Share |

La Syrie après Assad, par Daniel Pipes

 

La Syrie après Assad

par Daniel Pipes
 

Version originale anglaise: "Syria After Asad"
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

 

Ce titre actuellement le plus récent [de mon blog] vient d'un article que j'ai écrit il y a près d'un quart de siècle, en février 1987, où j'examine les conséquences possibles, sur le plan des divisions religieuses, de la disparition d'Hafez al-Assad. Bien qu'on l'ait dit mal en point à l'époque, le dictateur allait encore vivre treize ans et réussir à passer le pouvoir à son fils Bachar.

Ce qui est bizarre c'est que les choses ont si peu fondamentalement changé au cours du dernier quart de siècle, que mon analyse d'alors, qui insiste tout particulièrement sur les divisions religieuses entre Sunnites et Alaouites, conserve toute sa valeur aujourd'hui, à un moment de rébellion populaire sans précédent contre la dynastie Assad. Un extrait de la conclusion de l'article:

Les Sunnites ont une longue liste de griefs contre le gouvernement des Alaouites. Ils n'aiment pas que le pouvoir qui les domine soit exercé par des gens considérés comme socialement et religieusement inférieurs. Ils n'acceptent pas le socialisme qui réduit leur richesse, les outrages faits à l'Islam, les attaques contre l'OLP, et ce qu'ils perçoivent comme étant une coopération avec les Maronites et les Sionistes. Ils vivent avec le souvenir de [la ville de ] Hama et d'autres massacres.

 

Cette hostilité pèse lourdement sur la direction au pouvoir ; en effet, l'opposition sunnite qui est à la base reste le plus grand et l'éternel problème du régime Assad. En tant que minorité petite et divisée, les Alaouites savent qu'ils ne peuvent pas indéfiniment gouverner contre la volonté de près de 70 pour cent de la population [qui sont musulmans sunnites]. En outre, la place traditionnelle des Alaouites dans la société syrienne et la façon dont s'est faite leur ascension au cours de ce siècle , les deux rendent le pouvoir alaouite susceptible d'être transitoire. Que les musulmans sunnites voient le pouvoir alaouite comme une aberration pèse sur l'avenir du pouvoir politique en Syrie autant qu'un quelconque autre facteur..

Dans le possible cas où l'élite dirigeante connaîtrait des dissensions internes..., la faiblesse alaouite pourrait fournir l'ouverture nécessaire aux Sunnites pour réaffirmer leur pouvoir. La majorité de la population pleine de ressentiment exploitera alors pleinement tout faux pas des Alaouites. Les effets seront graves ; comme l'a observé un analyste, "dans le long terme, c'est très dangereux pour les Alaouites. S'ils perdent le contrôle, il y aura un bain de sang..

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
1 + 1 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant