Share |

Pollard libéré pour sauver les négociations?

Pollard libéré pour sauver les négociations?

 

 

Les USA étudieraient cette hypothèse alors qu'Israël s'apprête à relâcher 26 prisonniers palestiniens (radio)

L'administration américaine envisagerait la libération de l'espion israélien Jonathan Pollard, comme une tentative de sauver les négociations israélo-palestiniennes actuellement dans l'impasse, a indiqué dimanche la radio publique israélienne.

Selon la radio, citant des sources diplomatiques occidentales, des responsables de l'administration de Barack Obama n'ont pas exclu une libération de Jonathan Pollard en échange d'un feu vert du Premier ministre Benyamin Netanyahou à la libération d'Arabes israéliens condamnés pour terrorisme.

Le 29 ou le 30 mars doit avoir lieu la libération d'un quatrième et dernier contingent de 26 prisonniers palestiniens, reponsables du meurtres d'Israéliens. Il s'agit de la vague la plus controversée car l'Autorité palestinienne exige que parmi ces prisonniers figurent des Arabes Israéliens ou des Palestiniens de Jérusalem-est, détenteurs d'une carte d'identité israélienne.

Netanyahou est sous la pression de ses ministres, qui réclament une annulation de ces libérations.

Par ailleurs, les familles israéliennes des victimes du terrorisme ont organisé une manifestation dimanche devant le bureau du Premier ministre, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet et ont planté une tente de protestation devant sa résidence officielle à Jérusalem.

Selon la radio, une libération de Jonathan Pollard, réclamée en vain depuis des années par tous les gouvernements israéliens, pourrait amener Benyamin Netanyahou à changer de position alors que les négociations menacent d'imploser.

La radio a toutefois souligné qu'il n'est pas sur que le président américain Barack Obama accepte de libérer Jonathan Pollard, ce qu'il s'est refusé à faire jusqu'à présent.

Jonathan Pollard, un ancien expert de la marine américaine, a été arrêté aux Etats-Unis en 1985 pour avoir transmis à Israël des milliers de documents secrets sur les activités du renseignement américain dans le monde arabe, puis condamné à la réclusion à perpétuité pour espionnage. Il a obtenu la nationalité israélienne en 1995.

Contenu Correspondant