Share |

L’ineffable Mahmoud Abbas et ceux qui le soutiennent

L’ineffable Mahmoud Abbas et ceux qui le soutiennent(info # 010307/16)[Analyse]

Par Guy Millière ©MetulaNewsAgency

 

Voici quelques jours, Mahmoud Abbas a prononcé un discours particulièrement abject. Ce n’était pas la première fois qu’il s’adonnait à cet exercice, et ceux qui l’écoutent attentivement savent que tous ses discours sont ignobles, certains simplement plus que d’autres. Seuls ceux qui pratiquent la surdité volontaire peuvent imaginer que Mahmoud Abbas est autre chose que ce qu’il a toujours été : un être assoiffé de sang juif, un homme incitant au meurtre et au terrorisme djihadistes. Seuls ceux qui ne savent pas lire peuvent oser affirmer que Mahmoud Abbas est un « modéré » et un homme de paix.

 

Lorsque Mahmoud Abbas prononce un discours infâme aux Nations Unies et fait ainsi étalage de son indignité, on reste dans un cadre très logique, car la quasi-totalité des adresses prononcées aux Nations Unies sont méprisables, elles-mêmes exprimées par des gens méprisables.

 

Quand il prononce un discours infâme à Ramallah ou dans une capitale arabe, c’est encore très logique, car les harangues poisseuses, déclamées par des orateurs poisseux, sont très fréquentes dans le monde arabe. Et même les chefs d’Etats les plus ouverts de cette région de la planète font, en ce domaine, preuve d’une tolérance complice.

 

Le problème que j’évoque tient à cela que le discours méprisable prononcé par Mahmoud Abbas voici quelques jours l’a été sur le sol européen, dans un lieu très symbolique, le Parlement européen. L’embarras procède de ce qu’Abbas a prononcé ce discours après avoir été invité à le faire par le Parlement européen. Or Abou Mazen (le nom de guerre d’Abbas) a jugé bon de ne retenir ni sa haine ni sa perfidie. Il a d’ailleurs pu immédiatement constater qu’il n’avait aucune raison de retenir son fiel, puisque, dès son apparition, il a été acclamé debout par les parlementaires européens, enthousiastes et quasiment unanimes.

 

Son exposé n’était pas uniquement anti-israélien, calomnieux, mensonger, diffamatoire, vil et abject, il était également antisémite ; chargé d’un antisémitisme digne de celui pratiqué en Europe il y a un peu plus de sept décennies. Il était même révisionniste, puisqu’il y accusait les Juifs israéliens de perpétrer un « massacre de masse sans précédents ».

 

Qu’un peu plus de sept décennies après la Shoah, des parlementaires européens acclament debout de tels propos ne peut que susciter une profonde répugnance et conduire à se demander si l’Europe a tiré la moindre leçon de son passé récent.

 

En observant ce genre d’épisode, on se prend à penser que l’anti-israélisme qui règne dans les enceintes européennes n’est que le prolongement de sentiments nauséabonds, qui n’ont, en fait, jamais été nettoyés du sol européen.

 

Savoir que la « cause palestinienne », incarnée par Abbas et ses acolytes - aussi peu présentables que lui -, participe d’une cause sacrée pour tant de dignitaires européens, et que l’Autorité Palestinienne est massivement financée par l’Union Européenne, ne peut qu’amener à répondre par la négative. Non, l’Europe n’a tiré aucune leçon de son passé récent, et oui, l’anti-israélisme qui règne dans les enceintes européennes est bel et bien le prolongement de sentiments nauséabonds qui n’ont jamais quitté le continent européen.

 

En constatant que le discours de Mahmoud Abbas a été prononcé peu ou prou au moment où les Britanniques décidaient de quitter l’Union Européenne, entraînant ainsi une crise qui menace la survie même de cette dernière, il est licite de considérer que si l’Union Européenne s’effondrait, cet effondrement entraînerait la disparition d’une entité vénéneuse et délétère. Une entité qui prétend collectivement incarner une idée du bien et de l’humanisme, mais qui incarne souvent, en réalité, précisément le contraire.

 

L’Union Européenne est de plus en plus soumise collectivement à un relativisme culturel qui l’a conduite à être aveuglément islamophile, résolument hostile à Israël, hypocritement tolérante vis-à-vis d’un certain antisémitisme (l’antisémitisme musulman), et notamment pour ces raisons, absolument incapable de défendre la civilisation occidentale.

 

Les nationalismes européens qu’elle a tenté d’écraser ne sont pas du tout islamophiles, et s’ils affirment incarner la civilisation occidentale, ils ne sont pas nécessairement moins hostiles à Israël. Mais s’ils mènent l’Europe à l’émiettement, amoindrissant la puissance et l’arrogance de celle-ci, ce ne serait pas nécessairement un mal.

 

Des commentateurs israéliens ont déclaré, après avoir entendu et lu le discours de Mahmoud Abbas devant le Parlement européen, et après avoir constaté la réaction des parlementaires, que le chef de l’Autorité Palestinienne était venu rendre visite à ses « commanditaires » et leur avait tenu le discours qu’ils attendaient. L’analyse de ces commentateurs est, hélas, exacte et pertinente.

 

Si le Parlement européen cessait d’exister, ce ne serait pas une perte pour l’humanité. Si l’Union Européenne cessait d’être le commanditaire de l’Autorité Palestinienne et de Mahmoud Abbas, ce serait très positif pour Israël. Cela représenterait une contribution de l’Europe à la lutte contre le terrorisme djihadiste, que tant de dirigeants européens prétendent combattre mais encouragent en fait en soutenant l’Autorité Palestinienne et des gens tels que Mahmoud Abbas, et en prétendant tracer une démarcation entre le Hamas, « radical », et l’AP, « modérée ».

 

Cela pourrait épargner des vies : chaque Israélien mort assassiné par un Arabe fanatisé par le Hamas est un mort de trop. Chaque Israélien mort assassiné par un Arabe fanatisé par l’Autorité Palestinienne et Mahmoud Abbas est aussi un mort de trop. Il n’est pas uniquement victime de l’Arabe fanatisé, de l’Autorité Palestinienne et de Mahmoud Abbas, mais aussi des leurs commanditaires.  

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
14 + 1 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant