Share |

Les enfants de la guerre

Les enfants de la guerre

 

J’aurai aimé titrer autre chose. Ce titre ne veut rien dire parce qu’à ma connaissance je n’ai pas connu des amis ENFANTS DE LA GUERRE. Excusez du peu, j’en frissonne et je suis ému.

Pourtant j’en ai fréquenté des vieux goulettois et pas un seul  d’entre eux ne m’a narré un petit événement douloureux de cette période.

Les allemands étaient bien à Tunis, à Bizerte etc…Mais sont t’ils passés par la Goulette les CHLEUX… ? Je suis pourtant un fan du site HARISSA.COM mais je n’ai pas lu une seule anecdote sur leur passage dans notre cité.

Je ne suis pas un enfant qui a vu la guerre.

Je n’ai rien vu ni entendu d’où que mon imagination se fait sans bruit bien loin des coups  des canons et des chenilles. Les seuls affuts que j’ai connus étaient ceux du FORT CHARLES LE QUINT. J’apercevais leur bouche se profilait des meurtrières mais à par elles rien.

Mes amis adolescents aussi n’ont jamais évoqué un défilé ou une fanfare nazie sur nos deux avenurs  et jamais aucun d’entre nous n’a soulevé d’épisodes sur cette période bien précise.

Les allemands ont t’ils craints que nous leur causions des pertes… ? Ont t’ils eu peur de nous, nous, je veux dire de nos pères qui n’ont jamais portés un fusil à l’épaule… ?

 Pourquoi les goulettois, du moins les anciens, ne nous ont jamais entretenus d’un fait même anodin, une blague, eux qui pourtant avaient une longue mémoire.

 

Celui que j’ai côtoyé le plus c’est l’oncle FRAGI. Il m’a parlé de tout. De tant de choses délicieuses que je n’hésite pas à rappeler sa mémoire et pourtant ni sa femme Lily ni lui ne m’ont dit un mot sur les années 43 44 45. Rien pas une bride.

Nous ne sommes pas les enfants qui avons vécu la guerre.

Nos amis musulmans n’ont plus n’ont soufflé mots sur cela à croire que rien ne s’est passé là bas, les italiens non plus.

J’ai donc demandé à qqs amis sur FB mais hélas, à part un seul bombardement du coté de la rue de Korbous pas loin du HAMAM , et aussi qqs enlèvements de filles juives  et rien d’autres. Mais est ce vrai… ???

De cette époque, je n’ai jamais su comment était la vie de mes vieux amis durant ces temps maussades. Aucun goulettois  n’en  a parlait comme si la présence des allemands n’était qu’un détail et qu’il valait mieux l’occulter que d’en parler.

 Les enfants de la Goulette ont donc vécu en paix. S’ils avaient été témoins d’actes de guerre, ils auraient fabriqué des fusils en bois, et au lieu de chariots des petits chars d’assaut à roulettes. Au lieu de jouer à colin Maillard, ils auraient joué des batailles rangées ou fredonné des hymnes militaires à la sauce allemande. Ils auraient imités le pas de l’OIE en brandissant leur bras vers le ciel qui était bien couvert.

Les enfants de la Goulette ont eu cette chance, de ne pas été élevés dans des récits de guerre mais dans une ambiance de chants orientaux.

Je ne porte dans ma tête aucun sifflement lugubre venu de la Nuit et de ces  BROUILLARDS ? Nulle  peur  ne m’a fait sursauter dans mon lit.. Aucune image de malheur ou de désolation n’est venue perturber ma vie.

Une seule sirène vit en moi, celle du TGM.

Les enfants de la Goulette furent épargnés des cauchemars, des hurlements des mamans  qui ont vu leurs enfants pris  dans la tourmente,  par les allemands.

Aucun de mes amis, je le redis ne m’a relaté ne serait ce une réquisition d’un père, d’un frère parti pour une destination inconnue. D’une fusillade d’otages contre un mur goulettois.

Alors LA GOULETTE BENIE….. ? Certes oui, elle fut enveloppée d’un grand drap de soie qui a rendu aveugle les loups.

PAR ALBERT S.

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
3 + 15 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant