Share |

Les presbytériens démontrent une fois de plus leur haine d’Israel…

 

Les presbytériens démontrent une fois de plus leur haine d’Israel…

 

L’Eglise presbytérienne des Etats-Unis est confrontée à un choix quant à ses futures relations avec la communauté juive et avec la grande majorité des Américains qui soutiennent ardemment l’Etat d’Israel. Malheureusement, plutôt que d’écouter les voix de la raison, les chefs religieux ont décidé d’approuver certaines mesures qui positionnent le groupe en faveur d’une guerre économique contre l’Etat juif.

 

En effet, lors de leur Assemblée générale, le Conseil a voté un rapport qui appelle à un « boycott sélectif » d’Israel. Bien que l’Eglise presbytérienne affirme qu’elle souhaite favoriser la paix, elle n’encourage que le contraire. En acceptant un appel au boycott sur certaines compagnies qui commercent avec Israel, l’Eglise n’incite pas seulement les Palestiniens à refuser de faire la paix, elle met un terme à sa collaboration avec les juifs et avec tous ceux qui soutiennent Israel.

La mesure approuvée à l’avance par l’Assemblée générale de l’Eglise devrait se mettre en place l’été prochain et vise à encourager le boycott de Caterpillar, Motorola et Hewlett Packard, car ils commercent avec le ministère de la défense israélien et avec l’industrie de construction du pays.

Alors que les militants presbytériens qui ont favorisé cette mesure nocive tentent de se distinguer de leurs camarades dans les BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël en ne choisissant que certaines marques plutôt qu’un boycott complet, leur objectif est en réalité le même, délégitimer l’existence de l’Etat d’Israel et son droit à l’autodéfense.

L’attaque contre Motorola et Hewlett Packard est particulièrement insidieuse parce que les Israéliens utilisent leur équipements pour s’équiper et pour construire la barrière de sécurité qui protège le pays contre le terrorisme palestinien.

La clôture a sauvé d’innombrables vies depuis qu’elle a été érigé et a mis fin à une vague d’attentats suicides et autres attaques terroristes.

Le mouvement presbytérien qui approuve le boycott de ces sociétés, affirme donc implicitement qu’Israël n’a pas le droit de prendre des mesures défensives visant à sauver les vies de ses citoyens.

La critique de Caterpillar est tout aussi hypocrite. L’église considère simplement que toute construction israélienne ou l’utilisation de machines pour créer des routes et des stations de sécurité est illégale.

Il convient cependant de souligner que ces boycotts n’amènent pas la paix. Au lieu d’encourager les Palestiniens à cesser de fomenter leur haine d’Israel et des juifs, et d’entamer des négociations,les presbytériens ne font qu’attiser cette haine.

Ces mesures font partie d’une campagne internationale d’attaques sur la légitimité d’Israel et des droits des juifs.

Même en supposant que les presbytériens sont de bonne foi, il faut avouer que toute personne qui distingue un état ou des gens de cette manière, ou qui vise à supprimer leur droit de légitime défense agit de façon discriminatoire.

Il y a un terme pour ceux qui se livrent à de tels préjugés contre les Juifs: l’antisémitisme

Bien que l’église peut prétendre s’opposer à la haine des Juifs ou d’Israel,il faut avouer qu’en suivant les rangs du mouvement BDS, elle s’assimile fortement aux ennemis d’Israel.

Il convient également de souligner que le soutien à ces résolutions préjudiciables est en grande partie limitée aux militants qui travaillent pour l’église et n’est pas partagée par l’écrasante majorité des Américains qui s’affilient avec les églises presbytériennes ou leurs pasteurs. Comme la plupart des Américains, les presbytériens soutiennent une Amérique démocratique, alliée d’Israel et n’ont aucune envie de s’associer à des mesures extrémistes.

Ce sera cependant au sein de l’Eglise presbytérienne des Etats-Unis que devra être mise de côté cette horrible mesure l’été prochain s’ils veulent continuer à faire partie du courant dominant de la vie religieuse américaine.

Le Conseil des affaires publiques de la communauté juive, le groupe de coordination nationale des relations de la communauté juive , a assumé un rôle de leadership important dans cette lutte et fait de son mieux pour tenter de raisonner les presbytériens. Mais maintenant, ce sera aussi le devoir de chaque Américain de montrer que cette résolution ne peut pas voir le jour. En l’état actuel des choses, il est impossible de dialoguer avec des personnes qui se placent du côté de la haine et de l’intolérance.

Nous ne pouvons à présent qu’espérer que les membres de l’église feront le bon choix en laissant de côté cette résolution.

Géraldine Taïeb – JSSNews

Contenu Correspondant