Share |

Une bataille couve sur le Mont du Temple

 

Une bataille couve sur le Mont du Temple

 

By Matti Friedman

Traduit de l’article original

 

Des Juifs religieux accordent plus d’attention à l’enceinte sacrée dans la vieille ville de Jérusalem. Les effets peuvent être dramatiques.

Mardi, la lutte des femmes juives qui se battent pour adorer avec châles de prière au Mur des Lamentations à Jérusalem a reçu une attention renouvelée lorsque des manifestants sur le site des lieux saints ont été rejoints par plusieurs nouveaux membres de la Knesset, mettant en lumière la politique permanente d’Israël d’imposer la pratique orthodoxe à tous les fidèles du Mur.

Mais dans les années à venir une autre bataille sur la prière juive, se déployant à quelques pas, est susceptible d’être de la plus grande importance – de plus en plus le débat de savoir si les Juifs devraient être autorisés à prier sur le Mont du Temple lui-même.

Le désir de prier sur le Mont, et le site du troisième saint-sanctuaire de l’Islam, a trouvé une plus grande acceptation parmi les rabbins traditionnels en Israël au cours de la dernière décennie, se propageant graduellement à partir d’une frange infime à un plus large public religieux. Le nombre de Juifs visitant le Mont pour des raisons religieuses est encore minuscule – pas plus de quelques milliers par an, selon les estimations de la police – mais progresse lentement vers le haut, et l’enceinte sacrée est en train de gagner en importance comme une question de sens religieux et politique pour les sionistes religieux, un groupe d’influence idéologique et politique démesurée dans la société israélienne.

Cela pourrait en faire un point d’éclaircie à l’intérieur d’Israël et un problème incendiaire pour les musulmans locaux et le monde islamique tout entier.

Si la question vient à l’esprit, ce sera en partie grâce à des activités de Moshe Feiglin, un personnage en marge de la droite israélienne et maintenant membre de la Knesset du parti au pouvoir, le Likoud. Sur le chemin de sa prestation de serment au parlement le mois dernier, Feiglin est allé au Mont du Temple, où il avait été arrêté par la police en Janvier pour avoir enfreint l’interdiction de la prière juive. Au début du mois, il était encore là, fraîchement armé de l’immunité parlementaire, marchant autour de l’enceinte sacrée de l’air délibérée d’un propriétaire et causant un émoi quand il a essayé d’entrer dans le Dôme du Rocher, où l’entrée est limitée aux seuls musulmans. Il a promis d’être de retour.

Peu d’endroits sur terre sont aussi potentiellement explosifs que le Mont du Temple. Le sanctuaire a été particulièrement tendu ces dernières semaines, avec des manifestations éclatant à deux reprises après la prière commune du vendredi. Les émeutes sur le Mont ont eu tendance à associer les manifestants jetant des pierres et des chaises, mais la semaine dernière, pour la première fois, un Palestinien a jeté un cocktail Molotov, de l’intérieur de la mosquée al-Aqsa, blessant légèrement un policier à la jambe.

Les Musulmans croient que le Mont est l’endroit où le prophète Mahomet est monté au ciel dans un voyage mystique relaté dans le Coran, et l’appellent le Noble Sanctuaire. Le fonctionnement au jour le jour de ce site est dans les mains du Waqf islamique, et les gouvernements israéliens ont été rigoureux quant au maintien du statu quo. L’enceinte, avec ses cyprès et esplanades ouvertes en pierre, a généralement l’air d’un parc paisible en milieu urbain. Mais en raison de son importance pour les musulmans et la tension inhérente à un tel endroit étant sous le contrôle d’Israël, n’importe quelle violence en cet endroit résonne à travers le monde islamique et a le potentiel pour des conséquences mortelles.

Dans une interview cette semaine, Feiglin a promis qu’il allait se rendre au Mont régulièrement en tant que législateur, et a dit qu’il allait amener d’autres. L’interview, qui fait partie d’une émission de télévision de collecte de fonds pour l’Institut du Temple , un groupe qui dit qu’il fait des préparatifs pratiques pour reconstruire le Temple, a été diffusé dimanche sur ce que l’institut a baptisé son quatrième rapport annuel du Temple international Journée de sensibilisation au Mont. La webémission a été destinée à des partisans de l’institut parmi les chrétiens évangéliques aux États-Unis, et un numéro 1-800 a été donné pour les dons. Les hôtes de la webdiffusion ont montré à la caméra une peinture montrant des grues de chantier modernes érigeant le troisième Temple.

« Tout Juif qui va au Mont du Temple met une autre pierre à l’édifice du Temple, et fait un pas pour remplir la souveraineté juive sur le Mont du Temple», a dit Feiglin aux téléspectateurs. C’est précisément ce qui rend les musulmans nerveux.

