Share |

L’avenir des Juifs est-il encore en exil ?

 

L’avenir des Juifs est-il encore en exil ?

 

 

L’immense responsabilité des rabbins de France.

Roland Yéhouda DAJOUX

JERUSALEM

 

Depuis le drame de Toulouse, les chiffres de l’antisémitisme explosent en France, les juifs français sont de plus en plus menacés, simplement parce qu’ils sont juifs.

Pendant 2000 ans d’exil, les Juifs ont été souvent accueillis, tolérés parfois, mais aussi chassés, spoliés et cependant, ils ont toujours été loyaux envers les pays d’accueils. Le judaïsme diasporique a toujours considéré la loi du pays comme la seule loi. En hébreu on dit : « Dina dé malhouta, dina », ce qui veut dire« la loi du pays est la loi ».

Vu d’Israel, cette situation est intolérable, inadmissible. Loin de moi l’idée que les gouvernements français, ne feraient pas tout pour défendre leurs citoyens, mais la multiplication des actes antisémites ignobles pose la question des causes de cette recrudescence ainsi que celle, plus globale de l’avenir des Juifs de France.

Mon propos n’est pas de m’immiscer dans la problématique socio-économique ou politique de la France mais de réfléchir sur ce racisme peu ordinaire et surtout sur l’avenir des Juifs de France.

N’est-il pas venu le temps de poser la vraie question :l’avenir des Juifs est-il encore en exil ?

En tant que juif, habitant de Jérusalem, je pose avec tout le sérieux qu’exige cette situation, la question de la responsabilité des rabbins de France sur ce dilemme.

A l’heure du multiculturalisme et du métissage, en Occident, le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, avait, pourtant très justement relevé dans une rubrique sur l’identité et la nation: que « certains aujourd’hui interrogent le judaïsme et le peuple juif comme incarnant un modèle de persévérance dans son identité, un modèle de permanence. Le judaïsme, qui a traversé les siècles et les millénaires dans la fidélité à son message universel, qui a témoigné d’une incontestable compétence dans la transmission de l’identité, peut sans doute participer à renseigner notre société sur la question de la permanence et des fondements de l’identité ».

Alors qu’en diaspora, le juif vit encore sa « Nation par les rêves », l’israélien, enfin sorti de la dhimmitude, vit, la réalité concrète de sa terre retrouvée et affirme fièrement son identité originelle, celle du peuple hébreu.

Les juifs de la diaspora souffrent d’une affection bimillénaire, la maladie de l’exil. Pour sortir de la déchirure de l’exil, la Diaspora n’a qu’une seule adresse, Eretz Israël, la Terre d’Israel. « Israël est le seul peuple à avoir traversé toute l’histoire sans solution de continuité, sans conversion, sans mutation. Il possède à lui seul, cette vertu unique….de l’ancien qui revit, sans brisure, ni altération, dans le nouveau » André Néher.

Aujourd’hui, alors que l’Etat d’Israël existe de nouveau depuis plus de six décennies, prés de la moitié des juifs demeurent encore paradoxalement en exil ! « La diaspora, aurait dû, normalement, succomber à ce qui s’avérait être apparemment l’apogée et le succès du sionisme : la création de l’Etat d’Israël ». Les raisons invoquées pour surseoir au retour sont multiples, raisons économiques, culturelles et paradoxalement « religieuses ». Certains ont peur de ne pas retrouver leur statut socio-économique, d’autres critiquent « la mentalité israélienne » et d’autres encore considèrent que l’exil, émanant d’une décision divine, attendent un ordre divin pour décider de leur retour.

Messieurs les rabbins, de l’exil, pourquoi votre enseignement de la Bible hébraïque est-il amputé de la dimension de la Terre d’Israel ?

N’est-il pas venu letemps de sortir de « la tension déchirante de l’homme juif en diaspora » dont parle André Néher ?

Aujourd’hui, alors que plus de six millions de juifs ont le bonheur de vivre le retour d’Israël sur sa terre et que l’on voit se réaliser sous nos yeux la prophétie d’Ezéchiel (36,8) : « Vous montagnes d’Israël, vous serez recouvertes d’une végétation luxuriante et vous porterez vos fruits pour mon Peuple » ….une partie de peuple demeure encore en exil !« Pendant 2000ans, le Juif a porté en lui cette espérance de redevenir l’Hébreu. Aujourd’hui l’histoire a réalisé cette espérance ». Léon Askénazi

L’école de pensée affirmant que « le jour où on devra recevoir la Terre d’Israël, eh bien on la recevra » est en désaccord avec le Rambam qui affirme que chaque génération est tenue de prendre possession de la Terre d’Israël et que ce commandement n’a jamais cessé de tout temps. L’argument majeur des tenants de l’interdiction de toute initiative humaine, que seul Dieu peut décider de la fin de l’exil est démentie par le Maharal de Prague et par Nahmanide qui nous rappellent que le commandement d’habiter Israël a sa source dans la Thora « Vous prendrez possession du pays et vous y habiterez ». Nombres 33,53.

André Néher en conclue que seul l’Etat d’Israël, dans sa dimension physique et métaphysique, est capable de concilier les « patients » et les « impatients » du messianisme, le sacré et le profane et les trois inconciliables, c'est-à-dire la rencontre des trois peuples bibliques et de tous les hommes, à partir du défi de leur altérité.

Messieurs les rabbins de l’exil, n’essayez pas de changer le pays d’accueil ou la mentalité de certains nouveaux venus, délivrez le vrai message de la Thora d’Israel, sans faux-fuyant ou restriction mentale d’aucune sorte.

Le temps de l’exil est terminé, ne soyez pas en retard de plusieurs prophéties et craignez d’être un jour accusé par l’Histoire, de non assistance à Peuple en danger.

Roland Yéhouda DAJOUX

daju@netvision.net.il

Du même auteur :

 

Israël la paix et les médias, éditions Brit Chalom, Jérusalem, 1998.

Le temps des confusions.Editions Le Manuscrit. Paris 2005. Prix WIZO Aviv Jérusalem 2006

Israel miroir du monde. Histoire d’une terre retrouvée. Editions Persée 2009.

Quand l’Occident s’éveillera. L’Islam raconté à l’Occident. Editions Persée 2012. Sous presse.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

@ Anonyme = libre a toi d'inviter qui tu veux mais c au peuple d'Israel de decider qui a droit d'y prier - ton language relate de la heine et ne me rappelle point la voix de Judaism - peut etre ns ne sortons pas de la mm ecole et ns ne partageons pt la mm histoire car Israel fut un pays ou tte religion etait pratiquee et protegee. Tes amis les Chretiens ont commence les premieres croisades et ont tabasse des Juifs et des Musulumans leur sang coulait comme un fleuve en rage - malheureusement c un discourt tel le tien issue d'homme ignorant sa propre histoire et l'histoire d'Israel qui ronge la paix chaque jour et fais que bcp preferent l'exile encore.

Les gauchistes d ISRAEL ou dailleurs, n essayez plus de jouer la carte de nos adverssaires, le peuple juif est de nouveau sur son sol terre que Dieu tout puissant nous a donner , nous attendons d autres juifs qui rejoindront notre peuple, ainsi nous serons fort, plus fort. nos freres et soeurs chretiens pouront venir et prier librement et en toute securitee

Contenu Correspondant