Share |

Lorsque le Mont du Temple est en danger

 

Lorsque le Mont du Temple est en danger

 

 

 

Par Giulio Meotti

 

Trente ans après l'Holocauste, les "historiens révisionnistes" ont commencé à essayer de "prouver" que celui-ci n'avait jamais eu lieu. Le mont du Temple est maintenant l'objet du même reniement.

Peu de nations demeurent attachées à un lieu auquel elles sont liées depuis trois millénaires. Le peuple juif est ainsi attaché au Mont du Temple.
Sur ce même endroit, le roi David a élevé un sanctuaire pour l'Arche de l'Alliance; le roi Salomon a construit son temple; Néhémie a construit le Second Temple 400 ans plus tard, Hérode a rénové celui-ci 500 années plus tard.

L'empereur romain Hadrien a recouvert ces ruines d'un temple païen pour Jupiter; les chrétiens l'ont utilisé comme un dépotoir pour souiller sa signification juive et ont transformé l'aire en une écurie pour leurs chevaux; les arabes ont construit plus tard leurs propres lieux saints au-dessus de ceux de leur ennemi vaincu.

Maintes et maintes fois à travers l'histoire juive des puissances étrangères ont pris le relais du Mont du Temple à Jérusalem, et ont profané le lieu le plus saint du peuple juif.

La semaine dernière, Al Hayat Al Jadida, le journal officiel de l'Autorité palestinienne, a rapporté sur la soi-disant "destruction" du "prétendu" Temple juif. A la même période, le Guardian, la publication de gauche la plus célèbre en Europe, a souligné le lien de l'islam avec le Haram al Sharif, que les musulmans appellent le Mont du Temple, sans faire remarquer que le Mont du Temple est le site le plus saint du judaïsme (le Mont Moriah).

Ce n'est pas la première fois que le Guardian met en avant l'importance religieuse du site comme étant «le troisième lieu saint de l'islam", tout en minimisant l'attachement que lui portent les juifs. En janvier, un éditorial a réprimandé certains négociateurs arabes pour avoir suggéré que la souveraineté sur la région pouvait être partagée.

Le Guardian, en minimisant l'importance historique du mont du Temple pour les juifs fait écho à la tendance dominante arabe de discréditer les connexions juives sur la région.

Les Nations Unies, les bureaucrates européens, les médias mondiaux, les forums islamiques essayent tous de minimiser et de nier le lien des Juifs sur le Mont du Temple. En Juillet dernier, l'UNESCO('Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture ) a adopté une résolution contre la rénovation du Pont Mughrabi qui relie le mur des Lamentations au Mont du Temple.

En 2009, l'UNESCO a désigné Jérusalem comme la «Capitale de la Culture arabe», en collaboration avec les responsables de l'Autorité palestinienne et les principales personnalités arabes pour protester contre ce qu'ils décrivent comme «l'occupation israélienne de Jérusalem la sainte».

Ces dernières années, l'UNESCO a accru sa collaboration avec l'ISESCO, l'organisme culturel de l'Organisation de la Conférence islamique. Selon leur propagande choquante, les temples juifs ne sont que «fiction», les monuments juifs sont des trésors islamiques volés par les sionistes et les travaux archéologiques des israéliens sont des actes criminels contre les musulmans.

Depuis qu'Israël a magnanimement remis le contrôle religieux du Mont du Temple au Wakf musulman en Juin 1967, les générations successives ont appris que les Israéliens sont "comme des envahisseurs nazis", des voisins illégitimes et des ennemis. Les manuels scolaires et les médias arabes répètent tous le bobard auto-délirant niant toute continuité historique juive ou légitimité sur le Mont du Temple.

Le Conseil œcuménique des Eglises, le plus grand groupe de coordination des protestants, dans sa conférence sur la"terre promise" en Suisse a appelé à "faire la distinction entre l'Israël de la Bible et l'Etat moderne d'Israël" et a nié tout lien juif avec le Mont du Temple.

Le chef du tribunal palestinien, le Cheikh Taysir Tamimi a déclaré que les temples juifs "n'ont jamais existé" et que les Juifs n'ont aucun lien historique avec Jérusalem.

Trente ans après l'Holocauste, les "historiens révisionnistes" ont commencé à essayer de "prouver" que celui-ci n'avait jamais eu lieu. Le mont du Temple est maintenant soumis à la même horrible procédure.

En 2001, un décret religieux du mufti de Jérusalem a nié que le Mont du Temple ait une quelconque connexion avec le judaïsme. Nous nous souvenons tous du déni de Yasser Arafat au sujet de l'existence du Temple sur ce site. Quelques jours plus tard, la Seconde Intifada éclatait et décimait des centaines et des centaines de vies juives innocentes.

Dans les prochaines semaines, lors de la conférence de Durban III de l'ONU, tout lien des juifs sur le Mont du Temple sera refusé à nouveau au nom de «l'apartheid». Lorsque le Mont du Temple est en danger, des vies juives, et leurs maisons à Jaffa, Haïfa, Netanya, Acre et le reste du pays, sont également menacés.

Que vous le veuillez ou non, tout tiendra debout ou tombera avec le Mont du Temple.

Traduction française: Galila
http://israel-chronique-en-ligne.over-blog.com/article-lorsque-le-mont-du-temple-est-en-danger-82876081.html

Contenu Correspondant