Share |

Un Juif tune invite le Pape à un dialogue public

 

Un Juif (un tune en plus) invite le Pape à un dialogue  public.

 

Le Monde a déjà publié l'invitation

 

 

 

 

Carnet de bord

 

8 novembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

 

Ecrire au Monde n'est pas une mince affaire.

 

C'est aussi un honneur.

 

Pour le célébrer, j'ai décidé d'ajouter un mot à la langue française.

 

Le verbe "écrier".

 

Et si je vous écrie aujourd'hui c'est pour vous demander si vous voulez bien être le lieu d'une rencontre.

 

Je l'avais proposé sur le blog hébergé par vos services, mais, vous le savez mieux que moi, l'accès y est impossible depuis mercredi matin.

 

Il me reste heureusement un Carnet de bord dans lequel tout est consigné.

 

J'invite, par la présente, le Pape à une disputation.

 

Permettez-moi de préciser le terme, surtout pour les jeunes.

 

Et comme ils aiment bien Wikipedia, je leur cite:

 

"Une disputation judéo-chrétienne était, au Moyen Âge, une polémique religieuse se tenant parfois sur des années et opposant les tenants du judaïsme et ceux du christianisme."

 

Mon blog a (ou avait) pour titre: "Un point de vue juif".

 

Et je vous remercie de l'avoir accueilli, même si c'était naturel.

 

De ce point de vue, nous voyons la planète, comme les Kogis.

 

Et nous voudrions, par respect mutuel, et par souci d'efficacité, remplacer ce mot "disputation" par "dialogue".

 

Nous invitons le Pape à un dialogue public.

 

Le Monde organisera les échanges.

 

Il me semble que nous devrions instaurer quelques règles.

 

Nous choisissons comme langue le français.

 

Nous parlerons à tour de rôle, à raison d'une intervention par jour.

 

Chaque intervention sera limitée à 13 lignes.

 

 Nous laisserons à la Rédaction du journal le soin d'authentifier les messages.

 

Le premier que nous attendons étant bien sûr une acceptation, peu importe en quels termes.

 

Qu'il s'agisse d'un "oui", d'un "je suis prêt" ou d'un sermon (de 13 lignes), nous serons à l'heure pour notre mot du lendemain.

 

Votre Sainteté, nous sommes impatients de vous lire.

 

 

Haï TAIEB

 

 

Kol chenevakech lou yehi

Contenu Correspondant