Share |

Pas de « Pokémon Go » à Auschwitz

Pas de « Pokémon Go » à Auschwitz

Par Jonathan Aleksandrowicz - Actualite Juive

 

Le directeur du musée du camp d’Auschwitz a demandé aux développeurs du jeu pour smartphone « Pokémon Go » de retirer le camp de la carte GPS de l’application.

Un véritable phénomène vidéo-ludique qui a débarqué sur smartphones le 5 juillet, et déferle en France à partir de la semaine du 18 juillet. « Pokémon Go » mélange jeu vidéo et réalité en ajoutant des éléments virtuels au monde réel perçu par les appareils photos des mobiles. Extrêmement addictif, il fait de la terre entière un terrain de chasse pour attraper les Pokémons (de « pocket monsters » / monstres de poche). Disséminées un peu partout dans le monde, ces créatures peuvent donc être attrapées par les joueurs dans leurs propres quartiers. Voire en plein océan, puisque deux Néo-Zélandaises ont été jusqu’à prendre un kayak pour rejoindre une arène de combat (!) située en plein océan au large de Wellington.

Des excès qui ont même conduit le directeur du musée de l’Holocauste à un appel à la décence. « Jouer à ce jeu n’est pas approprié dans le musée, qui est un mémorial pour les victimes du nazisme ». Même réaction pour le responsable du camp d’Auschwitz qui a déclaré qu’il était « irrespectueux » et formellement interdit d’y chasser des Pokémons. « Nous avons envoyé mardi une lettre à la société Niantic (qui a développé le jeu) demandant de supprimer la géolocalisation du camp sur l’application ». De fait, 136 Pokémons pouvaient jusque-là être capturés au camp d’Auschwitz. Les responsables du musée du camp ont demandé à Nintendo (créateur des Pokémons) de les retirer. « Nous voulons sensibiliser d’une manière générale tous les producteurs de jeux au respect de la mémoire des victimes de ce plus grand camp de la mort nazi de la Seconde guerre mondiale ». 

Publier un nouveau commentaire

Contenu Correspondant