Share |

Appel à tous les Musulmans d'en finir avec l'islamisme et de cesser leur animosité anti-juive, par Ben Ammar Salem

 

Appel à tous les Musulmans d'en finir avec l'islamisme et de cesser leur animosité anti-juive

 

Proposé par : Ben Ammar Salem
 

Les médias français de tout bord ont atteint un niveau d'indécence pathétique, pire que le jour funeste des attentats du 11 septembre 2011 en couvrant les tueries de Toulouse-Montauban du Grand Effroi islamique de Toulouse, comme si elles étaient un scénario hitchkokien ayant pour personnage central le djihadiste islamiste Mohamed Merah, qu'on se plaït à présenter comme un loup solitaire.

 

Alors que tout indique qu'il est pur produit de la culture doctrinaire de la haine de l'autre et du juif que les caïds- salafistes prêchent en toute impunité dans les ghettos hexagonaux islamisés.

Ils se sont mués pour l'occasion en avocats de la défense en se livrant  obséquieusement à un examen de sa  personnalité cherchant à atténuer sa responsabilité dans le cas d'espèce. Leur rôle est d'informer et de susciter le débat de fond sur les vraies causes de la pathologie terroriste propre dont souffre les ghettos urbains. Pourquoi est-elle généralement inhérente à certains jeunes  issus de l'immigration  de confession musulmane ?  Y a- t-il  une relation de cause à effet  entre la démission des pouvoirs publics et la pandémie fondamentaliste musulmane tendance wahhabite ?  De même qu'ils auraient pu se poser la question cruciiale quant aux mécanismes  psychosociaux, idéologiques et religieux qui motivent l'action du jeune radicalisé au point qu'il se transforme en une véritable bombe humaine  ? Pourquoi, ce ne sont pas d'autres jeunes issus ou non de l'immigration marginalisés et relégués et qui ne sont pas en guerre contre l'ordre républicain en l'absence affective de cet ordre dans leurs cités ?   Des questions esquivées et occultées, de peur aussi de susciter l'hostilité épidermique de la communauté musulmane et du pouvoir politique lui-même à la veille d'une échéance électorale cruciale pour lui et qu'il se doit de ménager la susceptiblité de l'électorat musulman.

Quand on veut travestir la vérité, on allume des contre-feux en l'occurrence, abreuver l'opinion publique de l'histoire de vie de Mohamed Merah : son enfance, son parcours délinquant, sa découverte de l'islam fondamentaliste en prison,  ses périples en terres inhospitalières, ses goûts et ses hobbies. On lui prête même un séjour en Israël. Comme si Israël avait apporté une touche à la constitution de sa personnalité d'exterminator.  Cet agent de la barbarie islamiste est avant tout de confession musulmane. Pourquoi plus de 90% des attentats terroristes  depuis une vigntaine d'années qui ont  endeuillé l'humanité ainsi que  tous les appels aux meurtres des juifs et des laïcs sont accolés à la religion musulmane ?  Nul ne peut nier  que le monde musulman est gangrené par la fièvre terroriste, xénophobe et antijuive. Pourquoi les musulmans qu'on entend à chaque tragédie alléguer que l'islam est une religion de paix et de tolérance alors que les crimes perpétrés par les radicaux musulmans fournissent à chaque fois les preuves du contraire ?

Autant de questions que l'on est en droit de se poser mais qui resteront encore une fois sans réponses. Comme celle de cette bienveillance dont jouissent les prédicateurs-caïds  financés par les monarchies wahhabites, relayées par les chaînes satellitaires qui font pousser en toute liberté sur les terreaux urbains les champignons vénéneux du messianisme islamique, de l'islam cosmique et conquérant, de l'abomination coranique du juif et des incroyants.

Quand bien même, il n'y a pas de corrélation apparente et mécanique entre l'islam et l'islamisme qui rime avec terrorisme, il n'en demeure pas moins que l'absence de condamnation explicite et ferme par la majorité musulmane et sa réprobation véhémente des crimes barbares commis au nom de l'islam ne peut que jeter le trouble dans l'esprit  de l'opinion publique internationale.

