Share |

“ POUR LA TUNISIE QU’ON AIME ” À L’OLYMPIA : BEDOS, BOUJENAH…ET UN PUBLIC TRÈS RÉACTIF !

“ POUR LA TUNISIE QU’ON AIME ” À L’OLYMPIA : BEDOS, BOUJENAH…ET UN PUBLIC TRÈS RÉACTIF !

 

 

Les organisateurs craignaient, cinq jours avant l’événement, de ne pas remplir l’Olympia. Eh bien, il y avait foule hier sur le boulevard des Capucines, deux queues immenses à gauche et à droite de l’entrée, et hélas pas mal de refoulés car le théâtre s’est rempli à toute vitesse. Certains Tunisiens avaient fait le voyage exprès.

C’est la chanteuse Laam qui a lancé le show,  devant une salle déjà debout, enthousiaste. Puis Guy Bedos et Michel Boujenah sont apparus en maîtres de cérémonie qui n’arrêtaient pas de s’envoyer des piques, et Lofti Abdelli, un comique irrésistible qui comptait les points. Se sont enchaînés pendant plus de deux heures  une série de comiques hilarants : Nidhal, Phil Darwin (dans une désopilante caricature des Algériens, Marocains, Tunisiens), le très dôle Wad Madouri… ainsi que des slammeurs corrosifs très applaudis. Entre mille autres, un sketch de  Lofti Abdelli décrivait les touristes qui « au lieu de photographier comme avant les palmiers et les chameaux, maintenant, ils nous prennent nous, les Tunisiens ! »

Bedos, jamais avare de provocations, sur les seins nus de la Femen Amina, sur la religion, etc… s’est fait invectiver par un spectateur : le ton montait, Bedos, droit comme un i : « Je fais de la résistance depuis mes 8 ans contre le gouvernement de mes parents alors c’est pas un connard comme toi qui va me faire taire ! »  Ambiance… La salle huait l’intervenant qui semblait n’avoir pas apprécié une attaque sur l’islamisme.  Ca chauffait au point que j’ai craint un moment de voir partir un projectile à la figure du vieux Bedos qui n’en démordait pas. Finalement le type s’est levé et a quitté la salle sous les huées. Ouf…

On sentait la salle très à l’écoute, à vif, hurlant de rire, applaudissant, manifestant son désaccord sur certaines blagues un peu limite de Guy. Lequel rattrapait le coup avec brio. Un vrai travail d’équilibriste et de grand écart culturel. Car, de fait, même si, visiblement, les Tunisiens adorent rigoler, certains termes grossiers passent mal.

Ensuite on a calmé - un peu – l’ambiance avec deux chanteuses très émouvantes, voix superbes, l’une, Syrine Ben Moussa, en longue robe fuchsia, chantant a capella.

Pour finir, tous les artistes se sont retrouvés sur scène pour entonner l’hymne national ; et là, les larmes pointaient, le cœur serré, au son de cette mélodie triste et solennelle.

Car les discussions, les pronostics politiques fusaient, s’échangeaient : comment va évoluer le parti Ennahda ? Et l’armée, la police, garantes paradoxales de la démocratie ? Et les jeunes, fatigués ? Et les femmes, toujours vaillantes, en première ligne ?... Et tout le monde de répéter « qu’il n’y a pas le moindre danger, il faut venir y passer vos vacances, ne pas abandonner les Tunisiens si accueillants… » Aucune élection en vue, pour l’instant, c’est inquiétant.

Après le show, je suis allée dans les loges féliciter les artistes. Bedos, toujours en costard sans cravate, s’en grillait une. « J’adore autant être détesté qu’aimé ! », jubilait-il à propos du clash. Sa femme Jo (la maman de Nicolas et Victoria), juvénile en jean et top plissé, respirait enfin : elle avait activement travaillé à la scénographie de ce show très fluide, sans une minute d’ennui.

Boujenah avait lui troqué le costume contre un t-shirt noir et un jean ; Charlotte, sa ravissante compagne qui s’occupe de l’intendance, attendait d’aller enfin dîner.

Il y avait aussi la petite-fille de Bourguiba, l’ambassadeur de France à Tunis (qui, auparavant était en… Libye), Jean-Marie Bigard qui était dans la salle n’est pas venu dans les loges… Bref, la soirée s’est terminée très tard, il fallu que les administrateurs de l’Olympia demandent à tout le monde de quitter les lieux pour pouvoir aller se coucher !

A rencontrer ces Tunisiens fins et sensibles, ce public élégant et bon enfant, cette salle à la fois joyeuse et anxieuse, on avait vraiment la rage, la peur, l’espoir sur cet avenir tellement incertain.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Et tout le monde de repeter qu il ny a pas le moindre danger ,,, vraiment du culot de dire d aller passer des vacances en tunisie , vous , vous etes loin de la realité , c est comme les franco tunisiens qui ont votés le parti d ennahda , tout en se gardant bien de venir vivre la realité tunisienne sur le terrain . Et pour ce qui ai de l avenir de la tunisie , il ai plus qu incertain .Nous avons connu des tunisiens et tunisiennes d une tres grande gentillesse et toujours d un acceuil chaleureux .Aujourd hui soyez touristes et ils vous regarde d une facon qui vous fait froid dans le dos . De plus en plus dans les rues de toutes les villes ,Tunis hammamet et nabeul comprises , vous croisez des burkas et des barbus .Et ne parlant pas de securité , il ny en a plus .

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
1 + 10 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.

Contenu Correspondant