Share |

15, 45 et le reste, par Yvan Sultan

15, 45 et le reste, par Yvan Sultan

 

Yvan Sultan alias Pablo, surnom hérité en ce temps là presque imposé à son insu
publie un livre dont le titre est bien évocateur de ces années là comprises entre 47 et 62. 47 soit deux ans après le départ des allemands, période que nous n’avons pas vécue et 62 l’après guerre de Bizerte.

J’avais fait il y a 15 ans deux chapitres intitulés ‘…A CHACUN SA GOULETTE… !’ Ce titre n’est pas le fruit du hasard mais une prise de conscience bien réfléchie et loin de m’être trompé, je constate que nous avons eu tous UN CHACUN SA GOULETTE. Un regard tout différent sur notre vécu durant cette période de bonheur. Un regard qui se rejoint, non point à cause de nos différences, nous n’en avions pas, mais dans la façon de relater notre vision sur cette cité.

Yvan s’y prend très bien en racontant sa relation d’avec la mère ‘patrie’ la Goulette durant son époque. Il met en avant ses parents, l’ambiance chez ‘lui’ ses frères, ses parents, son école, ses études ses amis ses copines et certains faits racontés qui rejoignent ceux que nous connaissons.

Son livre est truffé d'images souvenirs.

Yvan mon ami des classes préparatoire et secondaires du moins jusqu’en quatrième était ce qu’on appelle ‘UN MOKH’. Un génie des maths, de la physique chimie. Lui flirtait avec les 17 de moyenne et moi avec les Un et les DEUX. Ses petites lunettes vissées le faisaient ressembler à Ghandi. Sauf que lui jonglait avec les chiffres et l’autre avec le rouet. Une matière grise bien éclairée qui faisait de mon ami une lumière divine. Mon voisin de la Rue du Limousin à partir de 1960 était un jeune homme studieux qui flirtait peu avec le ballon de volley mais avec tout ce qui touchait les arts et les nombres.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Présentation Signée Albert Siméoni.

Contenu Correspondant