Share |

« Le voyage du Jasmin » enchante les artistes français

 

« Le voyage du Jasmin » enchante les artistes français

 

Situé dans le prolongement de la colline de l’Odéon, au Nord-Est du site archéologique de Carthage, le parc des Villas Romaines a offert hier après midi à ses visiteurs français entre écrivains, réalisateurs, chanteurs, comédiens et journalistes venus pour « le voyage du Jasmin » , un charme bien particulier.

Sur ce lieu pittoresque et envoûtant à la fois, l’ambiance était pour la première fois atypique, inhabituelle mais extraordinaire. « D’habitude, tout cet endroit surplombant le palais présidentiel était bouclé par la marée humaine de la sécurité de l’ancien Président » déclare un vieil homme dans le box de la billetterie.

Au premier coup d’oeil, ce sont uniquement les robustes arbres, les pierres dorées par les rayons du soleil et les chapeaux en paille (Mdhalla) de tous formats qui vous accueillent.

Autour de mets servis sur des tables bien décorées par des serveurs en belle tenue, les invités ont été conviés à manger des plats respirant l’odeur de la mer et relevant du patrimoine gastronomique traditionnel tunisien. Les visiteurs ont pris tout leur temps pour déambuler et admirer, et les cameramen pour choisir leurs plans au beau milieu des jardins enchanteurs et des paysages grandioses.

Le Ministre de la Culture: Redonner vie aux pierres agressées par le passé, est le sens profond du tourisme culturel

 

Livrant chichement ses merveilles dont le visiteur jadis pressé de passer, ne gardait aucun souvenir, le parc a ouvert ses portes pour une escapade spatio-temporelle au coeur de ce carrefour des civilisations romaine, carthaginoise, byzantine et arabo-musulmane.

« C’est, à mon avis, le sens profond du tourisme culturel » avance le ministre de la Culture M. Ezzeddine Bach Chaouch. Très ému, il ajoute « C’est à travers ce genre d’opérations qu’on devrait exploiter désormais la splendeur d’antan au grand bonheur des tunisiens et des étrangers, pour redonner vie à ces pierres dans ce joli écrin agressé par le passé, comme si c’était un péché car interdit d’y toucher ». Citant l’exemple du  »Louvre », ouvert aux cérémonies et aux fêtes, le ministre fait observer que l’absence de telles actions et concepts nouveaux donnaient auparavant une image incomplète de cette terre tunisienne et de ses étonnants contrastes ». Et « si cette opération se fait deux ou trois fois par mois, je peux vous assurer que les recettes contribueraient largement à résoudre un problème majeur dans notre pays, celui de l’emploi ».

Le Ministre du Commerce et du Tourisme : « Le voyage du Jasmin » n’est en fait qu’une opération pour dire que « le tourisme n’est pas de l’hôtellerie »

Préparée depuis deux mois et demi avec l’appui du réalisateur français Alexandre Arcady, cette opération de charme, la première en son genre, « ne devrait pas pour autant être la dernière » explique le ministre du Commerce et du Tourisme, M. Mehdi Houas.

Sur ce parc témoin de 3000 ans d’histoire, « Carthage qui fût détruite sept fois, ne devrait pas l’être une huitième fois » déclare-t-il. En effet, « le voyage du Jasmin » n’est en fait qu’une opération pour dire que « le tourisme n’est pas de l’hôtellerie comme c’était le cas auparavant ». Aujourd’hui, de nouvelles idées s’imposent non seulement pour la gestion des objectifs mais aussi la gestion des opportunités idéales pour changer la donne en repensant le concept de tourisme culturel ainsi que ses modalités structurelles à la lumière d’un nouveau contexte social, économique et politique. Car l’objectif aujourd’hui est aussi de créer des publics et d’attirer des visiteurs , c’est à dire des voyageurs car les voyages forment, et non des touristes, dans le sens classique du terme.

Alexandre Arcady: « Ce que le jour doit à la nuit » est le premier film français qui sera tourné en Tunisie après la Révolution

 

La preuve, du « Voyage du Jasmin » sont nées des idées, des actions, des projets et des promesses spontanées. D’ailleurs, a-t-il cité, beaucoup de projets ont été signalés. Déjà, le réalisateur et metteur en scène français Charles Berling a exprimé sa disposition à consacrer dans le cadre d’un festival théâtral à Toulon « une semaine pour la Tunisie », sachant que ce neveu du critique littéraire Raymond Picard est chargé, aux côtés de son frère le metteur en scène Philippe, de la direction du Théâtre Liberté dont l’inauguration est prévue en juin 2011″.

