Share |

Nice, une famille juive agressée chez elle « c’est Shabbat pour toi, longue vie à Mohamed Merah ! Mort aux juifs! »

 

Nice, une famille juive agressée chez elle « c’est Shabbat pour toi, longue vie à Mohamed Merah ! Mort aux juifs! »

 

Le père d’une famille juive a été roué de coups et la maison familiale complètement saccagée dimanche par des jeunes musulmans à Nice.

Deux jeunes ont garé leur voiture dans le parking privé d’une famille juive. Lorsque la famille découvre le véhicule inconnu, elle appelle la police, et la voiture est enlevée.

Après avoir appris que leur véhicule avait été remorqué, les jeunes se sont mis en colère.

Ils sont revenus en bande pour se venger contre la famille, ont fait irruption dans la maison, ont violemment frappé le père de famille en le traitant de « Sale juif, fils de p…. » et à sa fille de 17 ans « tu vas crever sale juive, demain tu seras morte », en ajoutant « vous n’êtes bons qu’à tuer, vous mettez des bombes de partout et faire des attentats, vous n’êtes bons qu’à tuer des palestiniens », « sale juif on va te n…. demain on va te tuer », et « c’est Shabbat pour toi, longue vie à Mohamed Merah ! Mort aux juifs! »

Le père de famille a été empoigné par l’un des individus, qui lui a asséné un coup au visage, l’a saisi à la gorge, malgré la présence de la police arrivée sur les lieux, alertée par les voisins.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Voulant faire entrer son frère dans la maison pour le protéger, la jeune fille de la famille fût alors poursuivie par un autre des musulmans, qui la saisit par le bras et la poussa violemment. L’entendant crier de dehors, la police intervint.

Les membres de la famille ont été profondément choqués par cet épisode violent, et l’adolescente a été mise en relation avec une psychologue de Nice.

Les deux individus les plus violents ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont actuellement sous contrôle judiciaire. Une audience a été fixée et le SPCJ a été saisi de l’affaire.

En quittant les lieux, les assaillants ont promis de « finir le travail ».

 

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Contenu Correspondant