Share |

Les idiots utiles des ‘Frères musulmans’ Par Caroline B. Glick

 

Les idiots utiles des ‘Frères musulmans’

Par Caroline B. Glick

 

C’est un des pires scénarios qui s’est mis en place au Proche Orient avec l’élection du candidat des Frères musulmans à la Présidence de l’Égypte. Avec sa déclaration d’intention de construire avec l’Iran une « alliance stratégique » Mohamed Morsi trace la perspective du long terme dont on peut dessiner les lignes. L’illusion est de croire que l’armée égyptienne constituera un rempart contre l’islamisme. Cette armée dépourvue d’idéologie propre, sinon la défense de ses privilèges verra son pouvoir grignoté progressivement par l’idéologie nationaliste et islamiste qui va peu à peu envahir la société civile et contraindre le peu d’espace démocratique que la chute de Moubarak avait fictivement laissé espérer. Le vote libre a surtout profité à la prise du pouvoir par les Frères musulmans. Sur le plan de sa politique étrangère et de ses relations avec Israël, c’est aussi un scénario à l’iranienne qui va se mettre en place en Égypte: le Hamas, issu des Frères musulmans, ne sera plus écarté par le nouveau pouvoir égyptien, mais bien plutôt aidé par lui, en tant que parti frère, avec cette capacité infinie de se dissimuler à l’abri de tous les faux nez épigones de circonstance. Une multiplication des attaques venant du Sud sera donc à prévoir bien sûr entrecoupées de trêves, etc. jusqu’à ce qu’Israël intervienne. Que feront alors l’Égypte et son armée ? La réoccupation militaire du Sinaï, contraire aux accords de Camp David, constituera-t-elle un casus belli ? Dans deux ans, un autre front sera envisageable avec la fabrication par l’Iran de sa bombe. Ce scénario du pire, Caroline Glick l’énonce sans prudence, les yeux grands ouverts. Il est désormais de l’ordre du possible.

Jacques Tarnero

 

« Rappelons que c’est sous la direction de Moubarak que les médias égyptiens ont rapporté que le Mossad déployait des requins agents secrets en leur ordonnant d’attaquer des touristes le long de la côte égyptienne afin de détruire l’industrie touristique de l'Egypte.»

Il faut le reconnaître aux ‘Frères musulmans’. Ils savent jouer la politique du pouvoir. Ils savent comment gagner le pouvoir. Et ils savent comment user du pouvoir. Vendredi dernier (22 juin 2012, NDLR), veille jour où les électeurs égyptiens allaient élire selon toute vraisemblance le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi comme futur président de l’Égypte, le ‘Wall Street Journal’ a publié un article fascinant de Charles Levinson et Matt Bradley sur la manière dont les Frères musulmans ont pris le dessus sur les révolutionnaires laïques pour contrôler l’espace politique du pays.

 

Les Frères musulmans ont gardé profil bas lors des manifestations de masse sur la Place Tahrir qui ont conduit au renversement du président d’alors, Hosni Moubarak. L’absence des Frères musulmans de la Place Tahrir à cette époque a permis aux Occidentaux de tomber amoureux de la révolution égyptienne.

 

Ces manifestations donnèrent largement l’impression aux USA que les successeurs de Moubarak seraient les démocrates laïques de Facebook. Le rôle que le jeune directeur égyptien de Google Wael Gonim a joué dans l’organisation de ces manifestations a été amplement rapporté. Sa participation dans les manifestations contre le régime – ainsi que sa brève incarcération – a été considérée comme la preuve que le prochain régime égyptien ne pourrait pas se distinguer de la génération X ou Y des Américains ou des Européens.

 

Dans leur article, Levinson et Bradley ont montré comment les Frères musulmans ont utilisé les laïcs pour renverser le régime et fournir une feuille de vigne de modération jusqu’en mars 2011 quand le public vota sur la suite de la transformation post-Moubarak de l’Égypte, d’une dictature militaire en un régime populiste. L’immense majorité du public a d’abord voté aux élections parlementaires pour choisir les membres de l’assemblée constituante qui rédigeraient la nouvelle constitution de l’Égypte.

 

En tant que plus grande force sociale en Égypte, les Frères musulmans savaient qu’ils obtiendraient la majorité des sièges au nouveau Parlement. Le vote de 2011 assura leur contrôle sur la rédaction de la nouvelle constitution égyptienne.

 

En juillet 2011, les Frères musulmans ont décidé de fêter leur domination sur la nouvelle Égypte par une manifestation de masse au square Tahrir. Levinson et Bradley ont expliqué comment dans la précession de cet évènement, les laïcs révolutionnaires ont été complètement débordés.

 

Selon leur article, les Frères musulmans décidèrent de nommer la manifestation « Vendredi de la sharia ». Sans comprendre que la partie était terminée, les Laïcs essayèrent de retrouver ce qu’ils croyaient être l’unité anti-régime du début de l’année.

 

« Les chefs islamistes et révolutionnaires ont passé trois jours à discuter de principes qu’ils pouvaient tous soutenir lors de la prochaine manifestation du vendredi sur la place Tahrir au Caire. Ils parvinrent à un accord et la révolution sembla de retour ».

