Share |

Romney et Gingrich trouvent un point commun : Israël !

 

Romney et Gingrich trouvent un point commun : Israël !

 

La joute verbale devient de plus en plus franche entre Romney et Gingrich. La lutte s’annonce plus serrée que prévu pour déterminer qui affrontera Obama. Au menu du débat d’hier : les palestiniens et la conquête de la lune !

Newt Gingrich et Mitt Romney ont sorti les couteaux jeudi soir en Floride. Les deux principaux candidats républicains à l’élection présidentielle américaine en ont même oublié de critiquer le président Barack Obama, lors du dernier débat avant la primaire de cet Etat, le mardi 31 janvier.

Lors de ce débat, un républicain américain d’origine palestinienne a demandé aux deux candidats « comment une Administration républicaine aiderait à instaurer la paix entre Israël et la Palestine, alors que la plupart des candidats reconnaissent à peine l’existence de la Palestine et du peuple palestinien ».

« Les Israéliens seraient heureux avec une solution à deux Etats. Ce sont les Palestiniens qui ne veulent pas d’une solution à deux Etats, ils veulent éliminer l’Etat d’Israël », a répondu Mitt Romney, en tête des primaires républicaines. « Que ce soit dans le discours politique du Fatah ou du Hamas, il y une croyance selon laquelle le peuple juif n’a pas le droit d’avoir un Etat juif », a-t-il poursuivi.

« Je pense que le meilleur moyen d‘avoir la paix au Moyen-Orient n’est pas que nous fléchissions ou apaisions, mais que nous nous tenions aux côtés de notre ami Israël. Nous sommes engagés pour un Etat juif d’Israël ; il n’y aura pas un centimètre de différence entre nous et notre allié israélien », a-t-il insisté.

Le candidat républicain a également attaqué la politique de Barack Obama sur le dossier, déclarant que « ce président a fustigé aux Nations unies la construction d’implantations par Israël. Mais il n’a rien dit au sujet des milliers de roquettes qui pleuvent sur Israël à partir de la Bande de Gaza ». Le conseil national juif démocrate s’est insurgé contre ces propos, rappelant que le président Obama avait dénoncé les tirs de roquettes palestiniennes.

« Ce président a trahi Israël en affirmant que les frontières de 1967 sont la base des négociations. Je pense qu’(Obama) a manqué de respect au Premier ministre Benyamin Netanyahu, Bibi Netanyahu », a poursuivi M. Romney.

Newt Gingrich, pour sa part, a confirmé qu’il estimait que les Palestiniens sont un « peuple inventé ». En décembre dernier, M. Gingrich avait déclaré : « Le peuple palestinien est +inventé+, il est en fait un peuple arabe et qui faisait historiquement partie de la communauté arabe (…) Quelqu’un doit avoir le courage de dire la vérité. Ces gens sont des terroristes. Ils enseignent le terrorisme dans leurs écoles. » « Techniquement, c’est une invention de la fin des années soixante-dix, a-t-il répété jeudi soir. Avant, ils étaient des Arabes ».

« Le premier jour de ma présidence, si je deviens président, je signerai un ordre présidentiel ordonnant au Département d’Etat de transférer l’ambassade (américaine) de Tel Aviv à Jérusalem », a-t-il poursuivi. « Ce que je ne permettrai pas c’est qu’Israël soit menacé d’un autre holocauste », avait également déclaré Gingrich en décembre dernier.

Globalement, la presse israélienne note aujourd’hui, que la question israélo-palestinienne est l’un des très rares sujets sur lequel les deux concurrents à la primaire républicaine sont sur la même longueur d’onde.

La tension illustrait la hauteur de l’enjeu qu’est la Floride pour les deux candidats républicains, que les sondages donnent dans un mouchoir de poche. Romney y recueille 37% des intentions de vote, contre 33% pour Gingrich, selon une moyenne des récents sondages publiée jeudi par le site Real Clear Politics.

De son côté, Ron Paul a continué de tracer sa route tout seul, loin derrière ses concurrents. Hier, il a dénoncé l’embargo contre Cuba.

Jack Hayoun – JSSNews

Contenu Correspondant