Share |

LE PALMARIUM de 1940 a L’AN 2000

LE PALMARIUM DE 1940 A L’AN 2000

 

Le PALMARIUM, que j’ai connu en ruines, étant enfant, était  une salle de  cinéma et de spectacles très renommée.

Il a été bombardé en 1942, d’après le récit de mes parents, par les avions alliés en pour mettre hors de combats les soldats ennemis qui se réunissaient souvent en ce lieu

Quelques années après la guerre, dans les années 50 à 55, le PALMARIUM renaît de ses cendres avec 2400 places et restera longtemps le fleuron de Tunis par la qualité de ses équipements modernes, des films projetés des leur sortie et par les nombreuses représentations d’artistes de renommée internationale.

Dans les années 1990, le PALMARIUM est démoli avec d’autres immeubles voisins, dont l’hôtel TUNISIA PALACE, pour donner naissance, grâce à Monsieur Olivier Clément CACOUB, Architecte Grand Prix de Rome, célèbre Tune bien connu, à un grand centre commercial très moderne avec boutiques, parkings et dépendances.

 

En 1998, pendant un petit séjour, pour revoir des parents restés à Tunis, j’ai eu l’occasion de faire deux photos de ce magnifique ensemble.

 

Avec une pointe de nostalgie, regrettant l’absence de cinéma dans ce complexe, je garderai toujours en souvenir les agréables moments des années 60, que j’ai passés dans cette grande salle, en compagnie de mes amis, en allant applaudir Juliette Gréco, Jean Constantin, Les Platters , et tant d’autres qui étaient venus nous honorer de leur présence «sur scène »,comme on disait à l’époque, le mot concert n’étant pas en vogue en ce temps-là pour ce genre de spectacle.

Laurent Faruggia

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

aujourdui j'ai 69 ans mais dans les années 50 j'etait môme et mon pére m'amener souvent dans la cabine de projection car il etait le projectioniste du palmarium.je me souvient encore d'un bar qui etait dans le haul du cinéma de forme ronde avec sur les coté des vitrines de bijoutiers.je suis retourner en vacance a tunis en 2007 j'ai eu un choc de voir que le cinéma avait disparue.j'ai par contre etait emue de voir que le cinéma "mondial" atait toujours la ces la que travaillier mon oncle comme projectioniste.je suis rentrer dans la salle ca ma rapeller des tas de souvenir. je garde encore en memoire le dernier film que j'ai vue au mondial "la grande prairie" et puis comme dans ma familles j'ai atrapper le virus du cinéma j'ai aussi etait projectioniste.j'avais quiter la tunisie en 1959 pour la france.j'habiter a bab djedid.peut etre avait vous connue mon pére son nom Guardi Efisio quand a mon oncle cetait Moréno Huberto.

Il est nettement un ensemble de savoir à ce sujet. Je suppose que vous faites certains points de Nice en comporte également.

Sarah de sidi bou said

Santé et sécurité
Comme avec la plupart des destinations en Afrique que vous avez à attention à ce que vous buvez et mangez, afin d'éviter des maux d'estomac. Acheter de la nourriture auprès des vendeurs ambulants effectue un certain degré de risque, surt

Bravo pour votre article,

j'ai un souvenir impérissable du Palmarium dans les années 65/66, j'avais une dizaine d'années, le film "Les Dix Commandements" de Cecil B. De Mille, a été programmé pendant plus d'une dizaines de semaines.

Une véritable atmosphère d'émeute, les ouvreuses ont renoncés à placer les spectateurs, les marches d'escaliers et même les couloires étaient plein à craquer, dans les salles, des femmes la tête couverte de "Takrita" et les hommes de "Kabous" venus de Gabés, Sousse, ect ...  pour voir Moïse triompher de Pharaon.

Un symbole de fierté juive, à une époque ôu les juifs, se sentaient un peu exclu de cette societé tunisienne, qui pour s'affirmer avait besoin de revendiquer son "Arabitude", et se dirigeait vers une économie dirigiste, qui freinait de nombreux commerçants, dont mon pére et nous a conduit  a partir vers  la France en 1966.

Publier un nouveau commentaire

Contenu Correspondant