 

Une chef laïque, Rabab el-Mahdi qualifia l’accord de « moment parfait. Une immense réussite ». Mais vint alors la trahison.

 

« Quelques heures avant la manifestation, les islamistes salafistes tenant de la ligne dure commencèrent à décorer la place des drapeaux noirs et blancs du jihad et des bannières pour la mise en place de la loi islamique. Mme Mahdi lança des appels frénétiques aux chefs des Frères musulmans, qui lui dirent qu’ils ne pouvaient pas faire grand-chose ».

 

Échec et mat.

 

La différence entre Frères musulmans et laïcs est fondamentale. Les Frères musulmans ont toujours eu une vision de l’Égypte qu’ils veulent créer. Ils ont toujours usé de tous les moyens disponibles pour faire avancer l’objectif de créer un Etat islamique en Égypte.

 

Les laïcs eux n’ont pas d’unité idéologique et ne partagent donc aucune vision du futur de l’Égypte. Ils s’opposent seulement à la répression par l’armée. S’opposer à la répression n’est pas un programme politique. C’est un acte politique. Cela peut détruire, pas gouverner.

 

Aussi quand a surgi la question de la façon de transformer les protestations qui ont conduit les USA à abandonner Moubarak et scellé le destin de son régime en un nouveau régime, les laïcs n’avaient aucune réponse. Tout ce qu’ils pouvaient faire était de continuer à protester contre la répression de l’armée.

 

Les Frères musulmans ont été la force la plus populaire en Égypte depuis des décennies. Leurs chefs ont identifié que pour s’emparer du pays, tout ce dont ils avaient besoin était de participer aux élections et l’autorité d’assurer que les résultats de l’élection compteraient – à savoir le contrôle sur la rédaction de la constitution. Ainsi, quand les laïcs ont fomenté le renversement de Moubarak, leur objectif a été de participer aux élections et de s’assurer que le Parlement contrôlerait le processus de rédaction de la constitution.

 

Pour parvenir à ces objectifs, ils voulaient tout autant collaborer avec les laïcs contre l’armée et avec l’armée contre les laïcs. Pour parvenir à leurs objectifs, ils voulaient – comme ils l’ont fait le vendredi de la sharia en juillet 2011 – négocier de mauvaise foi.

 

Bien qu’instructif, l’article du ‘Wall Street Journal’ ‘(WSJ) n’est pas complet parce que les journalistes n’ont pas pointé que les Frères musulmans ont débordé la junte militaire de la même manière qu’ils ont débordé les laïcs. L’article commence sur les prémisses que la décision de l’armée de réaliser vraiment un coup d‘Etat la semaine dernière annonçait la fin de la révolution égyptienne et le retour du pays à la dictature militaire qui a gouverné l’Etat depuis les années 1950.

 

Levinson et Bradley déclarent : « Après les décisions de la Haute Cour cette semaine [qui ont annulé les résultats des élections parlementaires et assuré la poursuite du contrôle de l’armée sur le pays sans égard aux résultats des élections présidentielles], la stratégie de coopération des Frères musulmans avec l’armée est apparue en échec ».

 

Mais en vérité, ce n’est pas le cas. En permettant aux Frères musulmans de participer aux élections au Parlement et à la Présidence, l’armée a signé l’arrêt de mort de son régime. Les Frères musulmans gouverneront l’Égypte. La seule chose qui reste à déterminer est de savoir si sa prise de contrôle sera rapide ou lente.

 

Pour comprendre pourquoi c’est le cas, il est important de noter ce qui est arrivé en Turquie. Quand le Parti islamiste AKP a gagné les élections de 2002, l’armée turque était constitutionnellement autorisée à contrôler le pays. En tant que Gardiens de l’Etat laïc de Turquie, l’armée turque avait le pouvoir constitutionnel de renverser des gouvernements démocratiquement élus.

 

Dix ans plus tard, la Turquie est un Etat islamique, populiste et autoritaire. La moitié du corps des officiers généraux est en prison, détenue sans accusation ou bien sur des charges pipées. Les systèmes judiciaire et civil turcs sont contrôlés par des islamistes. L’AKP garnit le corps des officiers de ses loyalistes.

 

Quand vous savez ce que vous voulez, vous utilisez tous les outils à votre disposition pour parvenir à vos fins. Quand vous ne savez pas ce que vous voulez, quels que soient les outils dont vous disposez, vous ne parviendrez pas à vos fins.

 

L’armée égyptienne d’aujourd’hui est bien plus faible que l’armée turque en 2002. Et elle a déjà été débordée par les Frères musulmans. La seule manière pour elle de maintenir son contrôle sur le pouvoir, c’est la force brutale. Et les généraux ont déjà montré qu’ils refusent de recourir à une force suffisante pour réprimer les frères musulmans. La décision du régime de déclarer le Parlement illégal et de décréter l’armée au-dessus du président n’était pas une démonstration de force. C’était un acte de panique et de désespoir de la part d’un régime qui sait que ses jours sont comptés. De même la décision de retarder l’annonce du vainqueur des élections présidentielles.

