Share |

Habad France : Le Rav Chmouel Azimov a"h, une vie entièrement consacrée à la Chli'hout du Rabbi

Le Rav Chmouel Azimov a"h, une vie entièrement consacrée à la Chli'hout du Rabbi

 

 

 

Traduit par Elisabeth Benhamou/hassidout.org

 

Rav Chmouel Azimov, le Chaliah à Paris qui a initié l’incroyable “révolution juive” en France, qui a rapproché des dizaines de milliers de juifs de leurs racines juives et qui a créé plus de 70 institutions Habad, a quitté ce monde le mercredi 12 Hechvan 5775. Il avait 69 ans.

Né en Russie en 1945, il avait à peine 3 ans lorsque sa famille est arrivée à Paris, fuyant le communisme. Pour la plupart des hassidim Habad qui fuyaient le communisme, la France était un lieu de transit, pour aller soit en Terre Sainte, soit aux Etats-Unis. Le Rav Haim Hillel Zyslin – Azimov, son épouse Reisha et leurs enfants furent parmi les rares familles qui s’installèrent en France. En 1948, il n’y avait plus beaucoup de juifs à Paris, la plupart des survivants de la shoah éloignés de la religion, et la ville était quasiment dépourvue de toute vie juive.

 

Le Rav Chmouel Azimov a commencé comme enseignant dans un des Talmud Torah sous la direction de son père qui faisait du porte à porte pour recruter des élèves. Le Rav Haim Hillel Azimov fonda plus de 20 Talmud Torah à Paris et dans ses environs. Lire la suite

 

Lorsqu’il fut en âge d’entrer à la Yéchiva, il rejoignit la Yéchiva Tomhei Tmimim Loubavitch de Brunoy fondée en 1947 par Rabbi Yossef Itshak Schneersohn, le sixième Rabbi de Loubavitch.

En 1963, agé de 17 ans, le Chmouel Azimov fit son premier voyage transatlantique pour rencontrer le Rabbi, Rabbi Menahem Mendel Schneersohn, le septième Rabbi de Loubavitch, à bord d’un vol en provenance de Londres avec deux autres élèves de Paris de la Yéchiva de Brunoy. Au retour de cette première visite chez le Rabbi, ils reçurent tous les trois des instructions pour commencer des activités à Paris, tout en poursuivant leurs études à la Yéchiva de Brunoy. Il y avait beaucoup d’enfants de survivants de la Shoah qui étaient assimilés. Ils ont commencé à étudier avec un certain nombre d'entre-eux, à leur enseigner la Torah, et à la fin, les ont rejoints à la Yéchiva de Brunoy».

 

En 1967, après son mariage à New York avec Bassie Shemtov, la plus jeune fille de fameux hassid Rav Bentsion Shemtov, de mémoire bénie, le couple retourna à Paris en tant que Chlouhim.
Arrivé à la veille de la révolte étudiante de Mai 1968, le couple a initié une transformation radicale. Ils ont toujours agi sous la direction du Rabbi: le Rav Chmouel Azimov et sa femme devaient enseigner autant que possible. Le Rabbi lui demanda de consacrer la moitié de son temps à l'enseignement.

En 1972, le Rav Azimov ouvre le premier Beth Loubavitch au 8 rue Lamartine, dans le 9ème arrondissement de Paris. Au fil des ans, des centres Loubavitch ouvrent dans tous les arrondissements de Paris et en banlieue.

La France accueille l’une des plus grandes communautés juive de diaspora, et la vie juive à Paris, où habitent environ 350 000 juifs est en plein essor. Avec 40 centres Loubavitch et quelques 170 Chlouhim, une école qui accueille 2000 élèves chaque jour, le Rav Azimov a mis sur pied une infrastructure juive florissante.

 

Avec sa vision profondément hassidiqueet l’intérêt qu’il portait à chacun, "Moulè" (diminutif de Chmouel), un nom familier dans la communauté juive de France, à investi tous les aspects de la vie communautaire juive, travaillant efficacement et en coopération avec toutes les organisations juives de la ville et les autorités municipales.

La plupart des 170 Chlouhim qui dirigent les centres habad de Paris sont des élèves de Rav Azimov et de son épouse. Ceci reflète le fonctionnement de cette famille hors du commun et laisse apparaître une relation maître/élève exemplaire.

Le Rav Azmov se rendait régulièrement chez le Rabbi qui suivait de près l’évolution de la vie juive à Paris, où lui et son épouse avaient vécu pendant environ 7 ans (à partir de 1935). «Nous avons semé», lui a dit un jour la Rebbetzin Haya Mouchka, en faisant allusion à cette période de leur vie à Paris.

 

Après un AVC en 1998, le Rav Chmouel Azimov a dû ralentir le rythme, au moins physiquement. Mais il a gardé la main sur la gestion de l’organisation, tout en continuant à se rendre au Heder Loubavitch de la rue Riquet, comme le Rabbi le lui avait demandé il y a cinquante ans. Il ne pouvait plus enseigner régulièrement comme il le faisait auparavant, mais il étudiait individuellement avec les élèves.

Il faisait partie du comité executif de l’Agoudat Hassidé Habad International, le bureau central du mouvement loubavitch.

En 2011, son épouse Bassie quitta ce monde à l’âge de 67 ans.

 

Il laisse derrière lui ses trois enfants : Rav Mendel Azimov, Rav Levi Azimov et Mme Esther Marasov– tous Chlouhim à Paris, ainsi que ses petits enfants.

Ses frères et soeurs, R’ Moshe Nissan Azimov - Jerusalem; Mme Raizel Raskin - Maroc; Mme. Sara Even-Yisroel (Steinsaltz) - Jerusalem; Mme. Esther Matusof - Toulouse; Mme Devora Markowitz - Australia; and Mme Shterna Shanowitz - Los Angeles.

Son beau-frère Rav Berel Shemtov, Chaliah principal du Michigan; Rav Abraham Shemtov, chaliah principal de Philadelphia and président de l’ Agoudat habad International; et Rav Israel Shemtov de Crown Heights.

 

Barouch dayan haemet.

 

Contenu Correspondant