Share |

Shalom Pierre

Hommage

Shalom Pierre

 

 

Mercredi 2 avril, Pierre Besnainou a quitté la présidence du FSJU-AUJF après huit années passées à la tête de l’institution, lors d’une très belle cérémonie organisée à l’Espace Rachi-Guy de Rothschild. Présidents d’institutions, d’associations, Grands rabbins, Ambassadeurs, personnalités politiques, élus, professionnels, proches, tous ont tenu à participer à cet hommage chaleureux. Parmi eux, la nouvelle maire de Paris Anne Hidalgo, Christophe Bigot, Ancien Ambassadeur de France en Israël, Adel Fekih, Ambassadeur de Tunisie en France, Joël Mergui, Président du Consistoire et Roger Cukierman, Président du CRIF. Le maître de cérémonie Serge Moati, un ami de longue date, a introduit cette soirée aux odeurs « de jasmin et de falafel » qu’il a qualifiée de « shalom party » entre la France, Israël et la Tunisie.

 

Se sont succédées sur scène différentes personnalités venues témoigner de leur amitié pour Pierre Besnainou : Jacques Attali, Daniel Shek et le Rav Azimov qui parlait au nom de son père, le président du Beth Loubavitch. Ces années de présidence furent marquées par de nombreuses joies mais aussi des tragédies. L’avocat Francis Szpiner est revenu sur l’assassinat d’Ilan Halimi et la façon dont Pierre Besnainou a été de tous les instants pour accompagner Ruth Halimi dans sa douleur. Ariel Goldmann, vice-président du FSJU a, lui, évoqué la tuerie de Toulouse. Là aussi, Pierre Besnainou a soutenu tout du long les familles des victimes, et ce dès les premières minutes du drame. La légèreté était toutefois au rendez-vous grâce à Michel Boujenah qui a rappelé ses goûts culinaires communs avec le président et surtout ses liens indéfectibles avec celui qu’il connaît depuis leur Tunisie natale.

 

Deux autres personnalités de marque, David de Rothschild et Shimon Peres, interrogés dans un court film ont eux aussi apporté leur regard sur le parcours exceptionnel de leur ami. Le Président de l’Etat d’Israël a conclu son discours par un « Bienvenue », invitant Pierre Besnainou à le rejoindre en Terre Sainte, là où il va désormais ouvrir un nouveau chapitre de sa vie. Pas d’hommage sans présent, mais difficile de trouver un objet qui ressemble véritablement à l’invité d’honneur et qu’il pourrait transmettre de génération en génération. Gil Taieb, vice-président du FSJU et du CRIF, a donc remis un cadeau très particulier au président sortant : une édition de « La guerre des Juifs » de Flavius Josèphe, datée de 1700 et signée de la main d’une certaine… Golda Meir !

 

Après le concert du groupe Les Yeux Noirs, Pierre Besnainou a conclu cette cérémonie, en évoquant la mémoire de son père Paul, son arrivée en France avec sa famille et le rôle si précieux du FSJU envers qui il avait une « dette » ainsi que les moments marquants de sa présidence. Très ému, il a expliqué qu’il terminait sa vie communautaire avec une sincère tristesse mais serein face au travail accompli au sein de l’institution, un travail qui continuera à se faire pour les Juifs de France et d’Israël.

Au premier rang, Roger Cukierman, Anne Hidalgo, Pierre Besnainou

Pierre Besnainou et Adel Fekih

Daniel Shek et Serge Moati

Pierre Besnainou et Michel Boujenah

De nombreuses personnalités ont tenu à être présentes.

 

Crédit photos : Alain Azria et Erez Lichtfeld

Contenu Correspondant