 

Quand Morsy s’est proclamé vainqueur des élections présidentielles dimanche, il le fit entouré de membres du Parlement tout juste dissous. Son acte était un avertissement à l’armée. Les Frères musulmans ne permettront pas aux dirigeants en place de s’agripper.

 

Il est possible que les Frères musulmans quittent la barre dans cette confrontation avec l’armée sur l’élection parlementaire. Mais l’armée apparaîtra largement affaiblie. Et quand la prochaine étape de confrontation surviendra inévitablement, l’armée aura encore moins d’influence. Et ainsi de suite.

 

Le caractère inévitable de la prise de contrôle islamique signifie que la paix entre Israël et l’Égypte est dénuée de sens. La confrontation va survenir. Les seules questions qui demeurent sont : dans quel délai et sous quelle forme. Si cela arrive lentement, ce sera caractérisé par une escalade graduelle d’attaques à travers la frontière du Sinaï par le Hamas et d’autres groupes jihadistes. La soudaine volonté du Hamas de prendre la responsabilité des attaques de mortier contre le sud d’Israël ainsi que l’attaque meurtrière à travers la frontière lundi dernier sont le signe que les évènements arrivent.

 

Avec l’ascension des Frères musulmans au pouvoir, la coopération sécuritaire qu’Israël a reçue des forces de sécurité égyptiennes dans le Sinaï est terminée. Et le régime ne se contentera pas de ne rien faire pour arrêter le terrorisme. Il l’encouragera. Exactement comme l’armée égyptienne avait parrainé et organisé les attaques de fedayin depuis Gaza dans les années 1950, de même aujourd’hui le régime parrainera et enfin organisera des attaques d’"irréguliers" depuis le Sinaï et Gaza.

 

Dans le scénario d’une voie rapide vers la confrontation, l’armée égyptienne elle-même participera aux attaques contre Israël. Des soldats égyptiens pourraient tirer à vue sur des Israéliens à travers la frontière. Ils peuvent remilitariser le Sinaï. Ils peuvent augmenter des attaques contre les forces d’interposition commandées par les USA dans le Sinaï qui sont supposées maintenir la paix dans le but de les obliger à se retirer.

 

Que la confrontation survienne demain ou dans une année ou deux, la question de savoir si l’armée demeure le dirigeant en titre de l’Égypte ou pas, est sans importance pour Israël. Dans leur tentative de conserver leur pouvoir et leurs privilèges, la première pièce de négociation que les généraux sacrifieront est leur soutien à la paix avec Israël. Avec les USA prenant le parti des Frères musulmans contre l’armée, maintenir le traité de paix a cessé d’être important pour les généraux.

 

Cette situation lamentable exige des dirigeants israéliens qu’ils prennent des mesures immédiates. D’abord, nos chefs doivent abandonner leur langage diplomatique concernant l’Égypte. Il est inutile de ne pas reconnaître que le front Sud – dormant depuis 1981 – s’est réveillé et la paix entre Israël et l’Égypte est désormais dépourvue de signification.

 

Rappelons que c’est sous la direction de Moubarak que les médias égyptiens ont rapporté que le Mossad déployait des requins agents secrets en leur ordonnant d’attaquer des touristes le long de la côte égyptienne afin de détruire l’industrie touristique de l’Égypte.

 

Puisqu’Israël n’a aucun besoin de faire ou de dire quoi que ce soit pour provoquer une attaque des Egyptiens, nous pouvons aussi être honnêtes dans notre discussion de la situation. Au minimum, un discours franc assurera les étapes à prendre pour relever le défi sera fondé sur la réalité et non sur une tentative de l’ignorer.

 

Parler franc importe aussi dans le domaine international. Au cours des trente dernières années, afin de protéger le trait de paix, Israël ne s’est jamais défendu lui-même des attaques diplomatiques de l’Égypte sur son propre droit à l’existence. Maintenant, il peut et doit contre-attaquer à pleine puissance. Au minimum, cela permettra à Israël de mener une défense diplomatique cohérente contre quelque action militaire qu’il devra finalement entreprendre pour se défendre contre une attaque égyptienne.

 

Car face à cette attaque, nous n’avons pas de bonne option sur le terrain. Nous ne pouvons pas opérer ouvertement dans le Sinaï. Si nous exerçons des représailles contre des attaques de missiles par des frappes aériennes, le gouvernement égyptien dirigé par les Frères musulmans utilisera notre action défensive pour justifier la guerre. Aussi nous devons massivement élargir notre capacité à opérer secrètement.

 

A côté de cela, nous devons équiper et former notre armée pour gagner une guerre contre l’armée égyptienne formée et armée par les USA.

 

Quels que soient les résultats de l’élection égyptienne, les dés sont jetés. Nous devons nous préparer à ce qui arrive.

 

Jerusalem Post 22/06/20

Adaptation française de Sentinelle 5772 ©

Contenu Correspondant