Share |

La vie des femmes Haredim

 

La vie des femmes Haredim

 

 

 

En Israël, certains femmes refusent d'être soumises aux extrémistes religieux. Corine Goldberger, de Marie-Claire s'est rendue sur place afin de rencontrer ces femmes de la communauté des Haredim.

Haredim signifie  "les craignant-dieux".  Ils représentent de 7 à 8% de la population du pays. Ils vivent un judaïsme très rigoriste, parce qu'ils appliquent strictement la "halakha", la loi juive. On les reconnaît à leurs vêtements : tout en noir pour les hommes, avec des chapeaux ronds et des papillotes. Les femmes portent des jupes sombres plissées aux chevilles sur des collants épais même en plein été”, (le pantalon est interdit), des talons plats et  des chemisiers austères pour cacher ses bras. Sans oublier la  traditionnelle perruque de la femme mariée, les cheveux étant considérés comme faisant partie de la nudité, et montrés uniquement au mari. La tenue doit être  “pudique”, “modeste”, conforme à la loi religieuse, dans son application la plus stricte. Ils vivent coupés de la modernité, du monde laïc.

Ils  n'ont pas de télé, ne vont jamais au cinéma, pas de livres ou de journaux profanes. Ils évitent au maximum le contact avec le monde laïc. Ils vivent  claquemurés dans leurs quartiers comme Mea Shéarim, à Jérusalem, habillés comme les juifs Lituaniens d’il y a trois siècles, ils  parlent le Yiddish entre eux, comme les juifs d’Europe centrale au 18 ou 19e siècle. Quand ils rencontrent une femme, les hommes détournent  la tête, et insultent, toute passante qui arbore une tenue “impudique” (bras nus, jupe trop courte…). Les hommes étudient la Bible, à plein temps ou à mi-temps, et les femmes qui ont beaucoup d'enfants, travaillent pour faire vivre la famille et permettre à leur mari d'étudier, ce qui est considéré comme un honneur. Ils sont concentrés dans des quartiers comme Bnei-Brak ou sud de Tel Aviv, ou Meah Shearim à Jérusalem.

Sous la pression d’une minorité très agressive, les tentatives d’exclusion des femmes de l’espace public ne cessent de se multiplier. A Jérusalem, les Haredim  obligent les femmes à s’asseoir (ou à rester debout) à l’arrière des bus des lignes qui traversent leurs quartiers, tandis qu’eux, les hommes, s’assoient confortablement devant,  en vertu de la séparation des sexes qu’ils entendent imposer. Toujours plus loin dans l’extrémisme, des femmes juives, ultra-minoritaires mais très voyantes arborent désormais un voile intégral. Mais ce qui a scandalisé tout Israël, ce sont les larmes d’une blondinette à lunettes âgée de 8 ans, Naama Margolis,  une écolière de Beit Shemesh. Dans ce bastion religieux extrémiste, des hommes en noir lui ont craché dessus et l’ont insultée sous prétexte qu’elle n’était pas vêtue assez  "modestement", comme une petite ultra-orthodoxe. 

Cette radicalisation pousse les femmes ultra-orthodoxes à quitter leur communauté. Certaines veulent faire des études solides, ingénieur par exemple. Mais le seul avenir possible pour les filles souvent, c’est  éducatrice de jeunes enfants, ou enseignante dans des écoles qui ne permettant pas de passer le bac et d'aller à l'université.

L'autre  raison qui les pousse à partir, c'est que les Haredim se marient jeunes, vierges, avec des garçons que parfois elles ont rencontré une ou deux fois, et pas forcément en tête à tête. Ce sont des mariages arrangés par les parents. Elles peuvent refuser un garçon, mais elles ne peuvent ni choisir elles mêmes, ni sortir avec un garçon. Enfin, autre raison de partir, il y a la vie avec ce mari qu'elles connaissent à peine, et avec qui elles se retrouvent au lit un jour.

La vie sexuelle est très réglementée, et en particulier, les couples respectent les lois très strictes de la pureté. Pendant les règles et sept jours après, un mari n'approche pas de sa femme, ne l'effleure même pas. Tout ça est très lourd, même si paradoxalement, il y a  beaucoup de femmes qui paraissent épanouies dans ce système, parce qu'elles ont été éduquées à trouver que c'est bien, c'est la loi religieuse. Et puis, quand ça se passe bien, c'est parce que les jeunes mariés ont fait leur apprentissage sexuel et amoureux ensemble. 

Lorsqu'elles décident de partir, elles sont reniées par leur famille qui se sent déshonorée. Pourtant, elles ne tournent pas forcément le dos à la religion parce qu'elles ont décidé de vivre leur vie. Souvent, elles ont des difficultés à refaire leur vie parce que leur mari refuse de leur donner le guet, qui est l'acte par lequel il reconnait qu'il accepte le divorce religieux. Quand on sait qu'il n'y a pas de mariage laïc en Israël, le refus du guet équivaut à leur interdire de se remarier. 

L'association Hillel, qui a un bureau à Jérusalem et Tel Aviv, compte environ environ 250 volontaires, qui aident  tous les ans une centaine de religieux à changer de vie, à s’adapter à une société moderne dont ils ne connaissent pas les codes. On les aide à trouver un logement, du travail, à  poursuivre des études aussi. On y donne aussi des conseils juridiques aux femmes pour leur éviter de faire les frais de la vengeance de leur ex mari. 

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

j ai une amie à qui son mari a refusé le guet
de guerre lasse, au bout de qq années, elle l'a menacé de prendre un amant et de faire ainsi retomber "la faute" sur sa tête
cette manière de faire vaut ce qu'elle vaut mais elle a obtenu le guet très vite ensuite
annie

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
3 + 4 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant