Share |

Bravo a Philippe Karsenty

 

Bravo a Philippe Karsenty

 

 

Philippe Karsenty s'est battu sans relâche pendant des années pour prouver que le reportage diffusé par France 2 à une heure de grande écoute était un "FAUX".

Nous sommes le 30 septembre 2000 au tout début de l'Intifada et au croisement de Netzarim, une fusillade va éclater. Le cameraman de France 2  (un arabe palestinien) est déjà en place pour tourner des scènes de jeunes pris sous des tirs croisés. Sa caméra s'attarde en particulier sur la scène d'un père et son fils réfugiés derrière une borne en béton. Ces scènes seront commentées ensuite par Charles Enderlin qui livrera la cassette à France2. Ces images feront le tour du monde. La plus grande escroquerie télévisuelle jamais connue à ce jour vient de se produire.  
A des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde, on  fera croire qu'il s'agissait de la mort en direct d'un "enfant palestinien" pris en compagnie de son père, sous des tirs israéliens.

La réalité est toute autre : Il s'agit d'une mise en scène organisée par le cameraman arabo- palestinien au service de France 2 et le journaliste Charles Enderlin. Le père et l'enfant cachés derrière une borne de béton, sont des acteurs, comme les autres adolescents arabo- palestiniens que l'on voit à l'écran ce jour là et qui tombent sous des balles fictives, tandis qu'une ambulance postée à deux pas récupère les "faux blessés". Les acteurs, le père comme l'enfant n'ont pas été touchés par les impacts de balles. Lors de cette simulation, des tirs en provenance des positions arabes sont dirigées vers le père et l'enfant et font quelques trous dans le mur qui surplombe la scène. Aucune goutte de sang sur le corps des deux  figurants. Enderlin a prétendu qu'il s'agissait de tirs mortels de Tsahal, que l'enfant avait été tué et le père blessé. Vues les positions respectives des figurants et de Tsahal, aucun tir israélien ne pouvait les atteindre en cet endroit. 

Le père et l'enfant sont d'ailleurs toujours en vie aujourd'hui. Mais cet épisode de "Pallywood" a déchaîné la haine des islamistes et des arabes envers Israël et envers les Juifs dans le monde entier, provoquant des manifestations, dont le lynchage de deux soldats israéliens et surtout la mort tragique de Daniel Pearl, pris en otage et égorgé par les Talibans.
Un délire médiatique s'est emparé de la planète, des timbres à l'effigie de l'enfant, des portraits, des tee-shirts, des autocollants, des cartes postales furent édités et un monument fut même construit en Afrique, à Bamako.....à la mémoire de l'enfant "martyr"....

Plus de 10 ans après , Philippe Karsenty a gagné son procès contre France 2. C'est la victoire de l'intelligence, de la vérité et de la légitimité  contre le mensonge arabe , le mensonge des médias complices et contre France 2 Pravda. Quant à  Charles Enderlin, que la honte l'accompagne, il ne finira pas sa carrière en beauté.
Sur le petit extrait que nous vous présentons, nous avons  enfin les aveux d'Arlette Chabot :  France 2 a bien menti sur l'affaire Al Dura. L'enfant est bien vivant et le père n'avait pas été blessé lors de cette scène factice. 

Bravo Philippe, c'est une belle victoire..

Nous sommes las des mensonges des médias. Nous n'avons plus confiance ni en nos hommes politiques, ni en ces journalistes pitoyables et arrivistes. France 2 et ARTE sont des medias vendus aux ennemis de la liberté et de la vérité. Nous sommes en droit de leur demander des comptes...

Nancy VERDIER

Les aveux d'Arlette Chabot sur le mensonge et la complicité de France 2 dans l'affaire Al Dura par Nancy Verdier

Contenu Correspondant