Share |

Qui etait Sidi Bou Said ?

Qui etait Sidi Bou Said ?

 

KHALFA IBN YAHHIA TAMIMI EL BEJI est né à l’ancienne Béja près de la MANOUBA à TUNIS

Cet homme fût un véritable pilier de l’histoire Soufi du Maghreb au XIIe et XIIIe siècle. Cette époque a connu l’émergence d’un courant Soufi somptueux influencé en grande partie par les penseurs Soufis dont IBN EL ANDALOUS (1164_1240) le maître incontestable.

ABÛ SAÏD AL BEJI est l’élève du grand mystique ABDELAZIZ IBN ABI BAKR AL KÛRACHI AL MAHDAOUI dit SIDI ABDELAZIZ (mort en 1224) à LA MARSA.
Lorsque SIDI BOU SAÏD arriva à TUNIS, il habita une maison à côté d’une petite mosquée à BAB BHAR (aujourd’hui mosquée AL MAHRÉS). Personne ne le connaissait, il raconta ceci : « j’habitais TUNIS et personne ne me connaissait, je ne sortais que les jours de l’AÏD pour prier… » 

Après son pèlerinage, il décide de s’installer à djebel EL MANAR (aujourd’hui SIDI BOU SAÏD) et commença un rituel Soufi appelé « DHIKR » ; il abandonna la foule et ne s’intéressa point aux complications de la vie quotidienne. Un cercle de médiation mystique est fondé, ciblant à voyager vers la vérité suprême. 

Ce cercle de grands disciples de SIDI BOU SAID, en outre son cousin SIDI SALAH EL BALTI dit BOU AFIF.

ABÛ AL HASSEN AL SCHEDÛLI est l’élève et l’héritier de la chaîne « Esselssila » de SIDI BOU SAID, Il continuera sa voie et fonde, après sa mort, une des plus prestigieuses confréries du monde islamique qui est la SCHADÛLIA. 

SIDI BOU SAID avait des relations très étroites avec les « AKTAB » du soufisme de son époque, comme ABUL ALI AL NAFTI (mort en 1213). Il fallait l’intervention de ce dernier pour éviter un grand conflit entre ABU SAID AL BEGI et le roi Hafside. Un rituel annuel se tient entre les disciples de SIDI BOU ALI et de SIDI BOU SAIDpour célébrer la mémoire des deux saints Marabouts.

SIDI BOU SAID s’est marié et a eu deux filles, une est enterrée à côté de lui : « LELLA CHERIFA », et l’autre est morte la nuit de sa noce sur sa « jahfaâ » et fût enterrée à Carthage Byrsa, à côté de « DAR EL HOUT » au port punique, et c’est « LELLA SALHA » (SET EL KOL) qui n’a pas voulu se marier avec SIDI BOUYAHIA (mort en 1273,enterré à Radés). La terre a avalé le dromadaire qui portait sa « jahfaâ » . la nuit, elle visite son père et lui demande de construire « une Zaouïa » au dessus du lieu de sa disparition. 
SIDI BOU SAID, l’héritier de SIDI ABDELAZIZ, est le fondateur réel du « DHIKR », c’est-à-dire le soufisme au sens de « TAÂMUL » méditation.

La mémoire de SIDI BOU SAID est célébrée tous les ans au mois d’août par la grande « Kharja », effectuée par la Issaouia de SIDI AMMAR de l’ARIANA et la Issaouia de SIDI BOU SAID.

La « Zaouïa » de SIDI BOU SAID fait partie de la confrérie de SCHADÛLIA. En septembre, les SCHADÛLIES se déplacent à SIDI BOU SAID pour clôturer leurs quatorzièmes –jeudi appelés « ALJMOÛÂ ». 

« YA BOU SAÏD YA BEJI, YA RAÎS LABHAR ; INCHALLAH ZIARA WI NIARA »…
(Ô BOU SAÎD AL BEJI, Seigneur de toutes les mers. Que notre visite chez toi soit illuminée, Ô Seigneur de toutes les mers.

Contenu Correspondant