Feiglin et d’autres militants engagés du Temple ont remplacé l’idée du renouveau juif représenté par un symbole puissant – le Temple de Jérusalem – avec l’idée que si un bâtiment réel, un temple est construit sur un site réel, le Mont du Temple, les Juifs seront en quelque sorte connectés à une source de puissance spirituelle qu’ils ont perdue et verront la restauration de leur grandeur. L’opposition des musulmans et d’autres nations à la pratique juive sur le site s’insère dans leur récit: Les nations le savent et ne veulent pas que cela se produise.

L’intérêt religieux Juif dans le Mont n’est pas monolithique, et comprend ceux qui veulent tout simplement visiter un site Juif de grande importance, ceux qui croient que les Juifs devraient être autorisés à y prier, ceux qui croient que les rituels du Temple, comme le sacrifice, doit être renouvelé immédiatement, et ceux qui soutiennent la construction d’un troisième Temple à la place des sanctuaires islamiques du Noble Sanctuaire.

À l’heure actuelle, la police israélienne et les gardes du Waqf surveillent de près les visiteurs identifiables en tant que Juifs religieux. Si on voit des gens remuer les lèvres dans la prière, ou se prosterner sur les pierres lisses du sanctuaire, ils sont expulsés et emprisonnés.

Si certains pensaient que Feiglin allait modérer son ton pour correspondre à son nouveau poste en tant que membre de la Knesset, cela ne s’est pas produit. Israël était à blâmer pour avoir cédé la souveraineté sur le Mont après la guerre des Six Jours, a-t-il déclaré cette semaine à l’émission diffusée sur le web de Institut du Temple, notant que le drapeau israélien d’abord accroché par des parachutistes après avoir capturé le site en 1967 a été rapidement retiré pour éviter de nuire aux sensibilités musulmanes.

« Nous avons retiré le drapeau israélien du Mont du Temple, deux heures après avoir obtenu ce cadeau du roi de la terre, et nous l’avons donné aux enfants d’une esclave, les fils d’Ismaël. Il y a donc beaucoup de travail à faire ici, avec nous-mêmes », a dit le MK du Likoud dans l’interview diffusée dimanche. Feiglin a refusé de commenter cet article.

Les activités du nouveau membre de la Knesset arrivent dans le contexte du changement d’attitudes envers le Mont. Depuis 1967, le sentiment religieux a été concentré sur le Mur des Lamentations, une section d’un mur de soutènement de2.000 ans construit autour de la plate-forme d’assise du Temple. Le nombre de Juifs qui ont visité le Mont du Temple l’an dernier a été estimé par la police à moins de 8000, une fraction infime des centaines de milliers de personnes qui visitent le mur. Le nombre était similaire l’année précédente, et significativement plus faible l’année d’avant.

Le statu quo sur le Mont est le résultat d’une convergence d’intérêts religieux et politiques après 1967. Les rabbins ont décidé très tôt que la loi religieuse interdisait de visiter le site en raison de craintes liées à l’idée que soit foulé l’emplacement du Saint des Saints, le centre du rituel ancien, où les gens n’avaient pas le droit d’entrer. Le rabbin Zvi Yehuda Kook, le plus important rabbin sioniste de la seconde moitié du 20 ème siècle, a jugé qu’il était interdit de visiter le Mont, une position encore approuvée par le Grand Rabbinat d’Israël. Avec la menace de la violence musulmane leur souveraineté sur le site mise à mal, les autorités israéliennes avaient hâte de maintenir la paix et heureuses de canaliser les fidèles juifs au Mur occidental.

Le désir d’un Mont du Temple Juif a été gardé vivant en grande partie par un petit groupe, les Fidèles du Mont du Temple, dirigé par un nationaliste laïc nommé Guerschom Salomon, avec le soutien des chrétiens évangéliques, et par certains dans le mouvement religieux d’implantation. Lorsque l’agence de sécurité intérieure Shin Bet a démantelé un réseau de résistance Juif en 1984, les agents ont découvert un complot détaillé pour faire sauter les bâtiments islamiques sur le site afin d’ouvrir la voie à la construction du Temple.

Il y avait d’autres passionnés, comme les fondateurs de l’Institut du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, qui travaillent à recréer les outils utilisés par les prêtres du Temple. L’institut est ouvert aux visiteurs, et des marchandises du Temple sont en vente dans la boutique de cadeaux, y compris des puzzles et des modèles en balsa-en-bois. Quelqu’un réfléchissant sur le coup de l’institut concernant une reconstitution d’un modèle de l’Arche de l’Alliance, par exemple, pourrait être frappé par le fait que ce grand objet de l’imagination, lorsqu’il est devenu réel, ressemble à quelque chose qu’on pourrait trouver dans un magasin de vente d’antiquités rococos, ou toutes sorte de créatures ailées et dorées.