Parmi les personnalités françaises qui ont participé à cette opération de soutien et d’amitié à la nouvelle Tunisie, on compte le réalisateur français Alexandre Arcady qui a déclaré qu’il sera bientôt en Tunisie pour donner le premier tour de manivelle de son prochain film « Ce que le jour doit à la nuit » d’après le roman de Yasmina Khadra ». Très discret à ce sujet, il se contente de ces quelques propos ; « C’est le premier film français qui sera tourné après la Révolution en grande partie en Tunisie mais aussi en Algérie et à Marseille. Le film se situe dans l’Algérie des années 40-62 et décline cette page de l’histoire tumultueuse et fraternelle ». Et d’ajouter: « Je suis très heureux d’y revenir car je suis très optimiste malgré les soubresauts sécuritaires car la Tunisie est comme un jeune enfant qui apprend à marcher, quelquefois il trébuche mais il se remettra debout pour marcher ».

Patrick Bruel: « Il semblerait qu’il y’ait quelque chose » concernant une éventuelle chanson sur la Révolution tunisienne

 

Habitués des plus grands Palaces du monde, aucun parmi ces personnalités ne s’est plaint du couvre-feu décrété le jour même de leur arrivée le 7 mai 2011″, a tenu à préciser le ministre du Tourisme. D’ailleurs, confirme le chanteur Patrick Bruel, « Malgré le couvre-feu, l’ambiance au Café Sidi Chabaane à Sidi Bou Said, où on a chanté dimanche les airs nostalgiques d’ »Au café des délices » était plus qu’émouvante. Déterminé à terminer au plus vite son album pour revenir chanter en Tunisie, Patrick Bruel n’a pas pu garder avec son sourire malicieux, le secret d’une éventuelle chanson sur la Révolution tunisienne, se contentant de dire « il semblerait qu’il y ait quelque chose ».

Michel Boujnah: Un spectacle l’année prochaine au Théâtre Municipal de Tunis au profit d’un projet artisanal dans les villages intérieurs de la Tunisie

 

Et pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Le récit continue avec un autre témoignage, celui de Michel Boujnah, qui s’est déclaré prêt à revenir en Tunisie l’année prochaine pour un spectacle au Théâtre Municipal de Tunis dont les recettes iraient à un projet artisanal dans des régions intérieures de la Tunisie et non dans les grandes villes. Même les prix des billets, a t-il expliqué, seraient étudiés pour être à la portée de tous.

Après une absence de huit ans -qui ne relève pas du hasard-, précise-t-il, Michel Boujnah n’as pas pu avouer ses erreurs, ni son manque de courage pour dire « ce que tout le monde savait à propos du délire autour notamment de la corruption ». Aujourd’hui « j’essaierais d’être présent dans ma terre natale à chaque fois qu’on me le demande rien que pour cette jeunesse qui a eu elle le courage de le faire et à la mémoire de mon père qui aurait été excessivement heureux de voir cette nouvelle Tunisie ». Concrètement, il a fait part de sa disposition à apporter sa modeste contribution au Centre de la culture et du théâtre méditerranéen qui sera créé à Hammamet, et qui serait « un espace de partage avec une équipe collective autour de la danse, du théâtre, de la musique, du conte dans toute la Méditerranée ».

Smain: les 17 et 18 mai à Sousse et Sfax pour donner l’envie de rire au peuple tunisien

Au beau milieu de cette ambiance conviviale et décontractée, l’humoriste Smain n’a pas lui non plus manqué de relever que sa visite en Tunisie avait cette fois une toute autre dimension, celle de redonner à ses compatriotes français le goût de revenir en Tunisie où la beauté des sites et l’accueil chaleureux de son peuple sont les principaux atouts. Pour donner l’envie de rire au peuple tunisien, la présence de Smain au festival du rire lors de deux soirées, les 17 et 18 mai à Sousse et Sfax, est pour lui une manière de témoigner son amour à cette Tunisie qui change, faisant observer que la solidarité entre tous les tunisiens est vraiment le maître mot pour le renouveau du pays. Et sur une note d’espoir, M. Houas a lancé un appel-citoyen : Mettons nous à construire main dans la main, la Tunisie, ce pays qui a aujourd’hui une cote exceptionnelle et extraordinaire dans le monde entier ».

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
10 + 6 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant