad
Adaptation française: Johan Bourlard

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Merci à Daniel Pipes pour cette excellente analyse de la situation de la Turquie qui retrace avec justesse le portrait d'Erdogan; j'ajouterais 2 points :
- cet homme politique est tellement imbu de sa personne qu'il ne connaît plus de limites et c'est, au fond, ce qui le perdra.
- sa haine contre l'Etat d'Israël provient de son complexe de culpabilité qu'il éprouve vis à vis de la Ligue Arabe, du fait que c'est par la faute de la Turquie, qui s'est trouvée démantelée au traité de Sèvres, que l'Etat d'Israël a réussi à s'établir sur une terre considérée par les Arabes comme étant musulmane.

Contenu Correspondant