Share |

Le virus antinucléaire Stuxnet serait une création israélo-américaine

 

Le virus antinucléaire Stuxnet serait une création israélo-américaine

 

Selon le quotidien The New York Times, les services de renseignement israéliens et américains auraient collaboré au développement du virus informatique Stuxnet, un virus destructeur visant à saboter le programme nucléaire iranien.

Les Etats-Unis et une partie de la communauté internationale accusent toujours l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.

 

Ce virus antinucléaire semble bien avoir prouvé son efficacité : en novembre dernier, sans raison apparente, un cinquième des centrifugeuses iraniennes produisant de l'uranium enrichi s'arrêtaient net. C'est un logiciel conçu par Siemens qui aurait été infecté, entraînant la destruction physique des installations.

Le virus Stuxnet aurait été mis au point par en Israël dans le complexe nucléaire de Dimona, situé dans le désert du Neguev. Elaboré avec les Américains, Stuxnet aurait également été conçu avec l'aide, volontaire ou non, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne.

Sans bien sûr préciser l'origine de l'attaque, le ministre israélien des Affaires stratégiques se réjouissait fin décembre des difficultés rencontrées par le programme nucléaire iranien. Des difficultés qui, selon Moshé Yaalon, retarderont de plusieurs années l'éventuelle accession de Téhéran à la bombe atomique, précise encore le New York Times.

Si le virus semble avoir été conçu spécifiquement pour saboter les installations iraniennes, le quotidien précise encore qu'il aurait également touché l'Inde, l'Indonésie et le Pakistan.

Contenu Correspondant