Share |

Takrouri et Narguileh, par Simon Barouk

Takrouri et Narguileh, par Simon Barouk

 

Je ne connais pas les lois Tunisiennes d'aujourd'hui concernant les Tabacs et le Hashish, mais ce qui est certain est que le Takrouri était fumé dans presque tous les cafés Maures de Tunisie, souvent accompagné d'un verre de Thé, tres sucré et tres consistant, presque du sirop; assez liquide quand meme.
Le Takrouri de mon temps années 30-40-50 et plus, était en vente libre dans tous les bureaux de Tabac en Tunisie en petit paquets de 2cm sur 3cm environ, a l'état naturel, trop gros pour etre fumé directement du paquet, il fallait pour cela le hacher plus petit que le tabac des cigarettes.
Pour cela il fallait une planche a hacher, un hachoir avec un couteau en demi cercle monté avec un manche pour pouvoir en oscillant reduiire le Takrouri presque en poudre, les planches et les hachoirs étaient disponibles dans tous les cafés Maures gratuitement, chacun mettait la main pour que cela soit bien fait, ils se mettaient a 3-4-5 a la meme table pour fumer le takrouri, les tetes de la pipe ou SEBSI n'était pas plus grande q'un dé a coudre, meme hauteur, meme largeur, avec un tuyau pas plus grand qu'un porte plume épais, les tetes ordinaires en argile se vendaient aussi dans les bureaux de tabac et valaient le quart du prix d'un paquet de takrouri, qui se fumait en public par la classe moyenne et celle plus basse, ceux de la haute classe fumaient aussi mais pas en public, les juifs aussi de classe moyenne fumaient aussi le Takrouri, cochers, peintres etc... mais toujours en bande, durant les trajets de Tunis a la Marsa, avec une équipe de peintres dont je faisais partie pour faire des travaux dans les palais Beylicaux , il m'est arrivé de fumer quelquefois, mais je pouvais m'en passer, l'odeur n'était pas du tout agréable, et de plus cela déclassait.

Le takrouri se mettait dans le fond de petits sacs en cuir qui pouvaient contenir l'équivalent d'un demi paquet de cigarettes pour le fermer une ficelle autour c'est tout, il y en avait en maroquinerie de luxe a tous les prix, les pipes de takrouri se faisaient aussi en cuivre, en argent aussi, j'en ai meme vu en Or, et les tuyaux en bois ou argent sculpté, avec des perles comme les Calumets Indiens mais en plus petit, et ils se passaient de l'un a l'autre, et le dernier refaisait le plein et la partie continuait pendant des heures, il n'y a aucun doute c'était une drogue, cela grisait autant que la MARIJUANA, et donnait l'appetit aussi, je ne me rappelle pas avoir entendu un Docteur recommander le Takrouri pour guerir ou prevenir n'importe quoi. On disait de ceux qui fumaient et qui etaient affectes par les effets qu'ils etaient MAZTOUL.

  


Le NARGUILEH était autre chose, appelée la pipe a eau et était en principe pour la classe moyenne et plus haut, dans certaines maisons arabes elle se fumait en famille, les invités y avaient droit et leur valeur dépendait de la bourse de l'acheteur ou du Snobisme du fumeur, certaines pipes a eau valent des fortunes, ce que l'on y met a fumer n'a rien a voir cela peut passer du vrai Hashish au simple tabac, on en trouve dans plusieurs maisons juives, et a qui a montrer la plus belle pipe a eux, certains l'avaient comme garniture avec sa table incrustée de nacre, leur valeur dépendait de la richesse ou du snobisme du maitre de maison.

Simon Barouk

Publier un nouveau commentaire

Contenu Correspondant