Share |

Offensive irano-syro-hezb dans le Golan

La carte approximative des combats du Golan à l’heure actuelle Service cartographique © MetulaNewsAgency

Offensive irano-syro-hezb dans le Golan (info # 011202/15)[Analyse]

Par Stéphane Juffa© MetulaNewsAgency

 

Les media gouvernementaux syriens, iraniens et libanais proches du Hezbollah ont annoncé que leurs forces conjointes avaient lancé, ces derniers jours, une offensive majeure dirigée contre les provinces du Sud-Ouest de la Syrie, Quneitra et Deraa. Le but de cette manœuvre consiste à déloger l’Armée Syrienne Libre (ASL) des positions qu’elle occupe le long des frontières israélienne et jordanienne.

 

Cette opération poursuit plusieurs objectifs : empêcher l’approvisionnement en armes, en hommes et en munitions de l’ASL via les deux pays limitrophes, ainsi que l’aide américaine et européenne qui y transite, reprendre le contrôle stratégique du point de passage de Quneitra avec Israël, et permettre, le cas échéant, au Hezbollah et aux Pasdaran de lancer des raids contre l’Etat hébreu.

 

Mais surtout, l’opération en cours a pour but suprême de barrer la route de Damas à l’ASL par le Sud et le Sud-Ouest. Ce, alors que ces dernières semaines, des affrontements se sont déroulés à l’intérieur de la capitale syrienne, qui a en outre été touchée par des bombardements de l’artillerie rebelle.

 

Or la région du Golan est la dernière à se trouver sous le contrôle exclusif des sunnites non islamistes de l’ASL, précisément les partisans de Jabkhat Thowar Suriya, le Front Révolutionnaire Syrien (FRS), dont les reporters de la Ména avaient photographié le drapeau au checkpoint de Quneitra.

 

Le maintien de l’ASL dans cette zone est largement dû au soutien que lui procurent Israël et le Royaume hachémite. En Jordanie, cette force, la préférée des Occidentaux dans la Guerre Civile syrienne, reçoit notamment un entraînement administré par des formateurs U.S.

 

Dans les autres régions de Syrie, on assiste à une radicalisation de l’affrontement, qui n’impliquera bientôt plus que les islamistes d’ISIS et d’al Nosra (al Qaeda), d’une part, et l’alliance Iran-Hezb-Alaouites, de l’autre. Avec, dans l’extrême Nord, le long de la frontière turque, un affrontement Kurdes-ISIS.

 

Ailleurs, on voit les combattants sunnites "modérés" de l’ASL rejoindre massivement les rangs des organisations islamistes.

 

L’offensive actuelle suit de peu la promesse du ministre des Affaires Etrangères d’al Assad, qui avait garanti que les rebelles ne conserveraient pas la moindre position sur la frontière israélienne.

 

Nous savons aussi que ce sont les Iraniens et leurs supplétifs chiites libanais qui ont conçu et qui sont les principaux maîtres d’œuvre de l’offensive. C’est d’ailleurs le chef de la Force Quds, le commando d’élite des Gardiens de la Révolution khomeyniste, le Général Qassem Soleimani, qui supervise les combats sur place.

 

Soleimani était le père adoptif de Djihad Mournieh, chef militaire du Hezb, éliminé par Tsahal le 18 janvier dernier dans le nord du Golan, de même que le général de Quds Mohamed Ali Allahdadi ; certaines mauvaises langues prêtaient même à Soleimani une liaison intime avec le fils biologique de feu Imad Mournieh.

 

Assaillis sous les récits contradictoires, il est difficile de connaître avec précision du déroulement des hostilités. Nous avons toutefois observé que les rebelles ont rameuté leurs réserves par l’intermédiaire de leurs sites Web, les enjoignant à rejoindre leurs unités dans les régions de Quneitra et Deraa, "afin de stopper l’avance de l’Armée régulière".  

 

Ce que l’on peut affirmer avec certitude est que l’alliance chiites-alaouites a reconquis la ville de Deir al Adas, à 30 kilomètres de Damas, ainsi que des villages et des collines avoisinants.

 

Un chef rebelle que nous avons brièvement eu au téléphone nous a aussi affirmé que les deux objectifs tactiques que visent Assad et ses alliés au cours de la phase actuelle de l’affrontement sont la route Deraa-Damas et la colline de Tel Harah, au nord-est de la cité d’Harah.

 

L’importance de la route en question se situe dans la crainte de Téhéran et de Damas d’une offensive en gestation chez l’ASL, avec l’encadrement logistique de ses amis, en vue d’une campagne déterminante destinée à enlever Damas et à modifier ainsi le cours de la guerre.

 

Quant à Tel Harah, c’est une position qui domine les abords de Quneitra, permettant à la fois d’en neutraliser les activités grâce à l’artillerie, et de servir de position de départ pour une reconquête du poste frontière.

