Share |

Libye - Manifestation à Tripoli contre tout projet d’ouverture de synagogues

 

Libye - Manifestation à Tripoli contre tout projet d'ouverture de synagogues

 

 

Un groupe libyen se réclamant de la révolution qui a renversé Mouammar Kadhafi a proclamé son refus de toute construction ou réouverture de synagogues en Libye sans autorisation, dans un communiqué obtenu par l'AFP.

"Nous, révolutionnaires du 17 février, refusons que soient construits des temples juifs sur les terres libyennes", indique le communiqué distribué jeudi soir lors d'une manifestation ayant réuni une quinzaine de personnes à Tripoli.

Les requérants "ne doivent pas être de nationalité israélienne ni soutenir Israël et doivent défendre le droit au retour sur leurs terres des réfugiés palestiniens", énumère le communiqué, en ajoutant que tout projet devrait être soumis à une autorisation délivrée sous conditions.

"Nous avons appris qu'un juif d'origine libyenne avait ouvert les portes d'un temple fermé depuis des décennies, avec l'autorisation du Conseil national de transition (CNT, le nouveau pouvoir en Libye), le CNT a démenti avoir donné cette autorisation et a refermé les portes de ce temple", a pour sa part indiqué Walid Ramadan, 38 ans, un des manifestants.

"Nous n'avons pas de problème avec les juifs en tant que religion mais nous voulons que les choses soient faites dans les règles, il est trop tôt pour ce genre d'initiative", a-t-il ajouté.

David Gerbi, juif libyen revenu après des années d'exil et qui souhaite restaurer la principale synagogue de Tripoli, a dit lundi avoir fait l'objet de menaces de mort et déploré le manque de soutien du nouveau pouvoir.

L'implantation de la communauté juive en Libye, la plus petite d'Afrique du Nord, remonte au troisième siècle avant Jésus-Christ et a compté jusqu'à 38.000 personnes.

Quelques centaines de juifs vivaient encore dans le pays au moment du coup d'Etat de Mouammar Kadhafi en 1969, qui les a ensuite expulsés et a fait confisquer leurs biens.

Contenu Correspondant