Share |

Yael Naim, la douceur au service de la musique

 

Yael Naim, la douceur au service de la musique

 

 

 

 

 

 

Yael Naim, sacrée artiste-interprète féminine de l'année mardi aux 26e Victoires de la musique, a construit tout en douceur une riche carrière musicale, qui l'a menée de son deux-pièces parisien de la Bastille au succès international.

Née à Paris en 1978 de parents juifs tunisiens, elle a grandi en Israël, à Ramat Hasharon, près de Tel Aviv. D'abord passionnée par la musique classique, cette franco-israélienne découvre les Beatles puis la soul, le jazz et le folk, Billie Holiday, Joni Mitchell ou Nick Drake.

Elle arrive en France en 2000 pour un concert caritatif et est repérée par la "major" EMI. Elle joue dans la comédie musicale d'Elie Chouraqui et Pascal Obispo "Les dix commandements" et sort en 2001 l'album "In a man's womb", passé inaperçu.

La jeune femme, qui s'exprime en français avec une pointe d'accent hébreu, sort de son propre aveu, "un peu traumatisée" de cette première expérience. "J'avais fait de faux calculs pour qu'il existe à tout prix et me mène vers la reconnaissance. Sauf que j'avais oublié de faire de la musique", disait-elle récemment à Nord Eclair.

La rencontre avec David Donatien, avec qui elle forme le duo qui porte son seul nom, est cruciale.

"On a été inspiré l'un par l'autre", a dit à l'AFP le musicien, qui a notamment travaillé avec Bernard Lavilliers.

Les deux artistes s'enferment dans le deux-pièces parisien de Yael Naim, près de la Bastille, et y confectionnent artisanalement pendant deux ans et demi une collection de chanson en hébreu et anglais, loin de tout formatage industriel.

"On était tranquille, comme dans une petite boîte à musique, en train de coudre des petits arrangements. On entendait les bruits du voisinage et la vie de Paris a pénétré dans la musique", a confié à l'AFP Yael Naim, frêle jeune femme aux cheveux noirs de jais, au sourire éclatant et aux vêtements gentiment excentriques de fée hippie.

Le résultat, baptisé simplement "Yael Naim", qui sort sur le label indépendant Tôt ou Tard, est un succès inattendu, grâce au tube "New Soul". La douce mélodie, choisie par Apple pour une de ses campagnes de publicité mondiale, leur assure une reconnaissance internationale, qui les conduit jusqu'aux Etats-Unis et au Brésil.

L'album remporte la Victoire de l'album de musiques du monde de l'année en 2008.

Son successeur "She was a boy", publié fin 2010 et uniquement chanté en anglais, est un délicat ensemble qui réunit pop, folk et touches jazzy. En émane un sentiment de plénitude, en accord avec la douceur qui se dégage de la jeune femme, très aimée dans le milieu musical.

"Je ne veux pas m'enfermer dans un style musical particulier. Il y a une telle richesse dans le monde et dans les cultures que j'ai envie de toucher ces matières-là et de les vivre sans retenue. Ce métissage fait partie de moi", disait-elle à Nord Eclair.

Contenu Correspondant