Share |

Tunisie : Bientôt la burqa !

 

Tunisie : Bientôt la burqa !

Par Sondes Khribi Khlifa

 

 

 

Discussion entre voisines de table dans un fast food, autour des récents évènements: des enseignantes universitaires sont chassées des amphis, pour «tenue incorrecte»…

Zohra: «Tu as vu ce qui s’est passé? Tu comprends maintenant que j’avais raison d’avoir peur? Bientôt on va nous imposer la Burqa dans les amphis, ensuite on va nous dire rentrez plutôt faire la cuisine, on s’en occupe…!»

Amina: «Mais non! Arrête de dramatiser, c’est quelques évènements isolés, ça ne veut rien dire, nos étudiants sont en général ouverts et tolérants, et rappelle-toi comme tu disais, il n’y avait aucun slogan religieux le 14 janvier devant le ministère de l’Intérieur….

Et puis, parlons franchement. Allez, ça te plait toi qu’une femme aille en cours avec un maquillage de soirée? Avec des jupes courtes? Ou des pantalons serrés? Ces femmes ne savent-elles pas qu’elles ont affaire à des jeunes de tradition arabo-musulmane? Qui forcément ne sont pas comme les jeunes garçons européens… On n’est pas à Nice tu sais! Tiens, quand une femme se balade en jupe micro, ou va bronzer les seins nus sur la plage…personne ne la regarde! Les femmes sont même de plus en plus malheureuses et seules là-bas… tellement les hommes ne les regardent plus[1]!

Phénomène assez répondu et inquiétant en effet dans -et pour- les sociétés occidentales en général (misères du désir, Alain Soral), et qui, pense-t-on, accroît le nombre d’homosexuels, forcés quelque part, ou de célibataires endurcis, d’où misère sexuelle et affective… Le corps est presque devenu objet de consommation, d’où une baisse du désir, et presque un contre effet, de ce qui était l’objectif de liberté individuelle, porté par les féministes et toute la philosophie Mai 68…

Zohra: «Oh lala Amina, je ne te savais pas aussi conservatrice! Maintenant tu vas me sortir ton refrain de toujours? Le voile ne cache pas le corps, mais le protège du regard «désobligeant, et parfois agressif» de l’Autre… en l’occurrence celui de l’Homme…».

 

Amina: «Non, pas exactement ça, mais ça protège en effet, et ça permet de limiter un certain nombre d’effets, néfastes au niveau de toute la société. Tiens, par exemple tout à l’heure au rond point, la circulation était infernale, toutes les voitures klaxonnaient, le policier n’arrivait pas à s’en sortir … et une très jeune fille traversait la rue, elle portait un haut très serré, couleur rose bonbon… Tu vois un peu le tableau: les cheveux au vent, et un pantalon cigarette.

Eh bien, tout le monde dans le rond point, l’espace de quelques secondes, a oublié la circulation, on n’entendait plus de Klaxons, le policier regardait, mon mari regardait, et moi aussi je t’avoue que je regardais….parce que c’était attirant, voilà!

Après, moi je ne dis pas qu’il faut mettre une burqa, mais que dans la rue, dans l’amphi à la fac, c’est pas comme dans un salon de thé, ou dans une soirée, etc. Dis donc, les hôtels haut de gamme imposent une tenue correcte à l’entrée du restaurant, celle de la plage doit rester à la plage… Tu vois, je ne suis pas conservatrice, outre mesure, je dis des choses logiques! De bon sens! C’est tout.

Quand tu es prof et que tu passes la moitié du temps à écrire sur le tableau, il faut savoir que pendant ce temps, tes étudiants te regardent toi, ne pensent plus au cours… Tu vois ce que je veux dire? Alors, on ne va pas aller chercher le loup! Et après se plaindre!

Zohra: «Oh mon Dieu, comment tu parles! Et donc à ton avis, au lieu d’éduquer nos jeunes, de leur dire qu’il faut respecter le corps de la femme, on doit le cacher ce corps?»

Amina: «pas exactement, mais à chaque chose sa mesure, et ça c’est du travail sur des années, ça ne se fait pas tout de suite avec une baguette magique! En attendant, ces jeunes, figure-toi, vivent une certaine frustration, sexuelle entre autres, car ils voient des choses à la télé… sur le net, une certaine version du corps de la femme, ils voient leurs voisines de bancs à la fac porter des tenues qui ressemblent un peu à ce qu’ils voient à la télé, mais les choses ne sont pas très claires après… Est-ce que l’habit fait le moine? Le jeune ne sait pas très bien faire la différence et sortir le vrai du faux dans tout ce chaos, et on a de plus en plus de couples qui vivent en concubinage dans le milieu étudiant…

Le corps de la femme a toujours posé problème, il faut l’avouer. Pour ma part, je préfère me préserver de tout ça, ne pas provoquer, à chaque contexte sa tenue, voilà, je ne vais pas au marché aux poissons avec une jupe courte! Je mets un jean, c’est tout!

Le forcing qu’a fait Bourguiba n’a peut-être pas été correctement avalé par tous, mais surtout et plus que ça, il faut un contexte, des conditions générales, pour qu’il y ait ouverture et apprentissage de la tolérance…»

Zohra: «Allez salut je te laisse, je n’ai plus envie de manger, je vais demander un passeport de réfugié politique je crois; elle avait raison Souhir Belhassen, vous me faites très peur vous tous…».

Contenu Correspondant