Share |

Un tatouage en hebreu fait du nageur Fabien Gilot une star en Israël

 

Un tatouage en hebreu fait du nageur Fabien Gilot une star en Israël

 

Alain Mercier

 

 

 

Avec ses trois potes du 4x100 m, Fabien Gilot a fait les gros titres des médias français, lundi, au lendemain de la victoire olympique du relais. Normal.

Plus surprenant : la photo du nageur a aussi illustré les unes de la presse israélienne. Pleine page.

Un honneur rarement réservé à un sportif étranger, surtout en natation. Sur les photos, on le voit au bord de la piscine, à l’arrivée de la finale, levant les bras en signe de victoire, entre ses deux équipiers, Clément Lefert et Amaury Leveaux. Sur l’intérieur de son biceps, un tatouage.

Journaux et sites israéliens l’ont cerclé de rouge, pour le mettre en évidence. Ses deux lignes, l’une au-dessus de l’autre, sont écrites en hébreu.

En Israël, la photo de Fabien Gilot et son étrange histoire ont buzzé tout au long de la journée de lundi. L’un des plus grands quotidiens du pays, Yediot Ahronot, a lancé l’un de ses reporters à Londres sur la piste de Fabien Gilot. Yaniv Halily raconte :

« Je cherche à rentrer en contact avec lui pour connaître l’histoire de ce tatouage. Nous avons appelé sa famille en France. Mais j’ai besoin de lui parler. Je veux savoir.

Fabien n’est pas juif. Mais en Israël, il est déjà une star. Comme nous n’avons pas beaucoup de chances de médailles aux Jeux, nous allons l’encourager comme l’un des nôtres. »

Le tatouage en question est un hommage familial. Il signifie : « Je ne suis rien sans vous. » Fabien Gilot l’a fait graver sur son bras deux ans plus tôt.

Un grand-père juif, survivant d’Auschwitz

Selon son amie, la brasseuse Anne-Sophie Le Paranthoën, il voulait adresser un message à son grand-père juif, survivant du camp d’Auschwitz, disparu cette année. Il aurait aussi été séduit par l’esthétique des caractères hébreux.

Comme beaucoup d’autres nageurs, Fabien Gilot aime les tatouages. Il porte sur la peau les cinq anneaux olympiques, en couleur. Sur son estomac, il a fait marquer trois étoiles sombres, une pour chacun de ses frères.

Engagé sur 100 m, le nageur du CN Marseille s’est remis à l’eau ce mardi, à l’Aquatics Center de Londres. Séries le matin, demi-finale dans la soirée. Yaniv Halily promet :

« S’il remporte une médaille, il fera à nouveau les gros titres en Israël. Je vais le suivre. L’histoire de sa famille est un peu la nôtre. »

Gilot a perdu mais tant pis. Star en Israël, sans le savoir. Un autre miracle de la natation française.

Contenu Correspondant