Le fait même que les musulmans de France ne se sont  pas mobilisés comme un seul homme pour manifester publiquement leur dégôut face à la boucherie deToulouse-Montauban et qu'il n'y a pas eu un appel général  à prier pour le repos des âmes des victimes juives et musulmanes ne doit pas  manquer de nous intriguer et nous interpeller à juste titre. Le défaut de condamnation ne signifie pas non plus approbation mais il est édifaint sur le manque de compassion qui semble caractériser la communauuté musulmane. C'est comme si compatir est reconnître sa culpablité ou sa complicité dans un crime qu'on a pas commis.                                                     Personne ne les accuse d'instrumentalisation ni les tient pour responsables  de ces crimes odieux, il s'agit surtout  d'affirmer leur adhésion aux valeurs humanistes, le respect de la vie humaine, du droit à la différence et de désavouer et renoncer à  la stigmatisation et l'aversion du juif.

Ce qu'on attend d'eux est de marquer une rupture nette et sans ambiguïté avec les actes de barbarie qui sont les faits de leurs coreligionnaires radicaux. L'autre que les islamistes vouent aux bûchers de l'enfer est aussi soi-même. Les musulmans eux-mêmes ne sont pas épargnés par cette violence aveugle que les islamistes tirent comme un boulet de canon sur tout ce qui n'est pas dans leur moule idéologique. Ils se doivent  de comprendre comme nous tous que  les victimes de la terreur islamique qui vient de déferler sur Toulouse-Montaubanauraient pu être nos enfants, nos frères, nos amis, nos cousins, nos voisins, elles sont plus que ça, elles sont des nôtres à tout jamais. C'est à leur honneur de  partager l'immense  douleur de leurs familles. Aujourd'hui l'islam est la seule religion au monde dont le nom est renvoie instantanèmement  au terrorisme.  Trop de religion tueles hommes et la religion elle-même. La victime de la barbarie islamiste est aussi l'islam lui-même. Quand les musulmans vont-ils enfin se lever comme un seul homme et parler d'une même voix et extraire le vérue islamiste de qui prospère en leur sein.                                                                                                                                                                                            

Ils doivent de cesser d'exploiter la question palestinienne pour justifier l'injustifiable et de faire des juifs le bouc-émissaire des dérives terroristes qui collent à la peau de l'islam.

La grandeur d'âme des croyants est d'assumer pleinement leurs responsabilités et de purifier leur corps de la nécrose islamiste. Certes, ils ne sont ni responsables et encore moins coupables des carnages perpétrés par une minorité activiste, appeléedjihadiste, mais tant qu'ils continuent à se défausser sur les autres et esquiver la réalité des faits, ils se mettent eux-mêmes en mauvaise posture et ne manquent pas de susciter trouble et confusion dans l'opinion publique internationale .                                          

A force de jouer sur le registre de la victimisation, ils finissent par fournir un alibi à leurs propres bourreaux au point de les innocenter en leur donnant blanc-seing pour des nouveaux actes de barbarie. Ben Laden passe pour une victime et un héros aux yeux de certains musulmans. Mohamed Merah est en train de le devenir au vu de la spéculation nauséabonde de la manipulation politique. Ou cette enseignante d'un lycée de Rouen qui a demandé à ses élèves d'observer une minute de silence en hommage à la mémoire de l'héritier de Ben Laden . Comme si les morts  dont il était responsable n'étaient pas des victimes, un petit détail dans le parcours terrifiant de cet agent du djihadisme islmaiste.                                                                                                                                                                                                                                                                 

Enfin, il est inadmissible que certains exploitent subséquieusement la question palestinienne qui n'est pas leur affaire et encore moins leur cause. Ils ne sont ni justiciers ni vengeurs. La violence déssert la noblesse des causes et les dévoient, de surcroït quand on est étranger à cette cause, on ne fait qu'attiser le feu au lieu de le circonscire. Il revient aux peuples palestiniens et israëliens d'y apporter la bonne réponse et non aux soi-disants arabo-musulmans. Les peuples juifs et palestiniens sont deux peuples bibliques contrairement aux arabes. Une religion et une langue ne font pas un peuple. En ce qui concerne le peuple palestinien, il n'est pas que musulman. La vraie question de fond que les bonnes âmes arabo-musulmanses devraient se poser : si nous n'avions pas instrumentaliser un conflit qui n'est pas le nôtre est-ce que ce conflit n'aurait pas fini par trouver une issue favorable sans effusion de de sang ?                                                                                                                                           

N'est-il pas temps d'arrêter de jeter votre fiel sur le juif et de tourner la page de cettemalédiction coranique qui le frappe depuis 1432 ans à cause de son refus de donner une caution biblique au Prophète Mohamed ? D'autres temps d'autres moeurs. Les musulmans du 7 ème siècle ne sont aps ceux du 21 ème siècle.

Contenu Correspondant