Share |

L’exigence d’une gouvernance mondiale, par Dov ZERAH

 

 

L’exigence d’une gouvernance mondiale

 

par Dov ZERAH

 

« L’échec du cycle de Doha sur le commerce, les progrès limités des négociations climat ou encore le maigre bilan du sommet de la Terre « Rio+20 » inquiètent quant à la capacité de l’humanité à se saisir collectivement des grands enjeux auxquels elle doit faire face – et ce, alors que la planète doit faire face à une croissance démographique sans précédent, qui verra la population passer de 7 à 9/10 milliards d’ici 2050. Nous avons besoin d’édicter de nouvelles règles collectives, adaptées aux défis d’aujourd’hui et de demain. Celles en vigueur, héritées d’un ordre mondial bâti au milieu du siècle dernier, ne sont plus suffisantes. Cette nouvelle gouvernance mondiale devra permettre de répondre aux nombreux risques – systémiques, géographiques ou liés à la mondialisation – auquel l’humanité est confrontée »

« Depuis une vingtaine d’années, tout s’est très vite accéléré, des progrès de la technique à l’éveil de la Chine, de la suppression de certaines barrières comme le contrôle des changes à l’extension du nombre de démocraties pour faire de la planète un grand village, mouvement dénommé soit mondialisation, soit globalisation. Pourquoi ce mouvement fait-il peur ? Pourquoi suscite-t-il des craintes ?
Certes, la concurrence effrénée, pour ne pas dire débridée, angoisse les salariés des pays anciennement industrialisés, car elle fait peser sur eux des exigences renouvelées. Ils ont le sentiment que, quels que soient les efforts, les réservoirs de main d’œuvre asiatiques repoussent toujours les limites de la compétition et conduisent inéluctablement à la remise en cause des avantages acquis.

La fluidité des marchés ainsi que la mobilité des facteurs de production, tant du capital que du travail, sont aujourd’hui une réalité alors qu’elles ne constituaient pendant longtemps que les hypothèses d’un modèle théorique devant conduire à l’optimum de l’allocation des ressources. Alors pourquoi l’optimum économique n’est-il pas atteint et que se crée un système anxiogène ?

Ce livre analyse les risques  associés aux évolutions du monde au cours des vingt dernières années, en  les regroupant sous trois grandes catégories, systémiques, géographiques et liés à la mondialisation elle-même.

Passer de 7 à 9/10 milliards d’habitants d’ici à 2050, place l’humanité face un défi immense. Cela entraîne une course-poursuite avec le progrès technique, et appelle un développement économique plus durable.

Les États-Unis avec leur double déficit la pression exercée par les masses asiatiques, l’essoufflement de l’Europe, la diversité des pays émergents, une Afrique entre décollage et marginalisation et un monde arabe en profonde mutation, soulèvent des interrogations.

Les risques liés spécifiquement à la mondialisation, apparus avec la globalisation, appellent une régulation du commerce international, des institutions financières internationales fortes et une exigence de solidarité internationale.

Au total, le livre montre que les risques et défis auxquels doit faire face la communauté mondiale ne peuvent être maîtrisés que par davantage de coordination, d’organisation et de gouvernance. »

 

 

Dov Zerah, né le 31 juillet 1954 à Tunis est Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) depuis juin 2010. Ancien élève de l’Ecole Nationale d’Administration (1980, promotion “Voltaire”), il débute sa carrière à la direction du Trésor jusqu’à devenir, en 1991, sous-directeur. En 1993, après avoir été Directeur de cabinet du ministre de la Coopération, il rejoint l’AFD comme Directeur délégué à la direction générale. De 1995 à 1997, il est directeur de cabinet du ministre de l’Environnement avant de diriger le cabinet de la commissaire européenne, Édith Cresson, jusqu’en 1999. De 1999 à 2002, M. Zerah est Président de DAGRIS (Développement des agro-industries du Sud) et de la Compagnie Cotonnière (COPACO). Il est nommé Directeur des Monnaies et Médailles en 2002 avant de devenir Conseiller maître à la Cour des Comptes en 2007.

Il est l'auteur de six livres et d'une cinquantaine d'articles et tribunes.

http://www.dovzerah-lelivre.fr/

Contenu Correspondant