Share |

Hommage a Habib Bourguiba

Hommage a Habib Bourguiba

 
 
 

 

Né le 3 août 1903 à Monastir, fils d’un officier de l’armée beylicale, il était le plus jeune de huit frères et soeurs. Sa famille appartenait à cette classe moyenne du Sahel Tunisien. Envoyé à Tunis à l’âge de cinq ans auprès de son frère aîné, Bourguiba fait ses études primaires et secondaires au collège Sadiki puis au lycée Carnot.

Muni du Baccalauréat, il Part à Paris pour « étudier le droit en vue de combattre le protectorat français ».

Habib Bourguiba revient en Tunisie en 1927 muni d’un diplôme lui permettant d’exercer le métier d’avocat. Il se lance tout de suite dans l’action politique en rejoignant les rangs du Parti destourien (parti nationaliste qui prône le retour à une Tunisie traditionnelle) et en collaborant au journal L’Etendard tunisien, avant de fonder, en 1932, L’Action tunisienne.

Très vite, ce meneur d’hommes au verbe facile et au regard séduisant réalise que la libération de son pays ne peut pas être l’oeuvre d’une classe politique cloîtrée au coeur de Tunis et méfiante à l’égard des masses populaires.

En 1934, il claque la porte du vieux Destour de Cheikh Abdelaziz Thaalbi et fonde, avec un groupe de jeunes, le parti du Néo-Destour. Au bout de quelques mois seulement d’action politique et de «contact direct» avec les foules, le résident général francais, Marcel Peyrouton, fait arrêter les «agitateurs» et ordonne leur déportation dans le Sud tunisien. Cette détention se prolonge jusqu’en 1936.

A nouveau arrêté, il sera libéré en 1942 par les Allemands, mais il refuse de se ranger du côté des puissances de l’Axe. «L’Allemagne ne gagnera pas la guerre et ne peut la gagner», écrit-il juste avant sa sortie de prison, dans une lettre adressée à son compagnon de lutte Habib Thameur : «L’ordre vous est donné à vous et aux militants d’entrer en relation avec les Français gaullistes en vue de conjuguer notre action clandestine. Notre soutien doit être inconditionnel, c’est une question de vie ou de mort pour la Tunisie.»

Le soutien apporté par le Néo-Destour à la Résistance française n’est malheureusement pas pris en compte par les autorités coloniales, au lendemain de la défaite des forces de l’Axe. Moncef Bey, le souverain le plus populaire de la dynastie husseinite, est destitué, et Bourguiba, désappointé par la France, quitte clandestinement le pays. C’est au Caire qu’il s’installe et fréquente, de 1945 à 1949, les milieux nationalistes et intellectuels arabes. En 1947, il effectue une visite aux Etats-Unis pour défendre la cause de son pays. Déçu par ses contacts dans le monde arabe - et notamment avec la Ligue arabe -, il comprend qu’il lui faudra compter avant tout sur ses propres forces et sur les mouvements anticoloniaux en Occident.

Rentré d’exil, il se met à sillonner la Tunisie pour reprendre le contrôle de l’appareil du Néo-Destour, animé, en son absence, par son lieutenant et futur rival, Salah Ben Youssef. Après l’échec, en 1951, d’une expérience gouvernementale à participation destourienne, Bourguiba comprend que la route de l’indépendance est encore longue. En janvier 1952, il est arrêté pour avoir appelé ses compatriotes à multiplier les actions de résistance.

La chance lui sourit le 31 juillet 1954 lorsque Pierre Mendès France, Président du Conseil (premier ministre) français, débarque à Tunis et déclare devant le bey à Carthage que Paris n’est pas opposé à l’émancipation du peuple tunisien. Le 1er juin 1955, Habib Bourguiba effectue un retour triomphal à Tunis, juste après la signature des conventions franco-tunisiennes reconnaissant l’autonomie interne du pays. Son habileté manoeuvrière et sa détermination à devenir le maître incontesté du Néo-Destour le poussent à exclure du parti et à contraindre à l’exil son influent rival, Salah Ben Youssef, qui refuse l’autonomie interne.

La proclamation de l’indépendance le 20 mars 1956 semble avoir été hâtée par l’obstination de Bourguiba, de plus en plus soucieux de prouver le bien-fondé de sa «politique des étapes», surtout après le soutien apporté par le Président égyptien Gamal Abdel Nasser à Salah Ben Youssef.

Il défendra cette «politique des étapes» face à Israël. En 1965, son discours historique de Jéricho, en Cisjordanie, dans lequel il prône l’acceptation du plan des Nations unies de partage de la Palestine entre deux Etats fait l’effet d’une bombe.

Des manifestants dans les rues de nombreuses villes du Proche-Orient et des médias arabes l’accusent d’être «un laquais du colonialisme et de l’impérialisme».

Dès la première année de l’indépendance, Bourguiba inaugure un train de réformes législatives, dont le fleuron reste le code du statut personnel (CSP).

Promulgué le 13 août 1956, il accorde à la femme des droits sans équivalent dans le monde arabe. Il abolit notamment la polygamie et la répudiation, et exige, pour le mariage, le consentement mutuel des futurs époux. Cette attaque contre les sources de la discrimination contre les femmes fait des tunisiennes des privilégiées au Maghreb et au Proche-Orient.

En devenant le premier Président de la République, le 25 juillet 1957, après avoir aboli la monarchie dans un climat de liesse générale, Habib Bourguiba poursuit son projet de construction d’un Etat moderne, en s’appuyant sur un parti dont les cellules quadrillent le pays. Il voit dans la gratuité de l’enseignement le meilleur outil de combat contre le sous-développement. Environ le tiers du budget de l’Etat y est consacré. Tout en étant soucieux d’élargir la base de son parti et d’encourager les jeunes à assumer des responsabilités politiques de premier plan, Bourguiba n’a jamais promis la démocratie. Le pluralisme politique risquant, selon lui, de semer la division et de réveiller «les mentalités tribales et rétrogrades». Il estime que la mainmise de son parti sur les syndicats, le contrôle de la presse et l’interdiction du pluralisme sont les seuls moyens de réaliser son projet de développement.

Grandes oeuvres entreprises depuis l’indépendance :

- Le 14 avril 1956, il constituait le premier Gouvernement de la Tunisie indépendante.

- Le 13 août 1956 introduit au parlement la loi du code du statut personnel, qui donnera a la femme Tunisienne des droits complètement ignores auparavant comme le consentement au mariage, l’age du mariage ,l’abolition de la polygamie,le droit de vote, le divorce civil etc.

- Le 25 juillet 1957, L’assemblée Nationale Constituante proclamait l’abolition de la monarchie et l’institution de la République avec Habib Bourguiba son premier Président qui sera plus tard plébiscite constitutionnellement le 8 novembre 1959.

- Dès 1957 un programme de reforme agraire s’entame et abolit les «Habous». L’unification et Tunisification de la justice s’enclenche et dote le pouvoir judiciaire d’outils modernes et homogènes.

- En juin 1958 la réforme et généralisation de l’enseignement s’entame avec comme objectif un system éducatif uniforme, général et ouvert à tous les Tunisiens d’âge scolaire et gratuit de surcroît.

- Un vaste programme de construction de l’infrastructure de base et très vite mis en œuvre, qui couvrait des hôpitaux publics, des routes reliant les différentes zones du pays, aux barrages hydrauliques pour une gestion plus efficiente des ressources en eau et en énergie.

Bourguiba restera à la tête de la Tunisie jusqu'au 6 novembre 1987 la suite duquel il fut écarte pour raisons de santé, par son premier ministre et ministre de l’intérieur de l’époque. Bourguiba passera le restant de ses jours à Monastir sous résidence surveillée jusqu'à sa mort le 6 avril 2000.

Il sera enterré au Mausolée de la famille Bourguiba le 8 avril 2000.

 

 

Tunisie. Bourguiba entre dénigrement et omission de 

Tunisie: «Bourguiba et l'islam» de Lotfi Hajji 

 

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

se qui m intresse la legende de bourguiba est ses role importent dans l etat tunisien cet homme est bizare dans sa vie comment dirige ses citoyen et son peuple ulutres cet epoque pas tout le monde pas des eduction mais a cet epoque t pas de progre economique et social mais la tunisie avec cet president et a cet esprit elle a changer la tunisie dans toute les domaine vraiment les homme de cet epoque et apres l independence tu va pas le trouver jamais dans la vie et dans tout les esprit de cet moderne monde contoporaine meme il y a la haute technologie par exemple fraht hached dakbagi etc....
mais en 2015 on a un president en tunisie beji kaid essbsi c est un homme de l epoque de habib bourguiba elle est en systeme de bourguiba dans ses reforme dans toute les domaine et sirtout la sante et l eduction comment la fait la premiere fois bourguiba dans ses reforme je veut dire qui il la prendre cet parti tout doucement avec ses reforme jusqu au la fin et je veut dire la fin de bourguiba sa mort il n est pas normal funérailles de bourguiba enfin on a une autre bourguiba la meme systeme politique bourguibienne c est le president beji kaid essbsi dieu avec lui de guider cet manifique pays c est la tunisie
et j espere cet reforme commence par l eduction la sante et la securiete et
de faire traviller les chomage de nos peuple pour lui sortir de la pauveriter
vive la tunisie et son peuple est son president qui va emmener son pays a la terre de securite

Contenu Correspondant