Share |

Tunisie: La salle CinéVog au Kram renaît de ses cendres

Tunisie: La salle CinéVog au Kram renaît de ses cendres

 

 

C’est dans la Tunisie d’après-guerre, au Kram, petit quartier en bord de mer de la banlieue nord de Tunis surnommé "Aston Villa", que le CinéVog a été construit en 1948 par la famille Italienne Lombardo. Des documents retrouvés indiquent que l’inauguration officielle du cinéma aurait eu lieu en 1950. Ce petit cinéma de quartier connaît son âge d’or dans les années 1950/60.

Le CinéVog marque toute une génération à la fureur de vivre, à coup de Peplums, Westerns et autre grands classiques. L’Egyptien Farid Al Atrach crevait alors l’écran devant une salle comble où se côtoyaient bourgeoisie tunisoise, familles juives et italiennes le temps d’un été.

Les années 1960 sous fond de décolonisation, marquent le départ massif d’Italiens de Tunisie, dont la famille Lombardo qui quittera le Kram autour des années 1970, laissant derrière elle le CinéVog. La salle est alors rachetée par des distributeurs Tunisiens. Ils continuent de faire fonctionner la salle, jusqu'au déclin de la distribution cinématographique et de l’exploitation de salles de projection en Tunisie, ce qui entraîne l’abandon du CinéVog à la fin des années 1980.

La salle de cinéma du Kram n’est pas la seule à subir ce sort, plus de 100 salles de cinéma vont fermer leurs portes dans tout le pays, entraînant un vide culturel en Tunisie. Aujourd’hui, des 110 salles de cinéma existantes à l’indépendance, seules 12 sont encore en activité.

Silence, on rénove

20 ans plus tard, le CinéVog, à l’abandon, est retrouvé par Moncef Dhouib, homme de théâtre, réalisateur et producteur Tunisien, en quête d’une salle de répétition. Il commence les recherches en s’adressant aux Distributeurs Tunisiens qui le conduisent au CinéVog. Désertée pendant plus de deux décennies, la salle n’est plus que décombres. Les murs rongés par l’humidité et le manque d’entretien tombent en lambeaux, dans la salle de projection on devine les projecteurs et les bobines sous un tertre de poussière, mais la salle n’a rien perdu de son charme d’antan et chaque mètre carré regorge de trésors, souvenir d’une époque que certains pensaient révolue.

L’aventure commence alors pour Moncef Dhouib qui décide de redonner au CinéVog son prestige d’autrefois. Il parvient à un accord avec les Distributeurs Tunisiens propriétaires de la salle, qui lui laissent carte blanche à condition de prendre entièrement en charge les rénovations. Depuis 8 mois donc, Moncef Dhouib et quelques amis bénévoles s’activent à ranimer l’âme du CinéVog. Le chantier est long et complexe et seules la motivation et l’abnégation d’un passionné comme lui pourra en venir à bout. L’ouverture est prévue pour la rentrée 2013.

Le CinéVog abritera à la fois salle de cinéma, de théâtre, et un café théâtre. L’homme de théâtre Tunisien souhaite conserver l’authenticité de la salle en gardant le nom historique “Le CinéVog”, et en ouvrant la salle sur son environnement c’est à dire au grand public en alternant périodes de projection de films à thème et pièces de théâtre, bref un bouillonnement culturel qui manquait dans cette partie de la banlieue nord de Tunis.

HuffPost Maghreb  |  Par Dora Ennafaa

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
2 + 7 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant