Share |

Ciao, Habiba

Ciao, Habiba

 

 

C'est autour de la fameuse chanteuse juive tunisienne Habiba Msika, disparue tragiquement en 1930, que les Tunes et leurs amis se retrouveront, le 3 décembre prochain au Centre Rachi pour une soirée de souvenirs et de nostalgie.

 

Née en 1900 dans le quartier populaire de Bab Souika à Tunis, Marguerite Msika, qui deviendra Habiba et sera surnommée « Habibat el Khul », « L'aimée de tous », connaîtra une gloire internationale qui dépassera largement les frontières de son pays natal. Héroïne nationale qui osera chanter « Baladi ya baladi » (« Mon pays, ô mon pays ») avec des paroles prémonitoires à l'époque comme « Baladi tounsia ou fiha el horria » (« Mon pays est la Tunisie où se trouve la liberté »), Habiba Msika connaîtra une fin tragique, brûlée vive, assassinée par un amoureux éconduit le 20 février 1930. En Tunisie, en Afrique du Nord et dans tout le Moyen-Orient, on continue, de nos jours, près d'un siècle après sa mort, à fredonner les chansons de Habiba Msika.

 

Les « Productions du Golem » que dirige Murielle Lévy ont produit un film émouvant de Sarah Benillouche, « Ciao Habiba ». Ce film sera projeté à 20h30 en présence de la productrice et de Jean-Pierre Allali qui présentera et dédicacera son dernier livre, « Il était une fois...Les Tunes », ouvrage dans lequel il brosse, entre autres, un portrait de la chanteuse Habiba Msika.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Je dispose de certains journaux de l’époque avant indépendance tunisienne .Je voudrais mettre ces journaux à la disposition de la mémoire commune .
c'est très intéressant de les lire et de vous donner gratuitement des copies .

Contenu Correspondant