Comme les années ont passé, l’autorité de Kook, qui est décédé en 1982, a diminué. Les Rabbins importants du courant sioniste religieux, comme Yaakov Meidan de l’influent yeshiva Har Etzion, permettent maintenant de visiter le Mont. Les pèlerins sont censés subir une préparation à l’avance, y compris la purification dans un bain rituel.

Avec l’acceptation croissante de visites sur le Mont, est venue une impatience croissante avec le fait que les Juifs ne sont pas autorisés à y prier. Avant d’autoriser les visiteurs à entrer dans le site, le personnel de sécurité israélien procède à des fouilles sur eux à la recherche d’attirail religieux ou de livres, et les Juifs religieux sont généralement accompagnés par des escortes spéciales de police.

Les activistes ont été incapables de renverser les restrictions, quoiqu’il y ait eu des signes de soutien à l’intérieur du système juridique. L’an dernier, une Juge du Tribunal d’instance de Jérusalem, Malka Aviv, a exprimé son mécontentement avec les mesures de sécurité, en disant lors d’une audition pour un militant arrêté pour avoir prié là-bas que la position de la police selon laquelle  » les musulmans n’approuvent pas que les juifs prient sur le Mont du Temple »  ne peut pas, en soi, empêcher les Juifs d’accomplir leurs obligations religieuses et de prier sur le Mont du Temple.  »

Le juge a laissé entendre la prière devrait être autorisée « d’une manière structurée, dans un endroit prévu à cet effet. »

Le Mont du Temple, a déclaré Eli Duker guide touristique de Jérusalem, est « le seul endroit dans le pays où vous sentez que vous êtes victime de discrimination parce que vous êtes juif. »

Le mois dernier, alors qu’il dirigeait un groupe de synagogue au Mont, les gardes israéliens ont saisi des photos du temple et un livre que Duker avait dans son sac à des fins pédagogiques. Duker a protesté, a-t-il dit, mais il a dû céder, et plus tard a écrit une lettre demandant des directives sur ce qui constitue un matériel  trop incendiaire à prendre dans l’enceinte. Il n’a pas encore obtenu de réponse.

Duker date la nouvelle augmentation de l’intérêt des Juifs religieux pour le Mont à la réouverture du site aux non-musulmans en 2003, trois ans après avoir été fermé à cause de la violence de l’Intifada palestinienne. La fermeture a marqué une rupture avec le passé, et sa réouverture conduit certains Juifs à réévaluer leur relation avec le lieu, a-t-il dit.

Dans le même temps, le Mur occidental a commencé à perdre de son lustre pour certains dans le monde religieux sioniste, parce qu’il est dominé par les ultra-orthodoxes et à cause de ses ennuis divers, comme la présence de mendiants. En outre, Duker dit que les sionistes religieux sont fiers de leur connaissance de la géographie du pays et de son histoire, et comprennent la différence entre un mur qui était une caractéristique externe de l’enceinte Hérodien et le site du Temple lui-même.

Pour certains visiteurs juifs, visiter le Mont n’a rien à voir avec une volonté de nuire aux structures islamiques qui s’y trouvent ou un quelconque projet de travaux sur le Troisième Temple. Certains se connectent simplement avec un lieu au centre de l’histoire et la religion juives.

Un récent visiteur, Elli Fischer, de la ville de Modi’in, dit qu’il est venu à cause de la « connexion juive très forte en cet endroit. »

«Nous n’avons pas essayé de démontrer que c’est exclusivement à nous, ou que nous voulons en chasser les musulmans, mais seulement qu’il s’agit d’un important, sinon le plus important site Juif, archéologiquement, historiquement et religieusement. C’est le cœur de tout cela », a dit M. Fischer.

Fischer se demandait pourquoi ceux qui ont soutenu le droit des femmes à adorer en châles de prière et des phylactères au Mur occidental ne soutiendraient pas le droit des Juifs de prier sur site le plus sacré du judaïsme. La question théorique dans les deux cas est la même: la liberté de religion peut-elle être limitée pour éviter de nuire aux sensibilités religieuse d’autrui et maintenir la paix?

«La politique actuelle d’Israël d’accorder le contrôle de ces lieux saints à des organismes religieux intolérants est, à tout le moins, cohérent», a écrit Fischer dans un billet de blog pour le Times d’Israël l’année dernière. «Le gouvernement ne veut pas prendre le risque de perturbations majeures par altération du statu quo. La seule façon que le gouvernement bougera de sa zone de confort, la seule façon que le patronage des organismes religieux cédera à une plus grande application de principes démocratiques libéraux, serait si ces différents groupes, qui sont souvent en désaccord, forment une coalition, transcendent leurs intérêts particuliers et préconisent vraiment que ces libertés soient appliquée universellement.  »

Feiglin, pour sa part, a déclaré à la radio militaire mardi qu’il soutient le combat des femmes pour prier comme elles le souhaitent au Mur des Lamentations.

Parmi ceux qu’on pourrait appeler les activistes du Temple purs et durs, plutôt que des visiteurs plus occasionnels, le plus en vue de la jeune génération est Arnon Segal, qui écrit une chronique hebdomadaire sur le Temple pour l’hebdomadaire de tendance droite Makor Rishon . La Colonne de Segal suit à la trace les restrictions de police et les actions du Waqf, et a attiré l’attention sur les sondages montrant comme 52 pour cent des Israéliens soutenant le droit de prier sur le Mont. Il a également inclus des interviews avec des personnalités laïques comme l’écrivain AB Yehoshua, qui a partagé une proposition pour transformer la vieille ville dans une zone religieuse semblable au Vatican dirigée par des représentants de l’islam, du christianisme et du judaïsme, et a suggéré la construction d’un nouveau temple Juif près – mais pas sur – le Mont du Temple. (Yehoshua a expliqué que son temple serait un centre culturel avec une bibliothèque et un musée dédié au monothéisme.)

Segal, qui a 32 ans et est né dans la colonie de Cisjordanie d’Ofra, est le fils d’Aggée Segal, un journaliste connu pour son arrestation comme jeune homme dans le cadre de la résistance juive des années 1980. Il a d’abord visité le Mont à l’âge de 19 ans.

«J’ai ressenti une dissonance cognitive», a-t-il dit. « Je suis un Juif, je prie trois fois pour le retour à Sion, au Temple. Mais dans la pratique, nous pouvons faire ces choses, mais nous avons choisi de ne pas le faire. Nous voulons ne pas toucher à cette partie notre judaïsme. Nous avons supprimé cette partie de notre religion.  »

Segal mettait le doigt sur une incohérence apparente dans le sionisme religieux, qui a toujours cru que les Juifs doivent apporter leur propre rédemption en venant en Israël – mais a brusquement cessé de croire qu’ils devraient prendre des mesures actives pour construire un temple à Jérusalem.

Le sionisme religieux, croit-il, doit passer à l’étape suivante et abandonner l’idée que les Juifs doivent attendre que Dieu reconstruire le Temple. « Il y avait des rabbins d’Europe qui ont dit la même chose sur le retour à la Terre d’Israël », a-t-il dit.

Segal estime qu’il devrait y avoir une place dans l’enceinte, non seulement pour la prière juive, mais aussi pour le sacrifice, et dit que cela pourrait être fait immédiatement, sans nuire à l’un des bâtiments existants. «Je veux l’égalité des droits pour les Juifs sur le Mont du Temple. Ce que font les musulmans, je veux le faire aussi », a-t-il dit.

N’importe quelle mesure visant à modifier le statu quo sur le site aboutirait presque certainement au carnage. Déjà sensible aux menaces perçues pour le Noble Sanctuaire, les musulmans rejettent toute allocation pour le rituel juif des lieux saints.

«La première chose que nous devons clarifier, c’est que c’est une mosquée », a déclaré le professeur Mustafa Abu Sway, un érudit islamique et membre du conseil d’administration du Waqf a. « Comme d’autres endroits sont des églises et des synagogues, il s’agit d’un lieu privé qui appartient aux musulmans. » L’Islam considère l’enceinte dans son ensemble, et pas seulement les bâtiments, comme une maison de prière, dit-il.

La récente flambée de violence, a-t-il dit, est le résultat de tensions générales parmi les Palestiniens, exacerbées par ce qu’ils voient comme une menace à l’intégrité du sanctuaire.

« L’ambiance générale n’est pas aisée: les grèves de la faim des prisonniers, l’absence de progrès sur le plan politique, l’expansion des implantations, des difficultés financières, le manque de liberté de mouvement. Donc, en général, les gens sont frustrés « , a-t-il dit.

»A cela s’ajoutent les visites quasi quotidiennes, qui sont faites d’une manière qui contrarie les musulmans et envahit la vie privée de la mosquée », a déclaré Abu Sway.

Feiglin, pour sa part, semble se considérer comme le représentant des militants du Temple dans les halls de pouvoir d’Israël, et savourer la perspective d’un affrontement religieux.

«Tout le monde a peur», a dit Feiglin à l’interviewer pour l’émission diffusée sur le Web de l’Institut du Temple, en souriant de son nouveau bureau de la Knesset. «Tout le monde a peur du Mont du Temple. »

 

Blogdei/The Times Of Israël

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
1 + 2 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant