Share |

Tunisie : Une dizaine de juifs tunisiens quittent le pays pour Israël

 

Tunisie : Une dizaine de juifs  tunisiens quittent le pays pour Israël

 

Ce Mercredi 19 janvier 2011, dix  immigrants juifs ont quitté la Tunisie, en raison des émeutes qui frappent le pays, pour se rendre en Israël.

Plus de 100 personnes ont été tuées dans des violences en Tunisie au cours des cinq dernières semaines selon l'ONU, a indiqué mercredi la Haut commissaire aux droits de l'homme. C'est une révolte sans précédent que connaît la Tunisie, du jamais vu depuis les émeutes du pain en 1984.

Aucun incident antisémite n’est à déplorer, mais les troubles qui ont commencé à Sidi Bouzid et qui se sont étendus à plusieurs localités et grandes villes du pays, ont effrayés quelques  juifs tunisiens. Comme naguère toute " révolte populaire " elle pourrait s'accompagner de bouffées d'antijudaïsme populaire qui allait fréquemment jusqu'au pogrom, de la même manière, toute instablilité  actuelle dans la Umma comporte le risque de déchaînements anti-israéliens et antijuifs.

 

Les juifs tunisiens étaient plus de 150 mille personnes avant 56. Maintenant, ils ne dépassent pas les 1500 environ, 1000 concentrés à Djerba et 500 autres dans tout le pays. La communauté juive est aujourd’hui menée par l’industriel et parlementaire Roger Bismuth. Les Juifs qui pratiquent librement leur religion, il y a des synagogues qui fonctionnent, des institutions cultuelles, des boucheries rituelles. Le Lycée Carnot était un mélange de toutes les confessions.

Les juifs en Tunisie sont comme les juifs par tout dans le monde arabe isolé et vivent dans une société parallèle, en contact très limité avec les musulmans. Plusieurs juif tunisiens se ont immigrés en Israël, l’immigration en elle-même un moyen de s’émancier.

Participant  récemment à un Colloque sur les « Juifs originaires des pays arabes », le Président de la Knesset a comparé leur situation à celle des ‘réfugiés’ palestiniens: « Alors qu’Israël est attaqué de toutes part sur le dossier des ‘réfugiés palestiniens’, il est de notre devoir de dire que les choses ne sont pas à sens unique: tout accord futur entre Israël, les Palestiniens et le monde arabe, devra prendre en compte les centaines de milliers de Juifs qui ont dû quitter les pays arabes, laissant souvent tout derrière eux ».

« Contrairement aux pays arabes qui ont parqué leurs frères arabes palestiniens dans des camps de misère jusqu’à l’heure actuelle, Israël a accueilli et intégré depuis 1948 plus d’une demi-million de Juifs venus d’Afrique du Nord et du Moyen Orient », a-t-il rajouté.

Rivline a demandé aux organisations représentées à ce Colloque « d’encourager les Juifs originaires des pays arabes à revendiquer leurs droits historiques et économiques face aux exigences des Palestiniens, car il ne fait aucun doute que les biens des Juifs des pays arabes dépassaient de loin ceux des Arabes qui vivaient en Palestine ».

 

Ftouh Souhail 

Contenu Correspondant