 

D’autre part, des informations contradictoires circulent quant à l’éventuelle prise de la ville de Hirbet Ghazaleh, à quinze kilomètres au nord-est de Deraa. Si l’information se confirmait, ce serait la première fois depuis plus de deux ans que les forces gouvernementales contrôleraient cette cité.

 

Le chef rebelle qui nous a parlé a reconnu des pertes territoriales concédées par ses troupes, mais il les a qualifiées d’ "absolument insignifiantes". Il a également admis la mort d’une quarantaine de combattants et "de plusieurs blessés soignés chez vous", mais nous a affirmé que l’ASL avait infligé plus de 250 morts au camp adverse, dans des combats d’une intensité extrême. Des bilans qu’il nous est impossible de vérifier.

 

Ce qui est avéré est que la bataille est rendue encore plus difficile à cause des conditions météorologiques quasi-polaires qui règnent sur le Golan, particulièrement au nord du plateau. Durant la seule nuit dernière (mercredi à jeudi), on a enregistré 65 centimètres au sol à 1 700 mètres d’altitude suite à des chutes de neige ininterrompues jusqu’à ce jeudi après-midi.

 

Sur le théâtre des opérations, en plus des précipitations – pluie glacée vers Deraa, neige au nord du plateau – le vent souffle à la limite de la tempête et la visibilité ne dépasse jamais un kilomètre. Or ces conditions favorisent le camp des défenseurs lors d’un conflit, les armées évitant d’habitude de lancer des offensives majeures dans ces circonstances.

 

Dans le cas précis, il est possible que les stratèges iraniens aient au contraire choisi délibérément cette météo songeant ainsi empêcher l’Armée de l’air israélienne d’intervenir au cas où elle en recevrait l’ordre.

 

Il s’agirait d’un calcul douteux, car les appareils du Khe’l Avir sont dotés d’équipements leur permettant d’intervenir pratiquement par tous les temps et presque sans aucune visibilité. D’ailleurs ils survolent copieusement la région des combats, le Golan israélien, la zone de Métula et le Liban-sud.

 

Mais aucune décision d’intervenir n’a encore été prise par Jérusalem, qui consulte ses alliés occidentaux en permanence sur ce dossier, de même que ses partenaires régionaux. La Ména a ainsi appris que les Israéliens effectuent de nombreux repérages aériens grâce à leurs drones sur la frontière jordano-syrienne, avec l’accord d’Amman, et probablement pour pouvoir informer les rebelles de la position des concentrations de leurs ennemis.

 

On peut se demander quelle serait la réaction de tous ces Etats soutenant l’ASL au cas où elle serait sur le point de perdre pied face à l’avance syro-irano-libanaise. Il est certain que Jérusalem et Amman préfèrent de loin son voisinage à celui de l’Iran et du Hezbollah et qu’ils disposent de la capacité militaire nécessaire pour éradiquer l’offensive en cours.

 

En principe ces pays ont choisi de ne pas se mêler directement de la Guerre Civile syrienne, mais faute de l’assister face à une telle coalition, l’Occident risque tout simplement la disparition de la seule composante démocratique – avec les Kurdes – de ce conflit, ce qui représenterait pour eux une perte stratégique considérable. Un hypothétique revers stratégique qu’il est loisible de résumer simplement ainsi : sans l’ASL, la Syrie appartiendra soit au Califat Islamique soit à l’Iran.

 

De plus, c’est la première fois que les media de Damas font officiellement état de la participation directe du Hezb et des Pasdaran aux combats. Il est vrai que l’Armée régulière syrienne n’avait pas su résister seule à la rébellion dans le Golan, et c’est son incapacité qui a permis à l’ASL de s’approcher à moins de trente kilomètres de Damas. Il est dès lors clair que l’intervention de Téhéran avec ses troupes d’élite poursuit une stratégie régionale dépassant le cadre de la Guerre Civile syrienne. Or si les ayatollahs s’octroient le droit de promouvoir leurs intérêts, ses adversaires feraient bien de s’occuper des leurs.

 

Il est certain que la situation dans le Golan, mais aussi l’étrange attitude de Barack Obama qui songerait à affecter un rôle aux Perses dans les guerres d’Irak et de Syrie, a encore resserré les liens entre l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Jordanie et Israël, forcés de se consulter et de s’entraider pour protéger leurs intérêts fondamentaux.

 

A Métula, mais aussi à Riad, Amman, Londres et Washington, on préférerait de loin renforcer le bras de l’Armée Syrienne Libre dans le Golan, sans avoir à entrer dans la danse macabre. Mais on sait que si cela ne suffisait pas, face à deux armées régulières, il faudra peut-être payer de sa personne. C’est exactement pour cela que, malgré les nuages particulièrement bas, des dizaines d’yeux, tant humains qu’électroniques, scrutent les aléas de l’étrange bataille qui embrase la chaîne montagneuse située juste en face de notre rédaction.

Contenu Correspondant