Share |

Petrofac arrête ses investissements et quitte la Tunisie

Petrofac arrête ses investissements et quitte la Tunisie

 

 

La vague des départs des compagnies pétrolières qui quittent la Tunisie risque de se poursuivre. Ainsi après l’ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), EnQuest et Shell exploration, c’est au tour de la société pétrolière britannique de prospection et d'exploitation énergétique, Petrofac, d’arrêter ses investissements en Tunisie et de menacer de quitter notre pays.

 

Dépitée par les blocages répétés de ses activités à Kerkennah qui lui ont causé d’énormes pertes depuis la révolution et inquiète de la passivité étonnante avec laquelle les différents gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays, depuis 2011, ont traité ce genre de dépassements, la société mère en Grande-Bretagne a décidé de bloquer tous ses investissements en Tunisie et de préparer son départ d’un site de production qui lui rapporte énormément de problèmes.

 

Ainsi donc, l’investissement des forages des deux nouveaux puits « Chergui 9 » et « Chergui 10 » à Kerkennah d’un coût de 40 milliards qui était prévu en 2016, est annulé et Petrofac n'a pas écarté la possibilité de fermer la société en Tunisie, si l’Etat Tunisien n’intervient pas pour mettre un terme aux blocages répétés de ses activités par des protestataires qui n’ont aucun lien avec elle. 

 

Il est utile de rappeler que le blocage de la société pétrolière de prospection et d'exploitation énergétique, Petrofac, qui dure depuis une dizaine de jours, par les employés de la société de l’environnement engendre une perte quotidienne de l'ordre de 200 mille dinars dont plus de la moitié est subie par l'Etat tunisien (actionnaire à raison de 55% dans cette société).

 

Ceci sans parler du fait que la Tunisie est obligée d’importer la quantité d'un million de m3 de gaz qui n’est pas produite quotidiennement par Petrofac à cause de ces sit-in sauvages dans ses locaux qui bloquent ses activités.

Contenu Correspondant